Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Vous écrivez une fan fiction et vous voulez la partager avec la communauté Booknode? Faire vivre à vos personnages favoris des aventures inédites?
Alors postez vos textes ici afin qu'ils soient bien différenciés des essais classiques tout droit sortis de l'imaginaire d'autres booknautes.
Mali26

Profil sur Booknode

Messages : 205
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : dim. 27 janv., 2013 1:37 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par Mali26 »

Super ce chapitre j'attends la suite avec impatience !
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

mama0785 a écrit :Heyyyyy there you are !!
Contente de retrouver la suite ;)
Hehe ça se précise ! La première tâche approche j'ai hâte :D J'aime beaucoup les scènes avec Quentin, j'espère qu'il y en aura de plus en plus 8-)
Coucou !! Oui me revoila (et encore j'ai du retard sorry !!!)
Ahah pour Quentin, il y en aura encore effectivement !! =D
La prochaine tache arriiiiive !!!!!
cochyo a écrit :Sympa.
Je t’avoue me perdre un peu dans qui est qui ... désolé ! Je pense que je vais relire depuis le début ...
Ahah t'inquiète en même temps, il y a beaucoup plus de personnage que d'habitude, avec les autres écoles, et en plus, avec les connexions entre mes histoires d'avant, je comprends que tu te perdes un peu ! Je vais essayer de faire un poste qu'avec les personnages !!
Charmimnachirachiva a écrit :Hum hum...

C'est frustrant, on connais qu'un bout d'information à chaque fois, hâte que le prochain chapitre arrive ( en espérant les informations aussi 8-) :lol: )
C'est trop bien ! :)
Ahah désolé, c'est ma spécialité, distiller les infos à compte gouttes, je sais, c'est pas bien !! promis il y aura plus d'infos bientôt !
Mali26 a écrit :Super ce chapitre j'attends la suite avec impatience !
Hé hé merci Mali !! La suite arriiiiiive !!!! A bientôt
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

Recoucou !!
Bon, je dois dire que ce chapitre m'a posé pas mal de soucis, je n'en suis pas satisfaite, mais je n'ai pas réussi a l'arranger pour que ça me convienne ... En espérant qu'à vous, ça ira voici la suite !! Bonne lecture !!

Chapitre 12 : Première épreuve


C’est fou comme une goutte de sueur peut mettre longtemps à couler. Ça fait cinq minutes qu’elle est en train de descendre le long de ma tempe, et je n’ai qu’une envie c’est de l’essuyer. Mais ça serait avouer ma peur.
A l’heure prévue, on a été convoqué dans une petite tente dans la forêt. Il n’y avait rien autour, si ce n’est la falaise à quelques dizaines de mètre. Pas une grande surprise pour moi. J’ai tenté au court des derniers jours d’en savoir plus mais, à part la fois où j’ai aperçu un homme porté par ses collègues, qui semblait mal en point, rien d’autre ne m’est apparu. Le mystère restait total, jusqu’à ce qu’on se retrouve dans cette tente.
Marie est aussi stressée que moi tout en affichant un visage « détendue ». Elle pourrait presque me tromper si je n’agissais pas de même. William, lui, est toujours aussi fermé qu’à son habitude. Ça fait un quart d’heure qu’on attend, et personne n’a osé parler. Je me lève de ma chaise et commence à tourner en rond. Bon sang, quand est ce qu’ils vont venir nous retrouver ? J’entends au loin la clameur de tous les élèves, qui sont confortablement installé (enfin j’imagine) sur des gradins, en face de … en fait je sais pas trop. Parce que si on est censé avoir la première épreuve sur la falaise, je ne sais pas comment ils vont nous voir. Au moins on sait qu’ils sont là.
Quelqu’un s’approche enfin et je me fige. L’entrée de la tente bouge, et Marcus Petersen entre, suivi de Mr Cass, le Directeur du département des jeux et sport magique (le DDJSM, pour faire plus court).
-Mes demoiselles, Monsieur, l’heure est venue. D’ici quelques instants, la première épreuve démarrera. Elle a pour but de vous faire allier l’ingéniosité et le courage. Vous devrez faire face à des choses que vous n’avez jamais vues, au cours de ce tournoi. Même si nous sécurisons au maximum les épreuves, ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de danger.
Un frisson me parcours. Il faut que je me reprenne. Je croise le regard de William et me redresse. Hors de question de montrer que j’ai peur. Je suis Lily Potter, après tout.
-Vous allez piocher dans ce sac, cela déterminera l’ordre de passage. Commençons par Monsieur.
L’américain met sa main dans un petit sac. Il se raidit au contact de ce qu’il attrape et sort sa main. La tension est telle que Marie semble avoir oublié de respiré. Ça y est, on va savoir quel animal on va affronter. C’est forcément un animal, comme pour papa. William ouvre sa main et … c’est une espèce de toute petite bestiole volante, avec un œil, et un numéro deux écrit sur le corps. Je n’arrive même pas à reconnaitre l’animal. Il est tellement étrange…
-Excusez-moi, Monsieur Cass, mais c’est quoi cet …chose ?
-Hum, Cette chose, comme vous dites, Monsieur Turner, est un rotfilger. Une invention de notre regreté Waltsen. Il vous suivra pendant l’épreuve, pour retransmettre ce à quoi il assistera. De cette façon, nous assisterons à l’épreuve sans y être et vous gêner. Vous êtes donc le numéro deux.
Marie tire le rotfilger et se retrouve en dernière position. J’attrape le mien, qui m’indique fièrement que je serais la première à partir au casse-pipe. Allez, Lily ! A toi maintenant !
-Voici un porte-au-loin. Il vous enverra sur les lieux de la première épreuve. Trois chemins seront à votre disposition. A vous de choisir. Vous devrez atteindre la sortie le plus rapidement possible, dans la mesure du possible. Bonne chance à vous.
Je regarde la sculpture d’ananas en me disant qu’ils ont vraiment le chic pour trouver des portes-au-loin ridicule. Je respire un grand coup. Et attrape l’ananas pendant que Marie me souhaite bon courage et que William me sonde du regard.
En un instant, je ne suis plus dans la tente, je suis dans une grotte, probablement près de la falaise, voir en dessous. Le rotfilger voltige autour de moi. Je le regarde droit dans son œil unique, sachant que tout le monde m’observe, et je ne peux m’empêcher de sourire, de faire un clin d’œil, et d’envoyer un baiser et souffler, comme font les filles dans ces comédies ridicules. Ils veulent du spectacle ? Ils vont en avoir.
Je me mets en marche après avoir lancé un lumos. J’avance jusqu’à un embranchement ? le chemin se sépare en trois. Bon, à moi l’honneur de choisir. Plouf plouf, ça sera toi que je prendrais. J’emprunte le chemin du milieu et arrive enfin dans un grand espace. Une masse sombre est en face de moi. Il faut que je l’affronte avant de pouvoir passer en face.
Très bien, avant tout, il me faut y voir claire. Je jette un sort et des boules de feu se mettent à flotter, éclairant la « pièce ». La créature se redresse, se redresse, se redresse… mais bon sang, elle est immense. Mon cœur à un raté. C’est pas possible, ils sont complètement inconscient. Ils sont vraiment malades ! Ils veulent qu’on affronte … des trolls ?
Le monstre se tient face à moi et pousse un grognement à réveiller les morts.
-Euh… Salut mon gars ?
Cette fois-ci, lorsqu’il recommence, je sens son haleine. Hum… il ferait mieux de se laver les dents ! C’est pas comme ça qu’il va se trouver une gentille troll.
Le troll fait un pas en avant et un bruit de chaine attire mon attention. Bien, il est enchainé. Pourquoi ça ne me rassure pas plus que ça ? Papa, tu as pensé la même chose face à ton dragon, pas vrai ?
-Hé mon grand, t’es sûr que t’as pas envie d’aller faire une sieste ? Parce qu’il faut que je passe de l’autre côté.
-Naaaaaaaan.
Par Merlin ! Il parle en plus, celui-là. Si je ne me trompe pas, avec ce que m’a appris Jamie, quand elle révisait pour ses examens de magicozoologiste, vu sa couleur et vu sa couleur verte, c’est probablement un troll des forêts. Bon, au moins, c’est pas la pire espèce de troll. J’imagine que c’est un de mes rivales qui va tomber dessus ! Par contre, si ce n'est pas l'espèce la plus féroce, je crois bien c'est une des plus intelligente... pour un troll.
-Pas grave, je vais me débrouiller autrement.
J’ai tout juste le temps de finir ma phrase que le troll frappe les parois avec un gourdin et la grotte se met à trembler. Hum, j’espère que les profs ont pensé au risque d’éboulement… je n’ai pas vraiment envie de finir écrabouillé, moi !
Une roche se détache et tombe à un mètre de moi. Je sursaute et me recule. Alors qu’une autre pierre se détache et me tombe dessus, je lance un Arresto Momentum et m’empresse de me décaler tandis que la pierre descend au ralentis. Soudain la première pierre bouge et remonte se remettre à l’endroit où elle était avant de dégringoler. Hum. Apparemment, la zone est protégé pour ne pas s’effondrer. Ça me rassurerait presque.
Le troll arrache frénétiquement des morceaux de parois pour me les envoyer dessus et je me dis qu’il faut que je me remette de ma surprise. Oui, tu affrontes un troll et alors ! Ton père aussi l’a fait. Mais oui ! Papa ! Comment s’est-t-il débrouillé ? Ah bah, il n’a pas fait grand-chose, c’est Oncle Ron qui a tout fait ! Comme il adore nous le rabâcher d’ailleurs. Très bien. Il faut que je trouve le moyen d’assommer le troll.
Le rotfilger est en train de voleté sur le côté, fixant alternativement le Troll et moi. Non, Lily, ne fait pas un doigt d’honneur à la caméra, pardon, au bidule volant. Bon, très bien, c’est le moment d’avoir des idées tordus. Je regarde le sol et pointe ma baguette vers les pieds du troll.
-Spongifier.
Le troll s’enfonce dans le sol qui a perdu sa consistance solide. Heureusement que j’ai eu James pour frère. Avec toutes les blagues qu’il a faite, et toutes celles que j’ai à mon actif, je ne suis pas à cours d’idée. Rendre le sol mou n’est que la première étape. Quand je vois mon « adversaire » se mettre à vaciller, je ne peux m’empêcher de trouver une petite ressemblance avec mon ainé, justement, le jour où il a subit le même sort.
-Vas-y, Face de James, écroule-toi comme un gros mollusque !
La grotte vibre lorsque l’énorme corps rencontre la roche. Je m’empresse de jeter un sortilège pour faire apparaitre des cordes et lui lier les pieds. Et pour faire bonne mesure, d’un geste de la baguette, je lui colle les jambes, en espérant que les sorts qu’on se lance fonctionnent aussi sur des créatures comme Face de James.
Je m’élance vers la sortie de la grotte mais m’enfonce rapidement dans mon propre piège. Quelle imbécile ! J’ai pas arrêté le sort de ramollissement. Malheureusement, sitôt fait, le troll pousse un rugissement et se redresse en balançant une main pour m’attraper. D’un coup de baguette, une pierre se détache, et j’ai juste le temps de la rendre lourde comme un une enclume avant qu’elle ne touche le troll, le faisant expirer tout son air.
Retour à la case départ. Très bien. Lily, mets-toi-y sérieusement! Si seulement j'avais mon balai, je pourrais faire comme papa ! Albus aussi en a affronté un d'ailleurs, même s'il n'en parle pas trop. Par merlin, c'était mon destin ! Très bien, faisons quelques tests. Je lance un sort de glue perpétuel sur la roche, cette fois, et me rapproche. Malheureusement, le troll est plutôt malin et ne se fait pas avoir. Il frappe de nouveau la roche et en déloge un bout pour l'envoyer là où j'ai rendu la paroi collante. Bon, ok, essaie encore, Lily.
-Toi, pas passer!
Génial, il me provoque maintenant !
-T'inquiète, mon chou, t'as encore rien vue.
En parlant de voir... C'est le moment d'utiliser les compétences acquises grâce à mes frères et mes cousins. Je cherche du regard ce qui pourrait m'aider. Je n'ai pas arrêté mon Spongifier, ça me laisse le temps de réfléchir sans avoir un gros balourd qui essaie de m'approcher pour m'éclater la tête. Malgré les sorts qui retiennent la grotte, quelques petits gravats ne se sont pas recollés au plafond de la grotte. Parfait ! D'un sort de mon invention (ou presque...) je les transforme en oiseaux. Je peux tenir cette illusion pendant quelques minutes. J'en fais une nuée que je dirige d'abord vers le Rotfilger qui se retrouve entrainé sans rien pouvoir faire jusque devant le troll. Ça leur apprendra, à cette bande de voyeurs ! J'espère que ça leur donnera le tournis et qu'ils vomiront !
Mes petits oiseaux se précipitent sur le troll et foncent droit sur ses yeux. Il tente de se protéger comme il peut, frappant du poing et de son gourdin et détruisant quelques volatiles. Comme je l'espérais, sa massue rentre en contact avec la roche et au bout de deux trois fois, un gros morceau de roche semble sur le point de lâcher. Avec un petit coup d'aide de ma part il finit par s'écraser sur lui sonnant le troll et le faisant tomber. Il ne bouche la sortie plus que d'un pied, c'est le moment. Je fais léviter quelques rochers (en même temps, il n'y a que ça autour !) et m'élance dessus, pour passer par-dessus ma zone spongiférée. Oui, j'aurais pu juste annuler le sort, mais ça aurait été moins drôle ! Et puis, la traversée de roche en lévitation, c'est un peu notre jeu préféré, avec Hugo, quand on est chez les grands-parents, alors il faut bien que je montre un peu mon talent de voltigeuse !
J'arrive de l’autre côté et alors que je saute par-dessus le troll pour atteindre la sortie, je ne peux m’empêcher de narguer le troll.
-Hé Face de James ! Tu feras mieux la prochaine fois !
Je repars en conquérante, l’adrénaline ayant enfin fait son effet. Dans l’état ou je suis, je ne dormirais pas avant trois ans.
Une intuition me force soudain à me retourner en jetant un protégo. Juste à temps. Le troll a réussi à se relever et ne pouvant pas me suivre à cause de sa chaine, il me balance sa massue. Mon bouclier m’évite de me retrouver aplati, mais il me fait reculer d’un bon mètre. Plus jamais je tournerais le dos à mon intuition. Et à un troll aussi. Je m’éloigne prudemment, pour tomber sur un professeur américain, la baguette à la main, prêt à remettre le troll à sa place… dans la forêt quoi !
-Bien joué. Prenez le porte-au-loin, il vous ramènera dans la tente des premiers secours.
Je m’exécute, sans vraiment réaliser que c’est fini. La première tâche est terminée pour moi. J’arrive devant une tente semblable à celle que j’ai quittée il y a quelques minutes – ou quelques heures ? Le temps me semble tellement étrange – du moins du point de vue extérieur, parce que lorsque je rentre dedans, j’y trouve une rangée de lit, comme l’infirmerie de Poudlard. D’ailleurs, l’infirmière de Henmills me presse de boire une boisson étrange, qui permet de me détendre. Je n’ai qu’une envie, c’est de rejoindre mes amis pour assister à la prestation des autres, mais je me retrouve consigné là, à attendre que les Champions de Beauxbâtons et d’Henmills termine, pour aller voir nos résultats.
Ce n’est qu’au bout de quelques minutes que je réalise vraiment. J’ai combattu un Troll !


