Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Vous écrivez une fan fiction et vous voulez la partager avec la communauté Booknode? Faire vivre à vos personnages favoris des aventures inédites?
Alors postez vos textes ici afin qu'ils soient bien différenciés des essais classiques tout droit sortis de l'imaginaire d'autres booknautes.
Répondre
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 747
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Jules-cesar »

Et voilà le sujet ! Je reposte tout de suite le premier texte remis en forme ;)
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

qu'elle était Instillatrice...

*

Quand elle rentra chez elle, Jenna était aussi contente et excitée que la veille, voire plus. Ils avaient beaucoup parlé, Simon, Corentin et elle. Enfin, surtout Simon et elle. Leur conversation avait porté sur un peu tous les sujets. Par exemple, elle connaissait chaque membre de sa famille, savait ce qu'il aimait, ce qu'il faisait en dehors des études, elle savait qu'il était chrétien et issu d'une famille de tradis (d'où la chrétienté) et que ses amis le traitaient de BCBG malgré le fait que tous les elfes sont riches. D'accord ; il s'habillait particulièrement bien...
Elle était enchantée par l'idée qu'il puisse devenir son ami. Sa journée s'était super bien passée et la joie ne semblait plus vouloir la quitter. Ce que sa mère ne manqua pas de remarquer.
- Tu es bien gaie aujourd'hui, dit-elle quand elle la trouva dans sa chambre pour préparer ses affaires pour aller dormir chez Ylyana. Que t'arrive-t-il ?
- Rien... Je me suis bien amusée c'est tout.
- Vraiment ? la taquina Victoire. Moi je dirais plutôt qu'il y a un garçon...
Jenna rougit et se cacha derrière un chemisier. Sa mère se leva, sortit et revint quelques minutes plus tard.
- Alors ? demanda-t-elle en s'asseyant sur le lit.
- Alors quoi ?
- Tu as rencontré un garçon ? Tu es joyeuse comme si tu étais amoureuse, expliqua-t-elle en lui tirant gentiment la joue.
- Maman... s'indigna Jenna en se dégageant.
- Oh allez quoi. C'est quelque chose qu'on dit à sa mère, non ? Alors ?
- Ok.
- Ah ! S'exlama Victoria avec un air triomphant.
- Il y a bien un garçon... avoua la jeune fille. Simon.
- Mmm...
- Je lui ai parlé pour la première fois en sport. On était dans la même équipe.
- C'était quand ?
- Au début de l'année. Et mon premier – et seul – match du Tournois des Talents, c'était contre lui. C'était la deuxième ou troisième fois que je lui parlais.
Jenna mentait, elle en était consciente. C'était la cinquième fois au moins. Mais les autres fois étaient insignifiantes – pour la plupart. Excepté le jour où elle l'avait bousculé dans le couloir, le jour de leur vraie rencontre...