Marie est en tête du classement. Les jurés ont longuement débattu, parce qu’elle a clairement fait preuve d’ingéniosité, et a fini bien plus rapidement que William et moi, mais il n’y a pas eu d’affrontement. La française, lorsqu’elle s’est retrouvé face à son Troll des rivières, a simplement lancé des sorts jusqu’à ce que le mur de la grotte explose, pour emprunter le chemin que j’avais pris. Et comme après mon départ de la grotte, le professeur qui m’attendait a endormi Face de James pour pas qu’il fasse d’autres dégâts, elle est passée ni vu ni connu. A tel point qu’il n’y avait pas de porte-au-loin pour la ramener et que quelqu’un a dû aller la chercher.
William, lui, a enchainé les sorts, mais la plupart n’ont pas eu des effets à long termes, comme moi et mes sorts d’entraves et de jambes collés. Il a fini par se désillusionner après avoir métamorphosé un roc en loup. Quand j’en ai entendu parlé, je me suis dit qu’on avait été débile de ne pas penser à se faire disparaitre plus tôt ! Enfin, pour moi c’était clairement trop tard, évidemment.
J’ai été classé deuxième du classement, ayant devancé William de quelques minutes. En plus, il a été blessé que contrairement à moi. On nous a annoncé que la deuxième épreuve aurait lieu le 22 février. Mais techniquement, ça ne sera pas la prochaine, vu que comme nous l’a rappelé Emma, on aura le bal de Noël avant ça. Comment dire que je n’ai pas vraiment hâte. Surtout si je dois ouvrir la danse. Dire que c’est dans un mois… heureusement que d’ici là, j’aurais plein de choses à découvrir. Parce qu’à partir de demain, je mets en place la mission Espionnage Turner et Découverte de Henmills. Et avec un peu de chance, j’arriverai à nous trouver un guide pour découvrir les alentours de notre nouvelle demeure.
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2563
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par cochyo »

Super chapitre !
J’ai adoré le combat !
Le problème dans HP c’est cette limite dans la magie ... la on a eu une belle démonstration de baston magique ! Merci !! :D
Charmimnachirachiva

Profil sur Booknode

Messages : 529
Inscription : lun. 30 avr., 2018 6:22 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par Charmimnachirachiva »

Cette épreuve est super sympa, je trouve que c'est bien décrit et qu'on se représente bien l'action.
On voit aussi ressortir le côté farceuse de Lily ce que j'aime beaucoup, elle pourra faire des bêtises :lol: ?? :D
Par contre, on sent un peu que tu as eu du mal à être satisfaite et qu'il a été pas mal rééecrit car le rythme est un peu bancal je trouve.
Après c'est super et j'ai adoré ! J'avoue que quand j'ai vu le troll je me suis dis "pfff, ils en ont déjà vu d'autres dans cette famille :lol: :lol: !!!!!!
Hâte d'avoir le prochain chapitre !
mama0785

Profil sur Booknode

Messages : 2551
Inscription : ven. 14 déc., 2012 6:49 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par mama0785 »

J'avais pas vuuuuuuuuu :o
J'ai vraiment adoré cette première tâche ! elle était assez éloignée de celles de la Coupe de Feu (à part le fait qu'elle doive affronter une créature, qui n'est pas la même que dans les livres, tout est différent), ce qui est très dur à réaliser, car on aurait plutôt tendance à s'inspirer des livres pour ce genre de choses ;) J'ai bien aimé comment tu l'as écrit, et j'ai très hâte de lire la suite :D
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

cochyo a écrit :Super chapitre !
J’ai adoré le combat !
Le problème dans HP c’est cette limite dans la magie ... la on a eu une belle démonstration de baston magique ! Merci !! :D
Hé hé !!! MErci ça me fait trop plaisir !! ça me rassure !! J'avais vraiment peur que ça ne plaise pas !!
Charmimnachirachiva a écrit :Cette épreuve est super sympa, je trouve que c'est bien décrit et qu'on se représente bien l'action.
On voit aussi ressortir le côté farceuse de Lily ce que j'aime beaucoup, elle pourra faire des bêtises :lol: ?? :D
Par contre, on sent un peu que tu as eu du mal à être satisfaite et qu'il a été pas mal rééecrit car le rythme est un peu bancal je trouve.
Après c'est super et j'ai adoré ! J'avoue que quand j'ai vu le troll je me suis dis "pfff, ils en ont déjà vu d'autres dans cette famille :lol: :lol: !!!!!!
Hâte d'avoir le prochain chapitre !
Cool merci !!! Oui, evidemment, une Lily qui ne fait pas d'enquête ou de bêtise, c'est pas une vrai Lily !!!
Effectivement, je l'ai réécris, j'aurais du mieux relire pour que ça fasse plus fluide !!
Ahaha c'est sur qu'ils en ont déjà vu d'autre et que c'est "qu'un de plus" !!! :D :lol:
mama0785 a écrit :J'avais pas vuuuuuuuuu :o
J'ai vraiment adoré cette première tâche ! elle était assez éloignée de celles de la Coupe de Feu (à part le fait qu'elle doive affronter une créature, qui n'est pas la même que dans les livres, tout est différent), ce qui est très dur à réaliser, car on aurait plutôt tendance à s'inspirer des livres pour ce genre de choses ;) J'ai bien aimé comment tu l'as écrit, et j'ai très hâte de lire la suite :D
Je suis contente qu'elle t'ai plu !!! T'as tout compris, c'est vrai que j'ai un peu galéré avec mon idée, surtout que ce que j'ai écris et aussi assez éloigné de comment je l'avais imaginé au début !! En tout cas je suis heureuse qu'elle ait été appréciée !! Merci !!!
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

Coucou tout le monde ! Désolé d'avoir tant tardé, mais voila la suite !! J'espère que ça vous plaira toujours !! N'hésitez pas à me le dire, ou même dire ce que vous imaginez pour la suite ou ce que vous aimeriez ! Q
Chapitre 13 : Invitation


Emma a décidé qu’il fallait absolument qu’on se déniche le gratin des étudiants sorciers pour le Bal de Noël. Cynthia est tranquille, elle y va avec Hugo, mais pour le reste d’entre nous, c’est une situation délicate. Bien sûr, mon amie n’a pas abandonné l’idée de sortir avec Antoine, mais elle n’a pas encore eu l’occasion de le croiser. Peut-être qu’il m’a écouté et qu’il fui !
Comme Jane fait peur à Emma quand elle lui fait son regard de tueur en série, cette dernière se concentre exclusivement sur moi. D’autant plus quand on a appris que les champions allaient ouvrir le bal. J’ai finis par la laisser me dresser des listes à condition qu’elle exclue Quentin. Elle a rechignée mais après quelques minutes de réflexion, elle s’est faite à l’idée qu’elle avait rêvé une romance impossible entre nous deux et qu’il était temps qu’elle se réveille. D’ailleurs ce dernier n’a pas osé me demander quoi que ce soit, vu qu’il tente de jouer le rôle de l’ami, ce qui me convient parfaitement.
Mais j’avoue que j’ai beau retourner tout ça dans ma tête, je ne sais pas avec qui j’ai envie d’aller à ce fichu bal. Celui avec qui j’aurais pu le plus en profiter, c’est Hugo, mais je ne peux pas leur faire ça, à Cynthia et lui. J’ai donc mis tout ça entre parenthèse et j’y réfléchis ponctuellement. Comme en ce moment parce qu’Emma s’est mise à côté de moi pour discuter.
-Donc dès que t’as fait ton choix dans ces gars, tu ne vas surtout pas lui demander, c’est aux garçons de faire le pas. Tu te contentes de le regarder en souriant aussi souvent que possible et de papillonner des yeux. Vas-y, papillonne des yeux pour voir ? Oui, parfait, comme ça ! Donc tu as bien compris, tu … Par Merlin ! Antoine est là ! Présente-moi ! Lily présente-moi tout de suite ou il va encore s’évaporer !
Je me retourne et vois en effet le français, adossé au mur qui semble gentiment draguer une fille, trop naive pour faire autre chose que rougir bêtement en bavant presque devant Antoine. Qu’est-ce qu’il doit aimer ! Je soupire et me dirige vers lui. Il me repère et m’adresse un sourire flamboyant.
-Lily ! Comment va la future perdante ? Bien joué pour le troll ! Dommage que t’ai pas pensé à faire comme Marie !
Tout remord que j’aurais pu avoir de lâcher Emma sur lui s’envole.
-Salut Antoine, je vais bien merci, et toi ? Ah nan, ne me répond pas, je m’en fiche ! Sinon, je te présente, Emma. Antoine voici Emma. Emma, voici Antoine. Voilà, je vous laisse faire connaissance.
Je les abandonne à toute vitesse, ravie d’être débarrassée d’un fardeau. J’aime Emma, mais j’ai mes limites. Et il semblerait que parler garçons avec elle en soit une. Je profite d’être dans le coin de la classe de « Transfiguration » ou Métamorphose pour les intimes, pour chercher le champion d’Henmills des yeux. Hier j’ai été incapable de le trouver de la journée. Certes, ce n’est pas comme si je l’avais vraiment cherché, mais pour percer le mystère William Turner, il faut bien que je le suive de temps en temps. En fait, j’ai réussi à noter tous les cours qu’il a et jusqu’à hier, j’arrivais à le « croiser par surprise » tous les jours. Je vois sa classe sortir du cours, j’aperçois même sa copine, mais lui, pas l’ombre d’un orteil.
Je repars déçue, après avoir vu le dernier élève sortir. Ce n’est pas aujourd’hui non plus que je pourrais le filer ou l’espionner. J’ai à peine fais quelques mètres qu’un garçon m’interpelle. Brun aux yeux vert, me dépassant d’une demie-tête, j’aurais pu le trouver pas mal si mon instinct n’émettait pas une alarme « Attention » que je n’arrive pas à expliquer.
-Lily ? Ça ne te dérange pas que je t’appelle Lily ? Je suis Max. Tu cherchais William ? J’ai remarqué que tu l’observais souvent. J’imagine que tu sondes tes adversaires. C’est bien, mais tu ferais mieux de faire attention à William.
Mince, bon il semblerait que je puisse repasser pour ma soi-disant discrétion légendaire.
-Faire attention ? Comment ça ?
-Disons qu’il n’a pas très bonne réputation. Il est violent. Et n’importe quelle fille devrait se méfier de lui, si tu vois ce que je veux dire.
Son commentaire m’agace. J’ai déjà interagis avec William et certes, il dégage une aura de violence mais il n’a rien fait de déplacé. Et je suis sûre qu’il ne ferait jamais rien.
-Pourtant Jolène ne semble rien avoir à craindre de lui.
-Ah, elle … non, effectivement, mais c’est parce qu’ils se connaissent bien. Leurs familles se connaissent depuis toujours. Mais William est très protecteur envers elle. Un jour il a même tabassé un gars juste parce qu’il avait demandé à Jolène de sortir avec lui. On croirait presque des jumeaux à les voir ensemble. Mais il faut dire qu’elle est surement aussi dangereuse que lui.
Des jumeaux ? Ils ne sortent pas ensemble ? A mon avis, ce gars ne sait pas tout, parce qu’ils agissent clairement comme un couple.
-Si tu le dis.
-En tout cas, ça ne sert à rien de le chercher. Il est parti. Il rentrera surement d’ici un jour ou deux. Une affaire familiale, il parait.
J’acquiesce en réfléchissant. Ça doit être grave pour qu’on l’autorise à quitter Henmills comme ça. Mais j’ai du mal à comprendre pourquoi ce gars me dit tout ça.
-Heu, sinon je me demandais, est-ce que quelqu’un t’emmène au bal ?
Ah, voilà. J’ai ma réponse. Je le toise et tente de m’imaginer passer la soirée avec lui. Hum… nan définitivement pas !
-Pas encore.
-Du coup, toi et moi, enfin, on pourrait… tu vois quoi !
Il est sérieux ! Si jamais j’avais eu un doute et j’étais prête à dire oui, il vient de me dégouté à jamais. C’est la pire demande de l’histoire des demandes !
-Non je ne vois pas.
Je lui fais un grand sourire, et un clin d’œil.
-Allez, je te laisse, j’ai des recherches à faire !
Je repars sur une démarche assurée et m’empresse de tourner au couloir. Bon. Je viens de mettre mon premier vent… enfin concernant cette histoire de bal. Si seulement ça pouvait être le dernier. Qui sait, le prochain qui me demandera sera peut-être mon prince charmant, qui me chantera la sérénade. Ou pas…

Après s’est retrouvé au pied du mur, Antoine s’est senti obligé d’inviter Emma au bal. Evidemment, elle ne nous l’a pas raconté comme ça, mais on la connait. C’est impossible qu’Antoine lui ait soudainement dit « T’as de beaux yeux, tu sais ? Accepterais-tu de m’accompagner au bal, pour accorder tes magnifiques pupilles avec les miennes ? » Certes, elle aime beaucoup enjoliver la réalité, mais connaissant le loustique, elle a dû évoquer le bal devant lui une dizaine de fois pour qu’il en vienne à le lui proposer. Du coup, elle a décidé de trouver quelqu’un pour Ernie aussi et pour une fois, le pauvre s’est vraiment énervé.
De mon côté, le professeur Grotway a tenu à me donner des cours particuliers pour que je sache danser. Heureusement j'ai pu décliner parce qu'Alice m'a forcé à l'accompagner à quelques cours cet été, soi-disant pour qu'on soit à notre top, si besoin. Mouais, elle savait juste qu'il y aurait le bal de noël et s'est assuré que je ne me plante pas en beauté. Grotway a aussi beaucoup insisté sur le fait que les champions représentaient leurs écoles même le jour du bal et s’est enquit d’un potentiel cavalier. Je suis maintenant obligé de regarder s’il n’y a pas un mec mignon qui pourrait potentiellement accepter de venir au bal avec moi.
-Hé, Lily !
Je me retourne pour tomber sur Marie. Elle m’adresse un grand sourire que je lui rends avec plaisir.
-Marie Gardinier ! Que me vaut ce plaisir !
Elle me pousse gentiment du coude et je manque le mur de peu.
-Je viens juste parler avec mon adversaire préférée ! Quoi de neuf ?
Hum bonne question.
-J’ai toujours pas de cavalier.
Marie éclate de rire. J’attends qu’elle reprenne son calme pour lui demander ce qui l’amuse à ce point. Ce n’est pas que c’est une réaction exagérée mais presque !
-Qu’est ce qui te fais rire ?
-Désolé, c’est sorti tout seul. Comment se fait-il que personne ne t’ai proposé ? Tu sais que moi, quand on a su que j’ouvrais le bal, une dizaine de mes amis m’ont demandé de les accompagné ! Quel toupet, comme si j’allais abandonner mon chéri juste parce qu’il a deux pieds gauche.
Oh, oh ! La commère en moi se réveille.
-T’as un copain ?
Elle sourit et tout l’amour qu’elle éprouve pour lui transparait sur son visage.
-Ouais. On est ensemble depuis deux ans. On a nos hauts et nos bas mais on tient le coup. Je te dirais bien que je ne vais pas t’embêter plus avec ça, mais j’ai cru comprendre que tu avais une réputation de journaliste à scandale, alors je suis sûre que ça ne te gêne pas si je continue de parler de lui. Il est merveilleux, doux, un peu stupide par moment et …
Et elle ne s’arrête plus. Hum. Je crois que les potins, arrivé un certain moment, c’est plus soulant qu’autre chose. Mais comme Marie est sympa et qu’elle sait rendre épique ce qu’elle raconte, je ne peux m’empêcher de rire.
Je la quitte après une heure de discussion, où on a décrété que la deuxième épreuve serait un spa ou il faudrait affronter des masseuses un peu trop zélée qui voudraient nous faire un lifting en plus de la manucure. On espère de tout cœur que les jurys nous entendrons et prendrons en considération notre demande.
Alors que je tourne au bout du couloir, je vois Jolene sortir de l’infirmerie. On se retrouve face à face, se détaillant l’une, l’autre.
-Potter.
Elle m’adresse un geste de la tête et je réponds de même.
-Winstone. Tu es malade ?
Elle jette un coup d’œil vers l’infirmerie et me fusille du regard, sans que j’ai rien fait de mal.
-Non. Will a juste attrapé une grosse indigestion et je venais le voir.
Je fronce les sourcils.
-Une indigestion ?
-Oui. Il a l’estomac fragile. Maintenant, si tu veux bien m’excuser, j’ai à faire.
Elle s’éloigne pendant que je m’étonne. D’après Max, William Turner était absent à cause d’un problème familial hier. Que je devienne chauve si entre hier et aujourd’hui, il est rentré et tombé malade ! Décidément, le mystère qui l’entoure m’intrigue de plus en plus.
Je jette un coup d’œil autour de moi. Personne dans le couloir. Je pousse la porte de l’infirmerie et me retrouve dans une salle semblable à celle de Poudlard, sauf que les lits semblent plus confortables. Ils sont tous entouré d’une espèce de bulle insonorisée. Je le comprends en voyant une fille alité qui a décidé de passer ses nerfs sur un garçon, qui le lui rend bien. Pourtant, pas un son ne filtre. Je balaie la pièce du regard et finit par trouver celui que je cherche, tout au bout, près du bureau de l’infirmière, ou la plaque Dr Savannah Mayes est impossible à louper.
William ne me remarque pas tout de suite, et j’hésite pendant quelques secondes. Est-ce que c’est vraiment une bonne idée ? Je n’ai pas le temps de répondre à ma propre question qu’il m’aperçoit et fronce les sourcils. Son regard m’envoute autant que son secret et je réalise que mes pieds ont bougé tout seul que lorsque je me retrouve devant lui. Il soupire et me fait signe de rentrer dans la bulle. Sans ça, il ne m’entendra pas plus que moi. Je m’exécute, un peu hésitante. Qui sait si je ne viens pas de me jeter dans la gueule du loup ? Après tout, Max dit bien qu’il est dangereux. Et s’il avait raison ?
-Potter. Pourquoi ça ne m’étonne pas ?
-Turner, comment vas-tu ?
Il me regarde, surpris que je m’inquiète pour sa santé. J’en profite pour m’assurer que j’ai raison.
-J’ai croisé ta copine qui m’a dit que tu avais attrapé la grippe. Alors comme ça on est une petite nature ?
Un vrai sourire se dessine sur ses lèvres. Je crois qu’en fait, je ne l’ai jamais vu aussi détendu. Comme s’il avait enfin l’occasion de ne pas être sur ses gardes.
-Elle a du se tromper, ce n’est qu’une espèce d’indigestion.
Hum. Je suis sceptique, même s’il ne s’est pas laissé avoir. En même temps, c’est vrai qu’il a l’air fatigué. De grosses cernes s’étalent sous ses yeux.
-Pourtant la nourriture est bonne !
Il éclate de rire, me surprenant. C’est la première fois qu’il a l’air de vraiment s’amuser. Sans cet air renfrogné, il est plutôt pas mal. Même plus que ça. Je crois que je rougis. Pourvu que ce ne soit que mon imagination !
-Ce n’est pas une indigestion d’aliments, si tu vois ce que je veux dire.
Je ne peux pas lui avouer que, nan, je ne vois pas ce qu’il veut dire.
-Bien sûr, c’était pour rire. Tu sors bientôt ?
Et voilà, c’est le retour du sourire en coin. Mais c’est qu’il est en forme aujourd’hui ! Où est passé l’homme des cavernes ?
-Je te manque tant que ça ?
Je manque de m’étouffer et voyant que ça le fait rire, je décide de rentrer dans son jeu, avec un peu de retard, malheureusement. Je papillonne des yeux en le regardant, avec mes yeux de biche.
-Oh oui, William, ça me manque tellement de ne pas pouvoir te suivre pour découvrir ce que tu caches. Je m’ennuie sans toi.
Il tique un peu et c’est à mon tour de sourire. Lily : 1, William : 0.
-Je sors demain, si Savannah accepte.
Mon air satisfait semble l’inquiéter.
-Parfait, ce weekend, mes amis et moi, on aurait besoin d’un guide, pour explorer autre chose que cette île. C’est tellement gentil à toi de te proposer.
William se redresse, et je n’arrive pas à quitter des yeux la petite mèche qui s’est collé à son front.
-Et pourquoi je ferais ça ?
-Parce que si tu nous sers de guide, j’accepte de laisser de côté la découverte de ton secret jusqu’au bal de Noël.
William réfléchit pendant quelques secondes avant de soupirer.
-Très bien. Deal.
Un sourire s’installe sur mes lèvres et je sais qu’il ne va pas les quitter avant un moment. Les amis, je suis un génie. A nous l’Amérique !
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2563
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par cochyo »