*
* *

Jenna finissait son cours avec Sir Televan, le mentor qu'on lui avait assigné pour les cours d'Univers. Il venait de lui dire que son travail était décevant.
- C'est presque une catastrophe, Mademoiselle Saphor ! Pour votre niveau, c'est lamentable ! Vous ne vous êtes pas investie dans ce devoir. "55 Cancri est une étoile binaire située à une distance d'environ 40 années-lumière du Soleil, dans la direction de la constellation zodiacale du Cancer. Sa lumière est rose pâle." C'est tout ? Vous ne pouvez rien dire d'autre ? Cela me peine de voir un tel travail avec votre nom, Mademoiselle. Vous me referez ce devoir pour le prochain cours.
- Bien Sir Televan. Je m'appliquerai à rendre un travail satisfaisant.
- Je n'en attends pas moins de vous. Sortez à présent.
Jenna récupéra son devoir et sorti, mécontente d'avoir du travail en plus. Elle ferma la porte derrière elle et partit à grands pas vers l'atrium. Elle marchait tête baissée et chiffonna sa feuille rageusement. Soudain, elle se cogna à quelqu'un et laissa tomber son devoir. Elle se baissa pour le ramasser en marmonnant pardon. L'autre fut plus rapide et attrapa la feuille avant elle. Jenna daigna enfin le regarder.
Il était beau. Vraiment beau. Ses cheveux châtains soyeux avaient l'air doux, ses yeux étaient d'un azur magnifique et son visage à lui tout seul le rendait superbe. Il était un peu plus grand qu'elle, d'une demi-tête environ.
- Salut, dit-il simplement.
- Salut. Désolée de t'avoir foncé dessus. Je peux... heu... avoir ma feuille ?
- Pourquoi tu l'as chiffonnée ?
- Mon Mentor n'était pas satisfait et je dois le refaire. Disons que... ça ne m'a pas vraiment plut.
Le beau brun ouvrit la feuille et la lut brièvement.
- Non, c'est bien. J'aurai peut-être fait une recherche plus approfondie par contre. La position exacte par exemple.
- Je vais le faire. Mais je n'avais pas beaucoup de temps.
- Tu es... Jenna c'est ça ? demanda-t-il.
- Oui. C'est écrit. Sur ma copie.
- Je sais. (Il la regarda d'un air amusé.) C'est là que je l'ai vu.
- J'aurai du m'en douter, tu n'es pas devin, marmonna la jeune fille en fixant ses pieds.
L'autre rit et lui tendit son devoir.
- Ce fut un plaisir de discuter avec toi Jenna Saphor. La prochaine fois, regarde devant toi, lui conseilla-t-il en souriant.
Jenna rougit légèrement.
- Oui.
Il la doubla puis se retourna, juste derrière elle.
- Au fait ! (Elle se retourna.) Je m'appelle Simon. Simon Grey.
Il fit volte-face et partit dans la direction d'où venait Jenna. Elle le regarda partir. Puis elle se ressaisit et reprit son chemin.

*
* *

- Et alors ? demanda malicieusement sa mère.
- Eh bien, il est très beau. Et je crois qu'on est devenus amis aujourd'hui. On a beaucoup parlé.
- Ah ah ! Tu craques pour lui ? la taquina-t-elle.
Jenna hocha la tête.
- Depuis cette séance de sport, à peu près.
- Presque une demi-année alors.
- Oui.
- Je suis contente que tu m'en ais parlé. Même si je t'ai un peu forcé la main... Je ne dirais rien à ton père si tu veux.
- Merci.
- Allez, bonne soirée avec tes copines. Ne vous couchez pas trop tard, vous avez cours demain.
- Oui oui.
Victoria sorti et laissa la jeune fille finir son sac.