Tu vas nous faire le coup du loup garou :lol:
Chapitre sympathique
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

cochyo a écrit :Tu vas nous faire le coup du loup garou :lol:
Chapitre sympathique
Ahah je ne dirais rien, même sous la torture !!! Contente que tu ais apprécié !!
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

Hey !!! Hum désolé de l'attente voila la suite !!
J'espère que ça vous plaira !!


Chapitre 14 : Un cours d'histoire


William est bien sorti de l’infirmerie et m’a fait savoir qu’ils nous emmèneraient sur le continent, avec Jolene. Les autres étaient un peu sceptique, voir pas trop rassuré, vu le tableau qu’on nous a brossé du garçon, mais ils ne pouvaient pas louper une occasion pareil.
Je me suis empressée de manger mon petit dèj, pour aller chercher ma chienne et attendre devant la porte d’entrée. Petit à petit, tous mes amis m’ont rejoint, même Quentin, et nous n’attendons plus que les deux américains.
-T’es sure qu’on peut leurs faire confiance, Pouca ?
Je me retourne vers mon cousin. Hugo n’aime pas trop que je fouille dans la vie de William, il est un peu trop protecteur à mon goût.
-Moi je leur fais confiance, si tu ne veux pas, toi, t’as qu’à me faire confiance.
Il pose sa main sur mon bras, en signe d’apaisement. C’est sa façon de s’excuser. Je lui adresse un sourire et tout rentre dans l’ordre. Je lui envoie un petit coup de coude, et celui qu’il me rend n’est pas pour répondre à mon jeu, mais pour me montrer que ceux qu’on attend sont en train de descendre.
Mon regard se focalise sur William, et je retiens mon souffle. Face à qui vais-je me retrouver aujourd’hui ? Le mec plutôt sympa, ou le type froid que je ne peux m’empêcher de craindre mais que je provoque sans cesse ? Le bras de Jolene entoure le sien et il rit à quelque chose qu’elle vient de dire. Quand il relève la tête, son regard se plante dans le mien, et si j’y vois toujours de la méfiance, il semblerait qu’il ne soit pas aussi tendu qu’avant. Et comme toujours, quand il faut détendre l’atmosphère, je fais ce que je sais faire de mieux, je fais un grand sourire qu’on qualifie d’éblouissant. William est surpris, je le vois à sa tête, mais il finit par esquisser un petit sourire en coin. Il semblerait qu’il y a deux jours, le véritable sourire qu’il abordait n’était qu’un mirage.
Un main se pose sur mon bras et me serre pour que je me retourne. Quentin me regarde, d’un air mécontent.
-C’est Lui, notre guide ? Tu réalises que c’est ton adversaire ?
Je fronce les sourcils. Pourquoi se réveille-t-il que maintenant ? Ah… peut être que cette conversation, je l’ai eu avec mes amis dans notre salle commune et qu’effectivement, Quentin n’y était pas.
-Oui, c’est bien lui, et je m’en fiche que ce soit mon adversaire. Aujourd’hui, c’est avant tout notre guide. Maintenant, si tu n’es pas content, tu n’es pas obligé de venir.
Alors qu’il va répondre, Phila grogne en le regardant. Elle a compris que j’étais agacée et que Quentin m’énervait. Il lève les mains en l’air et quand elle se remet à tirer la langue en le regardant plus gentiment, il lui caresse la tête.
-Je me rends. C’est toi qui sais ce que tu fais.
Je me retourne vers les américains en espérant qu’effectivement, je sais ce que je fais. Jolene fait clairement la gueule. Je crois qu’elle n’a vraiment pas envie d’être avec nous. Elle préfèrerait probablement être seule avec son chéri. Ils s'arrêtent face à moi.
-Salut.
Je souris à l’un comme à l’autre et la jeune fille perd un peu son air désagréable.
-Salut. Bon, vous êtes prêts ?
Je regarde mes amis, qui timidement, saluent le couple les uns après les autres.
-Ouep, on est prêt. Mais avant de partir, pour éviter les “toi”, par ci, les “passe-moi le sel, le mec en jaune” par là, je fais les présentations. Le rouquin trop choupinou, c’est Hugo, mon cousin.
-Tu perds rien pour attendre, je vais t’en donner du choupinou, moi !
Je souris mais ne m’arrête pas.
-La sangsue à côté, c’est sa copine, Cynthia. Sur sa gauche, la chinoise, c’est Jane, faites attention à elle, on pense qu’elle mord. Et l’autre excité qui essaye de garder l’air calme, c’est Emma. Si vous avez des animaux, surtout des chiens, cachez les avant qu’elle ne vous les vole. À côté d’elle, le gars qui fait son timide, c’est Ernie, une vrai tête. Franck c’est l’espèce de géant. Passez-lui un instrument de musique, il talonnera quelques minutes avant de vous jouer du Mozart.
-Mais si vous préférez, je fais aussi du Strang’Brother.
-Le grand métis, c’est Benjamin, Benjy pour les intimes. Si vous cherchez quelqu’un pour faire une bonne blague, c’est à lui qu’il faut demander, et pas Franck, parce que Franck a la mauvaise manie d’en faire trop, de faire trop de bruit et de se faire choper. L’autre en bleu, c’est le seul qui ne soit pas de notre maison, mais on l’accepte quand même. Il s’appelle Quentin et il soit agaçant tellement il est intelligent. Enfin, ça c’est ce qu’il croit. Et maintenant, j’ai gardé le meilleur pour la fin, le clou du spectacle dans notre petit groupe.
Je m’arrête une minute pour ménager mon effet. Les deux américains ne peuvent s’empêcher de sourire tandis que les autres lèvent les yeux au ciel. Ahah s’ils savaient.
-La merveilleuse, que dis-je, la sublime… Phila, ma chienne, l’amour de ma vie, l’être le plus pure qui existe.
Ils se mettent tous à rigoler, ou ricaner, ça dépend qui, et Phila aboie, pour montrer sa joie.
-Et de l’autre côté, nous avons, la mystérieuse Jolene qui peut vous tuer d’un regard, et le non moins surprenant William, qui semble vouloir cultiver le mythe du beau brun ténébreux. Bon, je me doute que vous n’aurez pas retenu tous les noms, donc n’hésitez pas à demander, mes amis ne mordent pas.
Jolene se raidit mais acquiesse. William, quant à lui, prends la tête des opérations. Je ne peux m’empêcher de remarquer que tous les Henmillois que l’on croise nous regarde avec de grand yeux, comme s’ils ne croyaient pas ce qu’ils voyaient.
J’accélère pour rattraper nos deux nouveaux compagnons. Hors de question que je manque ne serait-ce qu’une information de ce qu’ils peuvent nous apprendre sur ce pays.
-On se rend où exactement ?
-Ça dépend de ce que t’entends par où.
Je regarde l’américain, perplexe. Jolene soupire.
-Ce qu’il veut dire, c’est que ça dépend ce que tu demandes. Tu veux savoir où on se rend pour quitter l’ile, ou bien dans quelle ville ?
Hum, les deux mon capitaine !
-Disons que pour l’instant, je veux bien savoir où on se rend sur l'île.
William met une main dans ses cheveux mi-long pour les recoiffer (ou les décoiffer, je ne suis pas sûre de faire la différence) et je remarque que sans uniforme, Jolene et lui ont du style.
-On descend tout en bas, près de là où vous avez accosté. Il y a une sorte de port qui abrite un portail. Il est actif seulement le weekend et pour toute personne de Henmills ayant plus de treize ans. Et comme ta prochaine question va être sur l’endroit où nous nous rendons, je vais commencer par cette question. Sais-tu où nous sommes par rapport aux Etats-Unis ?
-Absolument pas. J’ai cherché dans des manuels, mais aucun n’indique votre emplacement.
-Normal. Pour faire rapidement la petite histoire de Henmills, c’est probablement la plus jeune école de magie qui existe. Elle a été créée en 1683, après le procès des sorcières de Salem. Les dirigeants de l’école craignaient qu’un jour, les moldus ne s’en prennent à l’école, et même si, techniquement, nous n’avons rien à craindre d’eux, on a pensé que réunir tous les apprentis sorciers des Etats-Unis à Ilvermorny n’était pas l’idée du siècle. Parmi les accusés, Martha Corey était une sorcière, fraîchement diplomée. Elle n'était malheureusement pas assez expérimentée pour s’en sortir.
Un frisson me secoue. Phila sent que je suis troublée et elle vient poser son museau contre ma main avant de me donner un coup de langue. Personne ne remarque rien et William continue son cours d’histoire.
-Elle n’est pas la seule sorcière à avoir été prise dans cette chasse aux sorcières, mais c’est celle qu’on retient le plus, du moins, nous, personnellement, les élèves de Henmills, car c’est sa famille qui a fondé l’école après avoir déménagé. Sachant que l’institut de Salem se trouvait en pleine ville, à la vue et au su de tous, Mr Corey a voulu construire tout l’inverse. Un lieu inaccessible aux moldus, où nous n’aurions rien à craindre. Il a abandonné ses recherches - c’était un alchimiste, je crois - pour créer cette île et Henmills. L'institut de Salem est un leurre, et pendant longtemps, Henmills est resté un secret bien gardé. Le ministère a accepté sans trop de problème la création de l’école, et la répartition des différents états s’est faites entre Ilvermorny et ici.
On a descendu quasiment tout le chemin, jusqu’au port. Tout le monde se presse autour de William pour écouter l’histoire d’Henmills, mille fois plus intéressante que les cours de Binns.
-Henmills n’est trouvable nulle part sur les cartes, car techniquement, l'île n’existe pas. Elle n’a d’ailleurs pas de nom. Elle est protégée par tous les sorts possibles et non seulement elle repousse les moldus mais elle n’est pas visible d’eux. Même les vue satellites ne peuvent la prendre en photo. Mais ça, j’imagine que c’est pareil chez vous. Comme vous le savez, l’île se trouve dans l’océan atlantique. Et si Ilvermorny se trouve au nord-est des Etats-Unis, Henmills est au Sud-Est. Les couleurs qui vous avez pris s’explique par la proximité de la Floride. Et pour répondre à ta deuxième question, Lily, une fois que nous aurons passé le portail, nous nous retrouverons en plein cœur d’Orlando, la plus grande ville de Floride.
Orlando ! Bon ce n’est pas New-York, mais c’est pas grave. J’ai le cœur qui bat plus vite. Est-ce que ça va ressembler à chez nous ? Au chemin de traverse ? Ou alors au peu que j’ai vu en France ? J’avoue que leurs grands immeubles – appelé type Haussmannien – m’ont beaucoup impressionné. Est-ce qu’Orlando, ça va être ces grands immeubles en verre comme le côté moldu ? Pourtant, un détail retient mon attention.
-Je croyais que c’était Jacksonville, la plus grande ville de Floride ?
William esquisse un sourire en coin.
-Madame connait sa géographie ! Effectivement, côté moldu, c’est bien la plus grande ville, mais depuis que les parcs d’attractions se sont installé à Orlando, en 1971, c’est un coin qui attire beaucoup, parce qu’on ne détonne pas dans le paysage si jamais on passe du côté moldu.
Pas bête ! Oh j’espère qu’un de ces jours, on pourra profiter d’un des parcs d’attraction ! Je trépigne d’impatience, en voyant qu’on est quasiment arrivé au portail. Jolene me jette un regard moqueur.
-T’as l’air encore plus excitée que ton chien.
-C’est parce qu’elle est bien élevée. Alors que moi … Du coup il faut bien que y en ait une qui relève le niveau. C’est pour ça que je l’ai emmenée.
Elle part dans un fou rire. Elle semble se détendre un peu plus. C’est drôle, j’ai l’impression qu’elle veut me détester mais qu’elle n’y arrive pas.
-Je peux te poser une question, Jolene. Ça ne t’embête pas que je t’appelle par ton prénom ?
Son fou rire redouble de puissance.
-C’est ça ta question ? D’abord, c’est vous la bande de coincés, nous, on n’a aucun problème pour s’appeler par nos prénoms.
-Parfait. En vrai c’était pas ma question. Pourquoi tu ne m’aimes pas ?
Elle redevient sérieuse en un instant. Elle me jauge et je vois que derrière elle, William nous jette un regard curieux, voyant qu’on s’est légèrement éloignées pour parler.
-Parce que je n’ai pas confiance en toi. Et que rien ne me garantit que tu ne blesses pas Will. Il a l’air de t’apprécier malgré lui, et plus tu chercheras à le connaitre, à savoir pourquoi il est différent, pourquoi tout le monde a peur de lui, plus tu le blesseras. Et ça, c’est hors de question. Malheureusement, c’est sa vie, et je ne peux que le regarder courir à sa perte.
-Tu es jalouse ?
J’avoue que je n’arrive pas à comprendre son discours. Elle m’observe pendant une bonne minute, avant qu’une lumière s’allume dans son regard et qu’elle s’esclaffe. Ses longs cheveux argentés virevoltent autour d’elle. On dirait une des déesses de la mythologie grecque. Espérons que ce ne soit pas celle de la chasse…
-Will n’est pas mon mec. Je suis sa copine, mais pas dans le sens où tu l’entends. C’est mon frère, même si on ne partage pas le même sang. Et jamais rien ne se passera entre nous, on est aussi lucide là-dessus l’un que l’autre. Peut-être qu’il s’intéresse à toi dans ce sens-là, mais avec Will c’est toujours compliqué à savoir. Par contre, si c’est ton cas à toi, Miss, tu vas droit dans le mur. Will n’est pas du genre à vouloir une copine. Surtout pas si elle n’est que de passage.
Je suis bien heureuse d’être déjà rousse, parce que sinon, je crois que j’aurais attrapé la métamorphomagie de Teddy et de la petite Cora et j’aurais viré au rouge jusqu’aux cheveux. Je déteste aussi d’être rousse parce que personne ne peut manquer de voir que je rougis comme une gamine.
-Je ne … j’ai … William n’est pas mon type.
Jolene n’a pas l’air de me croire, mais c’est pourtant vrai. Bon je n’ai pas de type précis, mais jamais je ne … enfin, oui, il est beau gosse, et son aura de mystère m’attire, mais c’est seulement le mystère qui m’attire ! Pas … lui ?
-Si tu le dis. Tant mieux pour toi. Allez, on y est. Will, qui passe devant ?
Il nous jette un regard intrigué avant de lui répondre. Le petit port ressemble à celui qu’on a qui contient les barques pour aller sur le lac. Sur un côté du mur, le portail se dresse, immense, et trouble comme l’eau. William parle avec le gardien qui observe notre petit groupe à la dérobé avant d’acquiescer.
-C’est partie ! Jolene va passer la première, et vous allez pouvoir suivre. Vous n’avez qu’à traverser. Simple comme tout, vous verrez.
La jeune fille sourit, apparemment ravie d’ouvrir la marche, et se met sur la pointe des pieds pour lui plaquer un bisou bien sonore sur la joue, sans se soucier du garçon qui lève mes yeux au ciel, réprimant malgré tout un sourire. Elle traverse le portail et je me précipite à sa suite, en criant « Deuz », n’entendant que le début de la phrase de William.
-Bienvenue à Orlando, la ville-mi...
mama0785