*
* *

- Les prodiges auxquels j'ai assigné le numéro un, venez à ma droite, ordonna Lady Damao, la Mentore de sport. Ceux auxquels j'ai dit « deux », à ma gauche. Allez !
Les élèves concernés se déplacèrent, dont Jenna. Lady Damao appela les 3, 4, 5 et 6. Jenna s'avança vers l'emplacement du groupe deux. Céline était un et Ylyana, cinq. Dans le groupe des deux, elle trouva deux filles et un garçon.
- Salut, dit la première fille, une blonde aux yeux si clairs qu'ils étaient presque transparents. Je m'appelle Erika. Je suis ambitieuse et je veux qu'on gagne.
- Ah... risqua timidement Jenna qui trouvait qu'Erika était une peste.
L'autre fille prit les épaules de la première pour l'écarter.
- Excuse-là, dit-elle en secouant ses cheveux auburn coupés au carré. Elle est toujours très directe. Je suis Rowena et toi ?
- Jenna. Enchantée.
- De même. Et toi ? demanda-t-elle au garçon. Tu t'appelles comment ?
- Carlo.
- D'accord. Tiens voilà un retardataire.
Dès qu'Erika le vit, elle remit ses longs cheveux en place. Il semblait, à l'expression de son visage, qu'elle voulait mettre le grappin dessus. Jenna se retourna. Elle l'avait déjà vu... Elle se rappelait parfaitement ce visage parfait et ces beaux yeux azur. Simon Grey.
- C'est là le groupe deux ? Demanda-t-il.
- Oui c'est là, dit Erika avec un sourire qui se voulait enjôleur.
Elle lui tendit la main.
- Erika.
- Ah. Bonjour. (Il lui serra la main.) Simon.
- Très beau prénom.
- Merci.
- Carlo, se présenta le garçon, qui n'était visiblement pas très bavard.
- Moi c'est Rowena, dit la jolie elfe. Et voici...
- Jenna, la coupa Simon.
Erika les regarda tour à tour.
- Vous vous connaissez ?
- On s'est déjà croisés, répondit le jeune homme.
- Ah.
Erika remit ses cheveux en place et ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose mais Lady Damao appela les prodiges. Elle leur expliqua le principe de l'exercice. Courir en ligne droite sur 15 mètres, de la bande antidérapante bleue au plot rouge, et revenir en courant au point de départ, tout cela en tenant en lévitation un bâton de relais. Après le retour du premier, le deuxième devait partir.
- En file indienne ! Eeeeet... Partez !
Les premiers de chaque ligne partirent en courant, encouragés par le reste de leurs équipes. Jenna maintint le bâton en l'air pendant qu'elle partait comme une fusée. Elle se donna à fond. Arrivée au plot, elle le contourna et sprinta le plus vite possible, ne ralentissant qu'après avoir passé le bâton à Rowena. Mais l'élan l'emporta trop loin. Jenna cria et tenta de freiner en catastrophe mais elle percuta Simon de plein fouet. Sous le choc, Simon attrapa Jenna par les épaules, recula de quelques pas et tomba sur le dos, entrainant la jeune fille dans sa chute (ou plutôt entrainé). Le choc de cette dernière fut amorti par le corps de Simon. Jenna reprit rapidement ses esprits se redressa, mais Simon se tenait toujours à elle.
- Je suis désolée !
Il haletait mais il se mit soudain à rire et laissa tomber sa tête sur le sol.
- Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle ! s'offusqua Jenna. Tu aurais pu te faire mal !
- C'est une manie chez toi de foncer dans les gens ?
- Quoi ?
Devant son incrédulité, Simon rit de plus belle.
- Je crois que tu m'avais bousculé quand on s'est rencontrés ?
Jenna rougit, se releva et tendit la main au jeune homme pour l'aider à se relever. Il accepta son aide et s'épousseta le dos tant bien que mal. Il s'approcha de Jenna et lui chuchota à l'oreille :
- Et Erika te fusillait du regard... C'était très drôle.
- Quoi ? Pourquoi ?
Simon haussa les épaules en souriant.
- Dépèche-toi Simon, Erika va arriver ! l'appela Rowena.
L'instant d'après, la blonde arrivait et Simon partait.
- On va gagner ! Il est super rapide ! s'écria Rowena, ne s'apercevant pas que son amie jetait des regards noirs à Jenna.
- Allez Simon ! 'encouragea Carlo.
- Ouais !!! s'écria l'équipe quand Simon passa la bande bleue.
- Tu es le meilleur ! lui dit Erika avec des yeux de biche.
Jenna comprit pourquoi Erika ne l'aimait pas. Lady Damao leur dit qu'elle avait un contretemps et qu'ils devaient retourner dans les vestiaires pour se changer. En passant devant elle, Erika menaça Jenna :
- Ne l'approche plus !
- Je ne l'ai pas fait exprès !
Céline la rejoignit.
- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Elle pense que je drague Simon, alors que pas du tout !
- C'est le genre de fille qui n'aime pas la concurrence.
- J'avais cru comprendre, marmonna la jeune fille.
Rowena les rattrapa.
- Super course Jenny ! N'écoute pas Erika, elle déteste qu'on lui « vole » le garçon qu'elle veut se mettre en poche. A la prochaine !
- Salut !
- Elle a l'air sympa, remarqua Céline.
- Elle l'est, affirma sa meilleure amie.
- Eh ! les appela quelqu'un derrière elles.
Elles se retournèrent. C'était Simon.
- Tu as réussi ton devoir d'Univers ? Demanda-t-il.
- Oui, j'ai suivi ton conseil.
- Content de le savoir, sourit-il. Ah, et ne fait pas attention à Erika, elle n'en vaut pas la peine.
Sur ces mots, il rejoignit ses amis et elle vit Erika la fusiller du regard un peu plus loin. Jenna lui répondit par un sourire moqueur et la peste blonde parut choquée.