Profil sur Booknode

Messages : 2551
Inscription : ven. 14 déc., 2012 6:49 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par mama0785 »

J'avais pas vu le chapitre d'avant, quelle joie d'avoir un chapitre à rattraper, ça m'a fait plus de lecture :o :mrgreen:
Spoiler
Je suis 99% sure que le secret de Will c'est que c'est un loup-garou, y a tellement d'indices qui concordent, je ne les compte même plus :D
En tout cas je suis super heureuse de lire la suite :)
Je suis toujours team Quentin, donc je suis pas forcément pour le fait qu'il se passe un truc entre Lily et Will, mais bon j'espère un peu que ce ne serait qu'une étape vers un couple Quentin/Lily hehe
Hâte de voir la suite, surtout de voir ce qui va se passer au bal :roll:
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2563
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par cochyo »

Oui !
Super ! Ah ça fait vraiment du bien même si ce chapitre ne fait pas beaucoup avancé ...
Charmimnachirachiva

Profil sur Booknode

Messages : 529
Inscription : lun. 30 avr., 2018 6:22 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par Charmimnachirachiva »

Coucou !
Supers chapitres ! ( je suis pas sûre qu'on mette un s à super... :lol: )
J'aime bien l'ambiance "groupe d'ami" et Lily est juste géniale !
Passons aux théories :
C'est vrai que c'est possible que Will soit un loup-garou mais même s'il y a ça, je pense qu'il y a encore plus...
Et je veux toujours connaitre l'incident !!!
Quand au couple Lily/Will... Pourquoi pas. J'imagine déjà les commentaires s'il devait y avoir un couple de champion :lol:
Mali26

Profil sur Booknode

Messages : 205
Inscription : dim. 27 janv., 2013 1:37 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par Mali26 »

Toujours aussi cool, hâte de lire la suite!
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

mama0785 a écrit :J'avais pas vu le chapitre d'avant, quelle joie d'avoir un chapitre à rattraper, ça m'a fait plus de lecture :o :mrgreen:
Spoiler
Je suis 99% sure que le secret de Will c'est que c'est un loup-garou, y a tellement d'indices qui concordent, je ne les compte même plus :D
En tout cas je suis super heureuse de lire la suite :)
Je suis toujours team Quentin, donc je suis pas forcément pour le fait qu'il se passe un truc entre Lily et Will, mais bon j'espère un peu que ce ne serait qu'une étape vers un couple Quentin/Lily hehe
Hâte de voir la suite, surtout de voir ce qui va se passer au bal :roll:
Hé hé je ne dis rien pour William, tu verras bien !! =D
Ahah team Quentin c'est noté !! J'ai hate de voir comment tu évalue la suite alors !! =D
Bon la suite a énormément tardé (désolé :oops: ) mais j'ai au moins un chapitre à vous mettre sous la dent !!
cochyo a écrit :Oui !
Super ! Ah ça fait vraiment du bien même si ce chapitre ne fait pas beaucoup avancé ...
C'est sur que c'était un chapitre tranquille, mais la suite sera un peu plus dans l'action !! =D
Charmimnachirachiva a écrit :Coucou !
Supers chapitres ! ( je suis pas sûre qu'on mette un s à super... :lol: )
J'aime bien l'ambiance "groupe d'ami" et Lily est juste géniale !
Passons aux théories :
C'est vrai que c'est possible que Will soit un loup-garou mais même s'il y a ça, je pense qu'il y a encore plus...
Et je veux toujours connaitre l'incident !!!
Quand au couple Lily/Will... Pourquoi pas. J'imagine déjà les commentaires s'il devait y avoir un couple de champion :lol:
Coucou !! Comme promis je suis venue pour la suite !!
Hé hé contente que lily te plaise, je trouve que c'est un des personnages les moins évident a écrire, parce qu'elle était là dans les autres histoires et qu'elle a évolué !! Mais ça me rends vraiment heureuse de savoir que tu la trouve géniale !!
Oh oh et qu'est ce qui te fait penser qu'il y a plus ??
Ahah c'est sur que ça serait de l'inédit un couple de champion !!!
Mali26 a écrit :Toujours aussi cool, hâte de lire la suite!

Merci Mali !!! La voila justement !!!!
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

J'avoue j'assure vraiment pas !!! J'étais un peu en pleine panne d'inspi et j'ai finis une autre histoire sur laquelle j'étais du coup j'ai un peu délaissé Lily !! Mais Charmimnachirachiva m'a permi de me rappeler que j'avais au moins un chapitre que je pouvais mettre !! Alors le voila !! Encore désolé de ne pas avoir posté avant et promis, je me remets à Lily rapidement !!!! Bonne lecture !!

Chapitre 15 : La ville-miroir


La première chose que je constate en arrivant à Orlando, c’est que ça fait du bien d’être sur la terre ferme. Le portail donnait l’impression de nager en eau profonde, et j’ai du mal à m’habituer à cette sensation. J’atterris à quatre pattes, sous le regard goguenard de Jolene. Elle me tend une main, et ce n’est que pour ne pas paraitre plus stupide que je la prends, enfouissant ma fierté dans ma poche.
-T’inquiète, ça nous est tous arrivé, la première fois. Enfin, sauf à moi, mais c’est parce que je suis exceptionnelle.
Et effectivement, je peux voir que tous mes amis sont incapables d’arriver sur leurs deux pieds. William arrive en dernier, dans une réception impeccable qui fait quelques jaloux.
-Parfait. Maintenant que tout le monde est là, on peut y aller.
Jolene prend en charge la visite et commence à se diriger vers la sortie. Ce n’est qu’à ce moment que je prends conscience de ce qui nous entoure. Le portail nous a emmenés dans une pièce où de nombreux autres portails laissent apparaitre des tas de gens. Un peu comme une gare ou un centre de voyage international. C’est d’ailleurs probablement ce que c’est. Un homme s’avance vers nous pour nous contrôler et je remarque qu’il y en a près de chaque portail. La salle est immense et doit en abriter plus d’une cinquantaine. Les portails atteignent bien dix mètres de haut et le plafond est une voute en verre.
- Votre carte, Mesdemoiselles, Messieurs.
Je me retourne vers nos guides, un peu perdu. William sourit et tend sa main. Le contrôleur fait passer une sorte de manette au-dessus de son poignet et une sorte de tatouage lumineux blanc apparait pendant quelques secondes, avant de s’effacer.
-Très bien.
Il fait de même avec Jolene et lorsqu’il se retourne vers nous, William intervient.
-Ils sont avec nous. Ils viennent d’Angleterre.
Le contrôleur fronce les sourcils. Il nous dévisage avant d'émettre un petit sourire en coin.
-Poudlard ?
-Exactement.
Il me regarde et soupire avant de s'effacer pour tendre la main vers la sortie.
-Hé bien, bonne visite.
On se dirige vers le grand portail qui nous mènera dehors et je sens l'excitation monter en moi. Ça y est, c'est partit. Il ne reste que quelques mètre avant de passer de l'autre côté et pourtant, le voile trouble qui remplit le portail ne nous permet pas de voir à quoi ça ressemble. Je ne peux m'empêcher de poser une main sur Phila et de tendre l'autre devant moi, au cas où je me ferai électrocuter, pour éviter que ce soit directement tout mon corps. Même si Jolene est passé, on ne sait jamais …
J'ai l'impression de traverser de l'eau et je suis soudain éblouie. Pas par le soleil, car il y a un dôme, mais une lumière éclatante illumine tout l'espace. Je cligne des yeux avant d'observer devant moi. J'ai l'impression que c'est comme les photos que j'ai vu du côté moldu. Des grands immeubles en verre partout autour d'un lac.
-Alors ? Ça ressemble à ce à quoi tu t'attendais ?
Je me retourne vers William. Ce à quoi je m'attendais ? En vérité je ne m'attendais pas à grand-chose, mais pas vraiment à ça.
-Pas vraiment. Sauf si on se retrouve du côté moldu.
Il esquisse un sourire et nous fait signe de le suivre.
-Tu vas voir.

J'avance en regardant les palmiers çà et là. Même si on n'a pas l'impression d'être chez les sorciers, c'est comme si … quelque chose était étrange, différent. Et pas seulement à cause du dôme. J'arrive à saisir un début d'idée lorsque Phila essaie d'attraper ma main pour me montrer l'immeuble en verre qui me revoit l'image de mon reflet. Je m'arrête quelques secondes pour observer le phénomène. C'est comme si ce n'était pas moi que j'observais. Certes, on a le même visage, mais le sien est bariolé de maquillage, ses cheveux sont attaché dans une coiffure que je serais incapable de faire, et ils sont multicolores. "Je" me fais un clin d'œil, et semble m'inviter à la suivre dans la boutique.
-Faites, attention, ici, les commerçants sont prêts à tout pour vous faire rentrer dans leurs magasins.
Et soudain je le vois, ce petit côté magique, qui fait que rien n'est ce qu'il semble l'être. J'attrape le bras de Jolene.
-Dis, si on est chez les sorciers, où se trouve le côté moldu ?
Elle sourit et fait signe vers William.
-C'est sa partie préférée, je ne vais quand même pas spoiler, il m'en voudrait énormément.
-Très bien, alors pourquoi y-a-t-il un dôme ?
Jolene me dévisage et cette fois, c'est avec satisfaction qu'elle me regarde.
-Je comprends mieux pourquoi c'est toi la championne de ton école.
Et sans me donner plus d'information, elle m'attrape le bras et me tire vers les autres. Elle a bien plus de force que ce que je pensais ! William nous a amené jusque devant le lac et attend, avec son air sérieux. Lorsqu'il voit qu'on les a rejoints, il nous demande de nous rapprocher de l'eau.
-Chers Poudlariens. Voici le secret d'Orlando, et d’où elle tire son nom de ville-Miroir. Approchez-vous encore du bord et regarder dans l'eau.
On s'exécute et tout d'abord, je ne vois rien. Pourtant, après quelques instants, c'est comme si mes yeux venaient de s'ouvrir. Sous l'eau, c'est comme s'il y avait …
-C'est moi ou je vois le soleil ?
Je me retourne vers Hugo qui a dit le fond de ma pensée, essayant toujours de comprendre ce qui nous fait face.
-Effectivement. Voici Orlando. Orlando Moldu. Nous nous trouvons sous la surface, de l'autre côté du lac, dans un endroit que les moldus ne pourront jamais atteindre. Bienvenue en Floride, mes amis.
Je crois que cette visite donne des ailes à William, parce qu'il s'enflamme un peu. Et puis petit à petit tout fait sens.
-Ça veut dire qu'on marche à l'envers ? Qu'il n'y a pas de soleil ? Comment fait-on pour tenir ?
Je me mets à les harceler de questions, auxquels l'américain répond avec patience, tandis que son amie rigole. Oui, il n'y a pas de soleil, ce qui éclaire, c'est la lumière capté et emmagasiné par des sorts qui les propagent partout dans la ville, comme ça, elle est éclairée même les jours de pluie. Un sort de gravité inversé est jeté sur Orlando, et quand on en prend conscience, on peut même s'amuser à marcher sur les murs. Oui, la majorité est bien à 17 ans aussi, et on peut donc boire dans les bars.
-Ça ne s'arrête donc jamais, toutes tes interrogations ?
J'essaie d'analyser si c'est un reproche, un constat, ou une tentative d'endiguer le flot de question, mais je n'arrive pas encore suffisamment à déchiffrer le jeune homme.
-Jamais ! Mais je veux bien faire une pause, si ça te fatigue.
Il rigole doucement et me jette un regard en coin, qui m'obliger à prendre une grande respiration de peur de me rendre ridicule.
-Nan, ça va. Continue.
-Will ! On est arrivé.
Il se retourne vers sa meilleure amie (et non sa petite amie !) et se plante devant un bar. Un sourire fleurit sur ses lèvres et il nous regarde.
-Les amis, voici le meilleur bar de tout le temps. Préparez-vous à voyager.
Il pousse la porte et lorsque j'entre à mon tour, j'ai l'impression de me retrouver 7 ans en arrière, quand je suis rentrée pour la première fois dans la Grande Salle. L'entrée donne l'impression d'être dans l'espace entouré de planète, avec des étoiles et des galaxies, la première salle, continue l'idée. On avance jusqu'au bar et je vois que la salle d'en face nous envoie sur les iles paradisiaques. Un couloir mène encore à d'autres salles et je me demande ce qu'elles nous réservent.
Le barman nous regarde approcher en souriant. Vu comment il regarde Jolene et William j'imagine qu'il les connait bien. Il a un look bien particulier, avec son chapeau, sa veste de costard ouverte qui laisse apparaitre des abdos parfaitement sculpté. C'est quoi cette façon de porter le costard sans chemise ! Bon, pas totalement le costard parce qu'en m'approchant, je peux voir qu'il est en jean. Sa barbe de trois jours associé à ses yeux marron souligné par de l'eyeliner lui donne un petit côté Pirate des Caraïbes. Je sens qu'il va falloir tenir Emma pour éviter qu'elle n'ait un nouveau crush.
-Mr Turner, la salle habituelle.
Le coup d'œil qu'échangent les deux américains ne m'échappe pas et Jolene prend les choses en main en secouant la tête.
-Est-ce qu'il serait possible de prendre la salle de jeu ? On fait visiter la ville à des amis venus de loin.
Le barman secoue sont shaker pour terminer son cocktail avant de tendre un bracelet en acier à William et le lui attacher sur le poignet. Il fait un signe vers le couloir.
-Vous connaissez le chemin.
Le jeune homme le remercie et nous enjoint à lui emboiter le pas. On est tout émerveillé. Je comprends mieux pourquoi c'est bar préféré. Quentin se hisse à notre hauteur, me forçant à battre en retrait.
-On ne commande pas ?
-Non, tout se passe dans la salle.
Il monte un escalier et à l'étage on sort du thème de l'espace pour se retrouver entouré de plaines, de roc et pour avoir vu des photos, j'ai l'impression qu'on est dans le Grand Canyon. On ne voit même pas les murs. Si une étrange lumière ne nous guidait pas, je n'aurais même pas l'impression d'être dans un bâtiment. Soudain, la lumière s'arrête et une porte se dessine et s'ouvre. Et là, j'ai l'impression d'être dans une salle d'arcade, pour avoir regardé des séries américaine, je m'en fais l'image exacte de ce qui est sous mes yeux. Un billard en plein milieu, une cabine avec marqué Karaoké en gros, des jeux de tirs, et même une piste de bowling. On pousse tous un cri de surprise et d'excitation. Je me retourne vers nos hôtes.
-C'est réel ou c'est juste de la déco ?
-Teste et tu verras. Je m'avance et touche le bois du billard en riant. Je cours comme une gamine vers les jeux d'arcade et choisit le Pac Man. Le siège ne disparait pas sous mes fesses et le pauvre Pac Man se fait manger par un fantôme sous mes yeux. C'est réel. C'est fou ! C'est génial même !
-Pouca ! Reviens ! On va commander.
Je rejoins Hugo et lui saute sur le dos, attrapant sa tête pour la frotter avec mon poing. Il grogne et essaie de me déloger mais en vrai il est aussi excité que moi. On se fait rappeler à l'ordre par Cynthia sous le regard hilare des autres.
Il n'y a pas de bar dans la salle comme je m'y attendais, juste une carte et une trappe dans le mur. Chacun fait son choix et aussitôt fait la carte disparait. On s'installe dans une sorte de petit salon en attendant l'arrivée de nos boissons. Ce lieu est incroyable.
On y passe l'après-midi, à jouer, discuter, et boire évidemment. Malgré notre rapprochement, William et Jolene restent toujours aussi mystérieux. Malheureusement comme j'ai juré d'abandonner mes recherches pendant un temps, je ne peux les harceler des questions personnelles.
Je remporte haut la main le tournoi de Bowling et ris comme une folle dans la salle de karaoké. Comme on s'y attendait, Hugo nous a tous éclaté avec ses reprises de chanson. Le temps passe à toute vitesse et la journée est parfaite, jusqu'à ce que Quentin fasse des siennes.
-Une partie de billard, ça te tente ?
Je soupire. Il a tenu à s'assoir à côté de moi quasiment partout où on s'est installé. Il redevient lourd et ça me fatigue. J'ai même eu l'impression qu'à un moment il essayait de tout faire pour que nos mains s'effleurent.
-Nope, je passe mon tour.
Je sens qu'il me fixe, mais je suis fatiguée de son petit jeu. J'attrape mon verre de Whisky Pur Feu et le finit d'une traite. Il se retourne alors vers William et l'interpelle d'un ton un peu agressif.
-Et toi ?
William le regard bizarrement, essayant probablement de comprendre pourquoi il est si tendu.
-Alors ? T'as peur de perdre ?
L'américain retient un ricanement et se lève pour faire face au Serdaigle. Il passe une main dans sa chevelure et penche légèrement la tête en plantant ses yeux dans ceux de mon ami.
-Pas de problème. Jo, tu peux me prendre un nouveau cocktail ? Si notre inviter veut avoir une chance contre moi, il faut que boive un peu plus.
La partie démarre et Quentin semble mener. Pourtant, un je ne sais quoi dans l'attitude de William me donne l'impression que c'est étudié. Le Poudlarien fanfaronne et au dernier moment, avec quelques boules bien placées, le champion d'Henmills éclate son score. En un coup, il met les trois quarts de boules restantes dans les trous. Alors qu'il est à deux doigts de gagner, il regarde Quentin et loupe grossièrement la boule, laissant la victoire au jeune homme. Pourtant, personne ne peut douter qu'il a fait exprès de perdre. Lorsque la dernière boule quitte le plateau, William s'incline devant son adversaire avec malice.
-Tu as raison, tu es bien meilleur. Félicitation.
Comme à la fin de l'affrontement, tout le monde s'était rassemblé autour d'eux, mes amis les acclament et pour garder la face, Quentin fait une courbette. William récupère son verre et le vide d'une traite.
-Les amis, ça va être l'heure de rentrer. Récupérez vos affaires. La note est pour moi.
Je proteste, avec tout ce qu'on a consommé, ça va lui couter une fortune. Jolene pose une main sur mon épaule.
-Ne t'inquiète pas, ce bar est un des rares plaisirs de Will, et il tient toujours à payer la première fois qu'il amène du monde. Il faut bien qu'il dépense de temps en temps l'argent qu'il se fait pendant les vacances d'été. Et comme c'est ici son job d'été, il a droit à des réductions.
Je le regarde sortir de la pièce pendant qu'on finit de se préparer. Généreux, même avec des gens qui ne sont pas vraiment ses amis. Je ne m'attendais pas à ça de sa part.
Lorsque je le rejoins en bas, je ne peux m'empêcher de lui poser une question.
-Pourquoi tu l'as laissé gagné ?
Il me jette un regard en coin et prend un air sérieux.
-C'est ce qui s'appelle la politesse, le sens de l'hospitalité.
Il me regarde de nouveau et sourit franchement.
-Et peut être une petite touche d'orgueil, j'avoue.