*
* *

Si Erika avait su à l'époque ce qu'il s'était passé ses derniers jours, elle n'en serait pas revenu. Jenna sourit en bouclant son sac en repensant à la tête d'Erika ce jour-là.
En y réfléchissant bien, elle était contente d'en avoir parlé à sa mère. Elle laissa la lumière l'emporter vers la maison de son amie.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

*

Jenna et Simon s’étaient beaucoup rapprochés depuis le début du tournoi, mais Ylyana craignait pour son amie que ce qu'elle ressentait pour lui ne soit pas réciproque. Le deuxième tour était fini et sa journée à Foxfire aussi. Elle prit son cristal de foyer et entra dans le rayon lumineux. Arrivée dans le jardin de Bloomfyx, une idée lui vint. Elle courut dans sa chambre attrapa son transmetteur et murmura :
- Corentin Trado.
Le visage étonné du jeune homme apparut sur l’écran.
-Tu peux passer chez moi s’il-te-plait, demanda-t-elle à la grande surprise de ce dernier. C’est important.
- Ok, fit-il, j’arrive.
La jeune fille alla se changer et se recoiffer quand un éclair lui parvint du jardin. "C’est surement Corentin" pensa-t-elle.Ylyana descendit les marches quatre à quatre, prit une assiette de cookies dans la cuisine et se rua dans le jardin où elle trouva Corentin occupé à discuter avec Ronie, sa petite sœur.
- Salut, ça va ? demanda-t-elle en s’avançant. Désolée de t’avoir pressé mais je tenais à t’en parler.
- Ylyana !s’écria Ronie qui se jeta dans les bras de sa grande sœur.
- Eh bien, elle avait hâte que tu rentres. Ne t'inquiètes pas, ça ne me gêne pas, dit Corentin en riant. Bon tu voulais me parler, que ce passe-t-il ?
Elle posa sa sœur et fit signe au jeune homme de la suivre jusque dans sa chambre où ils s’assirent sur son lit.
- Ce n'est pas très facile à dire mais bon il faut que je sâche. Qu’est-ce que Simon ressent pour Jenna ? Tu es son meilleur ami et je ne voyais personne d’autre à qui demander ça.
- Oui je confirme, ça ne doit pas être facile, mais je pose quand même une condition : tu dois d’abord me dire pourquoi cette question ?
- Promet-moi que tu ne diras rien.
Elle attendit qu'il hoche la tête et continua.
- Simon plait à Jenna et je ne veux pas qu’il lui brise le cœur alors s’il ne ressent rien pour elle je préfère la prévenir avant.
- Oui je comprends, dit-il avec un soulagement qui n’échappa pas à la jeune fille. Mais je ne sais pas, on ne parle pas de ça mais sache que s’il ne l’aime pas, il ne cherchera pas à se moquer d’elle.
- Merci, beaucoup. Sans vouloir te presser les filles vont arriver et si elles te voient, elles risquent de me poser des questions et Jen ne me pardonnera pas si elle sait que je t’en ai parlé.
De toute façon mes parents vont s’inquiéter si je ne rentre pas, alors à demain .Et je te préviens si j’ai du nouveau.
Il présenta son cristal a la lumière et disparut. Ronie déboula dans la chambre de sa sœur en brandissant une lettre écrite par Simon. Elle la lui donna et sortit de la chambre avec l’assiette de cookies.