Sur le chemin du retour, je suis plongé dans mes pensées. Plus ça va, moins je sais quoi penser de lui. J'essaie de l'observer discrètement, mais à chaque fois, Jolene me surprend. On dirait qu'elle a les yeux derrière la tête ou qu'elle a un sixième sens. Elle m'adresse même un petit sourire lorsqu'Emma me ramène sur terre en parlant de ma prochaine hantise.
-Au fait, Lily, tu veux bien nous donner des cours de danse ? Qu'on évite de se ridiculiser devant tout le monde !
Je mets un moment avant de comprendre de quoi elle parle, avant de me rappeler qu'il ne reste que quelques semaines avant le bal. Et si l'idée de danser ne me pose pas de problème, celle d'avoir un cavalier me semble plus compliqué.
-Si tu veux.
-Moi aussi, je veux des cours !
Et voilà que toutes mes amies, Jane exclus se manifeste pour que je leur apprenne la danse d'ouverture. Tout ça parce que je vais régulièrement aux événements mondain et que par conséquent, j'ai dû apprendre toutes les subtilités du milieu politique, ce qui implique parfois la danse.
-Hé, moi aussi je veux savoir danser, comme ça je pourrais draguer ! Lily tu m'acceptes dans ton cours ?
Je rigole devant la bouille suppliante de Franck. Voir un grand gaillard faire les yeux du chat Potté est une expérience unique dont je ne me lasse pas, les quelques fois où il se sent obligé d'en faire usage.
-Très bien, Franck, mais en collant et tutu, sinon je ne t'accepte pas !
Jolene regarde son ami d'un air moqueur avant de se tourner vers moi.
-Puisque tu prends les garçons dans ton cours, Will devrait y assister, pour éviter de se ridiculiser devant tout le monde à l'ouverture du bal. Parce que moi j'en mourrais de rire, mais nos prof un peu moins. Une question d'honneur, tout ça, à ce que j'ai compris.
Je jette un regard aux dénommé en question qui fusille du regard la traitresse qui est à ses côtés, avant qu'il se retourne vers moi et capitule.
-Si tu as de la place, je ne ferais que regarder.
En acquiesçant, je me dis que les prochaines semaines risquent d'être très amusantes. Pour moi, du moins.
Charmimnachirachiva

Profil sur Booknode

Messages : 529
Inscription : lun. 30 avr., 2018 6:22 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par Charmimnachirachiva »

Coucou !!
Merciiiiii !!!!!! Ce chapitre est super !!!!
Tu nous fait découvrir un nouveau monde magique vraiment super. On sent que c'est réfléchit et pas juste un pâle reflet de Rowling ! D'ailleurs j'aime beaucoup l'idée de la ville miroir !! :)
Jolène qui aide Lily à se relever ça montre qu'elle devienne amies je trouve !
J'aime beaucoup l'ambiance du groupe de Lily (+Will et Jolène)
Voilà voilà, sinon j'ai juste super hâte d'avoir la suite (et de découvrir tous les secrets de tout le monde parce que tout le monde à plein de secrets dans cette histoire !! :lol: )
PS : je sens que ça va être quelque chose les cours de danses ! :lol:
mama0785

Profil sur Booknode

Messages : 2551
Inscription : ven. 14 déc., 2012 6:49 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par mama0785 »

Hellooooooo!
Yes, un mois de retard...
J'ai beaucoup aimé ce chapitre, avec la description d'Orlando version sorcier! La salle d'arcade a l'air géniale ahaha
Très hâte de lire la suite ! :D
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

Charmimnachirachiva a écrit : ven. 17 juil., 2020 3:30 pm Coucou !!
Merciiiiii !!!!!! Ce chapitre est super !!!!
Tu nous fait découvrir un nouveau monde magique vraiment super. On sent que c'est réfléchit et pas juste un pâle reflet de Rowling ! D'ailleurs j'aime beaucoup l'idée de la ville miroir !! :)
Jolène qui aide Lily à se relever ça montre qu'elle devienne amies je trouve !
J'aime beaucoup l'ambiance du groupe de Lily (+Will et Jolène)
Voilà voilà, sinon j'ai juste super hâte d'avoir la suite (et de découvrir tous les secrets de tout le monde parce que tout le monde à plein de secrets dans cette histoire !! :lol: )
PS : je sens que ça va être quelque chose les cours de danses ! :lol:
Hum j'ai un peu honte d'avoir déserte mais je suis de retour !!

Trop contente que ce chapitre t'ai plus avec l'ambiance !!! J'avoue que c'était pas facile pr moi parce que c'était tout un monde à inventer !!
Bien vu, jolene et Lily se rapproche et commencent à s'accepter !!!
Les cours de danse arrivent tout de suite !!!
Merci merci merciiiiiiiiiii pour ton commentaire et désolé d'avoir mis si longtemps !!!!
mama0785 a écrit : dim. 16 août, 2020 8:53 pm Hellooooooo!
Yes, un mois de retard...
J'ai beaucoup aimé ce chapitre, avec la description d'Orlando version sorcier! La salle d'arcade a l'air géniale ahaha
Très hâte de lire la suite ! :D
Coucouuuuuuuu !!!
Hum c'est pas moi qui fait dire quoi que ce soit pour le'mois de retard !! :oops:
Hé hé je suis contente que Orlando te plaise !!!! C'est vrai que ça serait trop bien d'avoir une salle d'arcade comme ça a côté de chez nous !!!
La suite arrivé tout de suite !!!!!!
lalisa78

Profil sur Booknode

Messages : 882
Inscription : lun. 11 juin, 2012 3:18 pm

Re: Moi ou Comment survivre quand on s'appelle Lily L. Potter [Harry Potter]

Message par lalisa78 »

Chers amis !!! J'avoue j'ai très honte !!! 5 mois sans nouvelle c'est pas cool du tout de ma part !! Pour ma défense j'ai été très occupé par un autre projet d'écriture qui m'a pris tout mon temps libre !!! Et me revoilà pour me concentrer sur l'histoire de Lily !!!!! Bonne lecture !!!!