*

- Jenna, j'ai quelque chose à te montrer, lui dit Ylyana quand l'Hydrokinésiste arriva chez son amie. Céline est déjà là mais je t'attendais pour vous le montrer.
- On va dans ta chambre ?
- Oui pour être tranquilles. Après on pourra sortir si vous voulez.
- D'accord.
Les deux jeunes filles se rendirent dans la chambre d'Ylyana où elles retrouvèrent Céline.
- Alors, dit cette dernière. Tu nous dis ce qu'il y a ?
- Attends, répondit l'hôte en fermant la porte de sa chambre.
Elle sortit un papier de sa poche.
- Ma sœur m'a apporté ça un peu avant que vous arriviez.
Céline attrapa un coussin sur le lit de son amie et s'allongea sur le ventre sur la douce moquette qui recouvrait le sol. Jenna l'imita et posa la tête sur ses mains, appuyée sur les coudes. Ylyana les rejoignit au sol et déplia la feuille. Elle la posa devant elle et la lissa du plat de la main.
- Regardez, dit-elle.
Céline et Jenna se penchèrent pour lire le papier. L'écriture paraissait appliquée mais moyennement bien écrit.
- C'est une écriture de garçon, ça, remarqua Céline.
- Quel préjugé ! Mais c'est vrai, admit Jenna.
- Lisez, ordonna gentiment Ylyana.

Etude Multiespèces
Sujet : Vous êtes un émissaire et vous devez convaincre un gobelin réticent de protéger la personne la plus chère à votre cœur car elle s'est fait des ennemis. Présentez votre devoir sous forme de lettre.

Monsieur Ertis,

Avez-vous jamais ressenti le besoin vital de protéger quelqu'un, même au péril de votre vie ? Une personne tellement importante à vos yeux que vous ne pourriez vivre sans elle ? Que feriez-vous si un jour elle vous disait qu'elle avait mis en colère une personne dangereuse et violente, et que vous deviez partir loin sans pouvoir l'emmener avec vous ? Vous chercheriez quelqu'un de confiance qui puisse la protéger.
Eh bien c'est exactement ce que je vous demande. Je suis émissaire et je dois partir en mission secrète dans peu de temps. Mon absence durera plus de deux semaines. Mais j'ai peur, voyez-vous. Selly est si petite, si fragile et elle m'a raconté se faire embêter par des grands dans son école. Mon devoir de grand frère ne m'a pas quitté bien que je sois émissaire. Mais je dois partir, je n'en ai pas le choix. Et je ne peux me résoudre à la laissez seule. Je sais que vous êtes un gobelin et c'est pourquoi je vous demande, je vous supplie de bien vouloir assurer sa garde et sa protection pendant mon absence. Je vous serais infiniment reconnaissant.
En espérant votre accord,
Cordialement,
Simon Grey



- Simon Grey ? Il est doué, dit Céline lorsqu'elle eut fini de lire la lettre.
- Oui, approuva Jenna. C'est... émouvant cette façon de vouloir protéger sa sœur. Il s'est inspiré de la réalité.
Ses amies se tournèrent vers elle.
- Quoi ? Sa petite sœur s'appelle vraiment Selly.
- Depuis quand tu sais ça ?
- Depuis aujourd'hui. On a bien parlé pendant le deuxième tour.
- Oui on a remarqué que tu t'étais bien amusée avec ton petit copain ! la taquina Céline.
- Ce n'est pas mon petit copain ! s'indigna Jenna.
Soudain, on toqua. Les filles sursautèrent et se turent. Ylyana reprit ses esprits et lança :
- Ronie, je t'avais demandé de nous laisser tranquille.
- Ce... ce n'est pas Ronie, répondit une voix masculine derrière la porte.
Les jeunes filles se regardèrent et se précipitèrent toutes les trois pour ouvrir la porte. Celle-ci s'ouvrit sur un bel elfe châtain aux yeux bleu azur. Il se passa la main dans les cheveux.
- Simon ? s'étonna Ylyana.
- Qu'est-ce que tu fais là ? demanda Céline.
- Je... Corentin m'a dit qu'il avait perdu mon brouillon de devoir de multi-espèces ici.
- Corentin ?
- Il m'attend dehors. Vous l'avez ?
Jenna fut plus rapide que Céline. Elle alla chercher la feuille qui était au centre de la pièce. Céline recula pour que son amie puisse rendre la lettre.
- C'est bien écrit pour un brouillon, remarqua la jeune fille en le lui tendant.
- Merci. Corentin m'attend, il faut que j'y aille.
Quand leurs regards se croisèrent, le cœur de Jenna fit un bond dans sa poitrine. Puis il se retourna et s'éloigna en clignotant. Les filles rentrèrent dans la chambre mais Jenna resta dehors en disant aux autres qu'elle allait au toilettes. Elle ferma la porte et appela Simon qui était à quelques pas. Il s'arrêta, fit volte-face et la jeune fille le rejoignit rapidement.
- Heu... Ta sœur va bien ?
- Elle est un peu malade mais rien de grave. Pourquoi ?
- Parce que dans ton devoir tu dis qu'elle est fragile alors...
Il sourit en baissant les yeux puis les releva.
- Non elle va bien, ne t'inquiètes pas.
- D'accord. Il est bien ce travail. Mais j'aurai dit au gobelin qu'il était le seul en qui il faisait vraiment confiance à cause de sa trempe par exemple.
Simon sembla réfléchir un instant.
- Oui c'est une bonne idée. Chacun son tour.
- Pourquoi ?
- Quand on s'est rencontré, je t'avais donné un conseil pour ton devoir d'univers, tu te souviens ? Maintenant c'est ton tour.
- Oui je me souviens...
- Bon, il faut que j'y aille. A la prochaine Jenna !
- Salut.
Simon parti et Jenna rentra dans la chambre. Il avait dit son nom d'une façon... normale, mais pour Jenna, ça l'avait fait frissonner de plaisir.
- On peut savoir pourquoi Corentin est venu ici ? demanda-elle.
Ylyana rougit.
- Non.
- Oh tu as intérêt à nous le dire, menaça Céline.
Son amie secoua la tête.
- Rien de bien intéressant.
- Attends un peu qu'on t'ai refait le portrait, Givreuse, renchérit Jenna.
- La Givreuse te dit bien des choses, ma cocotte, répondit Ylyana en faisant apparaitre des cristaux de glace pointus.
- Non...
Céline et Jenna se précipitèrent sur la porte et s'enfuirent dans le jardin, poursuivies par leur amie et riant à pleine voix.