Chapitre 16 : Et un, deux, trois …


-Non ! Emma, tu oublies encore un pas. Regarde.
Je prends sa place auprès d'Ernie et compte à voix haute pour qu'elle voie bien à quel moment elle s'est trompée. C'est le deuxième cours que je donne et probablement pas le dernier. Si certain comme Benji, Cynthia et Hugo se débrouillent les doigts dans le nez – ce qui n'est pas étonnant d'Hugo, il a reçu autant de cours que moi, même s'il n'a jamais voulu en parler – d'autre comme Emma me donne envie de m'arracher les cheveux. Au final toute la bande de copain a trouvé ça drôle de réviser ensemble, et en dehors que Quentin qui me propose l'air de rien à chaque cours de me servir de partenaire, j'avoue que je m'amuse quand même. William et Jolene squattent la salle avec nous mais jusqu'à maintenant, ils ne sont pas venus sur la piste de danse.
Ma démonstration prend fin lorsqu'Ernie m'écrase le pied sauvagement. Bon d'accord, il ne l'a pas fait exprès mais mon pied souffre. J'hurle et me mets à sauter sur place en attrapant la jambe. Ces imbéciles rigolent autour de moi, à part Ernie qui se répand en excuse.
-Riez tant que vous pouvez, on verra si vous riez toujours le jour du bal.
Furieuse, touché dans ma fierté, je m'empresse de sortir pour me passer le pied sous l'eau dans les toilettes. Une fois la douleur apaisée, je me redirige vers la salle de cours. Je sais que je n'ai qu'à ouvrir cette foutu porte pour reprendre du début, mais je suis toujours vexée. En plus connaissant mes amis, et ces derniers me connaissant, aucun ne me courra après, ils attendront juste que je reviens de meilleur humeur. Certes, s'ils avaient voulu me suivre, ils s'en seraient pris plein la figure, mais ça aurait fait du bien à mon ego qu'on vienne s'excuser de s'être moqué de moi.
Lily, tu es bête, allez, go, rentre dans cette salle. Ça ne sert à rien de faire la tête, tu ne sais pas rester fâcher longtemps.
Je soupire et pousse la porte. Ils ont continué à s'entrainer sur la chanson et parle comme si de rien était. Quentin est le premier à me voir et à faire un commentaire.
-C'est bon ? T'as fini de bouder ?
J'ai juste envie de l'étriper mais je me contente de sourire. Jolene se lève et pousse un soupir théâtral.
-Allez, dans ma grande bonté, je te remplace, Lily. Va te reposer.
Je reste un moment surprise avant de la remercier avec un grand sourire. J'ai du mal à comprendre Jolene. J'avoue que je n'arrive pas à la cerner : un coup elle joue la fille hautaine et la fois suivante elle plaisante avec moi et m'offre de l'aide. Je me dirige vers le fond de la salle pendant qu'elle prend ma place. Voyons voir ce qu'elle vaut.
Je me pose à côté de William et observe la jeune fille expliquer comment se déplacer à Emma, sous le regard attentif de son partenaire qui ne veut pas recommencer des maladresses. L'américaine a vraiment une grâce magnétique, je n'aurais jamais cru voir un jour quelqu'un marcher et danser comme ça, c'est … indescriptible. William n'est pas le seul à cacher des secrets. D'ailleurs en parlant de lui …
-Au fait, comment ça se fait que Jolene et toi vous ayez redoublé votre 5ème année ?
Immédiatement, je le sens se tendre à côté de moi.
-Comment tu sais ça ?
Aie, j'avais dit que je le laisserais tranquille jusqu'à Noël… Je pourrais dire que je n'ai même pas pensé que ça pouvait avoir un lien, mais ça serait mentir. Je me retourne vers lui et fait mon plus beau sourire.
-C'est pas pour rien que je veux devenir journaliste ! Allez, t'as de la chance, je tiens toujours mes promesses, je te reposerai la question dans un mois. A la place, dis-moi plutôt pourquoi tu t'inquiètes pour le bal, sachant que de toute façon, Jolene sera là pour mener la danse si tu n'y arrives pas !
Il lève les yeux au ciel et je vois les coins de sa bouche se relever. C'est bon j'ai sauvé la mise !
-On n'y va pas ensemble. Elle sait ce que je vaux en danse et en plus, elle n'a pas envie de faire l'ouverture de bal.
-C'est marrant, je l'aurais pourtant bien vu se donner en spectacle.
-Elle choisit quand elle veut se donner en spectacle. Jolene aime qu'on la regarde parce qu'elle l'a décidé, pas parce qu'on est obligé.
Je rigole. Ça ne m'étonne pas d'elle. Ce qui me surprend c'est qu'elle laisse tomber son ami. Bon, après, j'imagine que William, avec son air de beau brun ténébreux, réussira facilement à trouver quelqu'un.
-La dessus, vous êtes assez opposé, je me trompe ? Elle aime se donner en spectacle, alors que toi, tu préfèrerais qu'on t'oubli ?
L'américain ne répond pas tout de suite, il me scrute longtemps, trop longtemps, même. Etonnamment, ça me stresse, comme si j'avais peur qu'il décide partir sans me répondre et ne plus m'adresser la parole. Mais il n'est pas sensible et puérile à ce point-là, non ?
Il se passe une main dans les cheveux nerveusement.
-T'as à moitié raison. Il y a quelques années, j'étais un peu comme elle, mais plus maintenant. Et je m'arrête là avant que tu ne m'ensevelisses sous une avalanche de question.
Je lui donne un coup de coude qu'il me rend, beaucoup trop doucement pour que je ne me sente pas vexée.
-Hé je suis pas ne sucre, non plus !
Il rit avant de me redonner un coup de coude qui m'envoie hors de la table sur laquelle on est assise. Je dégringole par terre et éclate de rire sous son air, horrifié.
-Ahah finalement, si, je suis peut être bien en sucre.
Il me tend la main et me relève, s'assurant que je n'ai aucune blessure, visible du moins. Je ne vais quand même pas lui dire que j'ai un bleu sur la fesse gauche ! Heureusement, Emma a fait trébucher Ernie, ce qui fait qu'on ne nous a pas vu… ou presque. Alors que je viens de me rassoir, Quentin arrive et se pose sciemment entre nous.
-Qui aurait pu dire que la danse était physique ! Je suis épuisé.
J'ai envie de l'étrangler. Bon sang, il faut vraiment qu'il me laisse tranquille !
-Et toi, William, tu ne veux pas nous montrer ce que tu vaux ? Histoire qu'on soit tous à la même enseigne ?
Le jeune homme lui adresse un sourire froid mais poli.
-Malheureusement pour toi, Quentin, ce n'est pas la danse qui fait ma valeur.
Et comme il a très bien compris de quoi il en était, William se retourne vers moi et m'offre un sourire carnacier.
-Puisque ma valeur est remise en cause, m'accorderais-tu cette danse pour que je montre comment je me débrouille ?
Je pouffe devant la courbette qu'il effectue et tend ma main. Lorsqu'il la prend, un courant électrique me traverse. Il la relâche immédiatement, avant de prendre une inspiration et la récupérer. Il m'adresse un sourire tendu, comme s'il se doutait que ma liste des phénomènes étranges concernant William Turner venait de se rallonger. Il pose sa main sur ma taille et attend que je pose la mienne sur son épaule.
-C'était quoi ? De l'électricité statique ?
-Pas de question, s'il te plait.
Je le regarde sans rien dire pendant qu'on commence à danser, sous le regard jaloux de Quentin. Alors que tout à l'heure, ses yeux étaient marron noisette, ils se sont foncé pour être presque noir et il a l'air à cran. Presque comme s'il souffrait.
-Très bien. Jusqu'à Noël. Tu m'expliqueras un jour ?
-Non. Si tu veux comprendre, Lily, il te faudra trouver. Et il vaut mieux pour toi que tu ne trouves pas.
La musique se termine sans qu'il m'ait une seule fois écrasé les pieds et il s'incline avant d'aller chercher ses affaires et part après nous avoir rapidement dit au revoir. Lorsque je cesse de fixer la porte qu'il vient de fermer et que je me retourne vers mes amis, je croise le regard de Jolene. Pas un mot, pas un geste, pas même un changement d'expression. Elle finit par détourner le regard, me laissant déconcerter. Quel est donc ce mystère qui les entoure tous les deux ?


-Quelqu'un sait où es Emma ? On avait pourtant dit 20h30 toute dans la chambre !
Cynthia a réclamé une soirée fille pour chercher à percer les potins. Elle a sorti le verni, le masque pour le visage et même des concombres pour les yeux. Je préfère ne pas savoir où elle l'a trouvé. Jane a commencé son éternel lissage des cheveux, chose que je ne comprendrais jamais parce qu'ils sont déjà tout plats. Elle m'a aussi tartiné je ne sais quoi dans les cheveux à base d'avocat, apparemment parce que c'est bon pour le cuir chevelu.
-Lily approche !
Je me tourne vers Jane qui sans attendre me badigeonne de pate verdâtre partout sur la figure.
-Hé tu pourrais me demander mon avis pour savoir si j'en veux ou pas !
-Tu en veux, c'est juste que tu ne le sais pas. Maintenant arrête de bouger et laisse-moi terminer.
Je souris et m'exécute docilement. C'est la meilleure chose à faire si je ne veux pas que ça se finisse mal. Alors que Jane y va de tout son cœur, tout en me promettant que Phila sera la prochaine pour avoir un poil soyeux, la porte s'ouvre brusquement et Emma fait interruption.
-Regardez les filles, j'ai trouvé un chat trop mignon ! Enfin, c'est une femelle plus précisément.
Jane soupire.
-Arrête de ramasser tous les chats errants, Emma.
J'éclate de rire en voyant l'animal se hérisser. L'inconvénient des animaux qui fréquent le monde magique c'est que s'ils ne parlent pas, ils comprennent ce qu'on dit. Et j'admets, ce chat est bien trop beau pour être un chat errant. Son poil n'est pas blanc, mais argenté et noir. Je dirais que c'est un main coon, une sorte de petit lynx. Phila s'empresse de s'approcher et de le renifler. C'est un court mais étrange face à face, où le chien comme le chat sont tendus, dans une discussion de sifflement et grognement. Puis Phila donne un grand coup de langue au chat et tout est réglé.
-Je déclare la séance ouverte !
Emma s'est installée, recouverte de produit bizarre et maintenant elle est prête.
-Bon, par quoi on commence ?
-Moi, moi, je sais, moi, moi !
Cynthia s'agite et lève la main comme une écolière.
-Très bien, va-y commence !
-Vous allez au bal avec qui ? Moi c'est avec Hugo !
Ses yeux se transforment en cœur et l'ambiance se transforme en guimauve pendant une seconde. Cynthia est vraiment accro, ma parole !
-Je commence, Cyn comptait pas, on s'en doutait toutes. Moi, Emma Firth, J'irai au bal avec le beau, le merveilleux, le sublime français Antoine Duchène.
Le sourire carnacier d'Emma le ferait trembler si jamais il l'apercevait.
-Et toi Jane ?
Ça y est, Emma est rentrée en phase potin, avec le chat sur les genoux et un verre de bierraubeurre à la main.
-Moi ?
-Tu connais une autre Jane ?
Cette dernière lève les yeux au ciel en grognant.
-Je passe mon tour.
Autrement dit, ça ne vous regarde pas, je ne veux pas en parler, je n'ai pas forcément trouvé quelqu'un et même si c'était le cas, je ne vous le dirais pas. Mais c'est sans compter sur Emma qui, si elle n'est pas aussi fleur bleu que Cyn, ne sait pas quand elle devrait lâcher l'affaire.
-Tu n'as personne ? Tu veux que je t'aide ? Je connais plein de monde. Et si ça ne te convient pas, je suis sûre qu'Ernie n'a personne pour le moment.
-J'ai dis, je passe mon tour.
Un frisson m'envahi. Quand elle veut, Jane peut être … glaciale. Pour le coup, la grande blonde a compris et elle lève les mains vers le ciel, avant de se retourner vers moi.
-Et toi, Lils ? Tu y vas avec Quentin ? Ou avec William ?
Comme si je n'avais que deux options … j'attrape mon verre que je remplie avant de le savourer en prenant mon temps et en laissant les autres attendre. Quand je vois que Cynthia remue, bien trop impatiente, je craque et je réponds.
-Je ne sais pas encore.
-Tu ne vas pas me dire que personne ne t'as demandé !
Je repense au gars, qui a craché sur le dos de William, juste pour que j'aille au bal avec lui.
-Si mais aucun des deux concernés.
-Et t'aurais dis oui, si ils t'avaient demandé ?
Je reste plongé dans mes pensées. Est-ce que j'aurais dit oui ? Et ce que j'aimerais qu'il me propose d'y aller avec lui ? Je ne veux pas me l'avouer mais j'en meurs d'envie.
-Ça dépend qui.
Elles se mettent toutes à crier, piaffer d'impatience, curieuse de savoir avec qui je voudrais bien y aller. Je vois les yeux de Jane briller d'une lueur que je ne connais que trop bien, celle de la fille qui a un scoop. Bien sûr qu'elle sait que ce n'est pas Quentin, puisque je lui ais dis que je ne ressentais rien pour lui. Cynthia tape des mains et Emma me secoue en poussant des bruits d'hystérique. Et le chat est venu s'assoir sur mes genoux. Ahah, un petit curieux ! Phila, elle reste allongée, indifférente à l'idée que sa maitresse soit intéressée par quelqu'un.
Je caresse machinalement le chat en gardant les yeux fixés sur lui pour ne pas regarder mes copines.
-Allez, dis nous qui !
Emma a arrêté de me secouer et passe à l'offensive.
-Pas Quentin, en tout cas.
Lily Potter ou comment ne pas crier sur les toits que je voudrais être invitée par William.
-C'est WIIIIIIILL !! Le petit Willliam, Lily craque pour William, le beau, le mystérieux, le ténébreux, le flippant petit William.
-La ferme.
L'inconvénient quand on est rousse, c'est que tout le monde peut voir quand vous rougissez. Les filles enbrayent, sans me laisser le temps de me reprendre.
-Qu'est ce qui te plait chez lui.
-Tu veux sortir avec lui ?
-L'embrasser ?
-Ou juste être amie ?
Ça c'est Cyn qui se rappelle que je suis sa future belle cousine et veut se rattraper parce qu'elle sait que je n'aime pas trop parler de moi. Surtout quand ça concerne les sentiments.
-Allez déjà, on va se calmer, j'ai juste dis que ça ne me gênerait pas de danser avec William.
-Eeeeet ?
-Et c'est tout. Bon d'accord, il y a quelque chose chez lui qui m'attire, qui m'intrigue et j'aime bien discuter avec lui mais …
J'allais dire "Mais c'est tout", sauf que c'est faux. Il est grand temps que cette conversation se termine.
-Bref, bonne nuit les filles.
Et sur ces bonnes paroles, je pousse le chat qui miaule et me jette un regard mécontent avant de m'enfouir sous ma couette. Il ne me reste plus qu'à m'endormir sans me soucier des soupirs de déception des filles. Et sans rêver de William, si possible.
Répondre

Revenir à « Fanfiction »