*

Tanis n'en croyait pas ses oreilles. Alors que Lihona avait perdue, Hilt gagné et que Ricka était en train de se battre, Keely l'avait rejointe et n'avait pas dit aux organisateurs que Tanis était une Instillatrice ! Et il avait même demandé aux organisateurs de garder Tanis dans le tournoi ! Assit dans les gradins, juste à côté d'elle, Keely lui sourit :
- Je n'allais pas te dénoncer, tu es mon amie.
- Pas moi, alors tu pourrais partir, s'il te plaît ?
Mais Keely ne bougea pas. Son sourire ne disparut pas, au contraire.
- Pourquoi, je te dérange tant que ça?
- Oui, t'es saoulant et puis, il y a plein d'autres filles qui veulent faire ami-amie avec toi, alors va voir ailleurs.
- Oui mais elles ne sont pas aussi exceptionnelles que toi.
Ces mots touchèrent profondément Tanis mais elle n'en montra rien. Son regard glissa vers Simon qui la regardait aussi. Tanis détourna vivement le regard, les joues en feu.
- Dit Tanis, demanda Keely. Comment as-tu fais pour te faire passer pour une Eclipseuse pendant tout ce temps ?
Tanis hésita à lui avouer la vérité. Puis, elle se rendit à la conclusion qu'elle pouvait. Car Keely était si naïf et fidèle qui ne divulguerait sûrement pas son secret.
- D'acccord. Maintenant, observe.
Tanis se concentra sur son talent. Elle le sentait frémir, excité à l'idée de faire du mal. Mais elle le domina, tant et si bien qu'elle arriva à le réduire et à instiller à un endroit précis du cerveau de Keely. Ce dernier sursauta.
- Tanis, mais… tu as disparu ! Pour de vrai ! Comment tu fais ça ?
Tanis arrêta d'instiller et avoua :
- J'instille une partie de ton cerveau, celle de la vue. J'arrive à manipuler, grâce à une perturbation liée à la douleur, ta vision pour que tu ne puisses plus me voir.
- C'est énorme! Je n'ai jamais vu une Instillatrice capable de ça ! Tu es géniale !
Tanis sourit et son regard glissa encore vers Simon. Lui aussi la trouvait-il géniale ? Non, un tas d'autres filles étaient géniales. Beaucoup plus extraordinaires. En voyant le visage peiné de sa nouvelle amie, Keely lui demanda :
- Tu aimes quelqu'un ?
Tanis rougit.
- Cela se voit tant que ça ?
Keely lui sourit et lui caressa la joue.
- Et comment ! On lit en toi comme dans un livre ouvert !
Tanis sourit elle aussi. Keely lui rappelait étrangement son frère. Cette façon de la faire sourire, même quand elle était triste. Cette fidélité et cette complicité. Soudain, la voix du présentateur résonna :
- Belle victoire de Darryl Krift contre Ricka Lamton ! Et maintenant, voici deux des seuls Instillateurs de Foxfire ! Je nooooooooomme… Solex Jill et Tanis Shida !
Le sang de Tanis se glaça. Elle connaissait à peu près Keely, Hilt et Ricka quand elle les avait affrontés mais là… elle ne connaissait absolument pas ce Solex et il ne lui inspirait pas confiance. Elle descendit dans l'arène.
Solex était un garçon brun, avec des yeux bleus et une expression froide. Il se positionna dos à Tanis, perturbant cette dernière.
- Et c'est partit ! hurla le présentateur
Mais aucun des deux ne bougea. Tanis finit par se jeter sur Solex, se disant que, de toute façon, ce dernier ne la verrait pas arriver. Grosse erreur. Solex se retourna vivement au dernier moment et crocheta la jambe de Tanis qui se ramassa au sol. Avec une vitesse étonnante, il chopa la jambe de l'Instillatrice et commença à la traîner vers l'extérieur du cercle. "Pourquoi ne m'instille-t-il pas ?" se demanda Tanis. Elle commença à l'instiller mais Solex l'instilla doucement à son tour, l'air de dire "Si tu m'instilles, je te renvoie la pareille." Tanis opta donc pour les coups de pied. Mais rien à faire : Solex était plus fort. Arrivés à la limite du cercle, Tanis ferma les yeux et pensa à son frère. Cela fit aussitôt effet. Au dernier moment, Tanis envoya son pied dans le pli de la jambe de Solex. L'instillateur hurla et tomba à genoux. Genoux en dehors du cercle.
Tanis Shida est déclarée vainqueure !
Tanis se releva, les joues rouges. Solex était fou de rage, mais ne fit rien. Il resta à genoux. Tanis lui tendit la main. Mais Solex ne bougea toujours pas. Tanis s'énerva :
- C'est bon, tu ne vas pas faire la gueule quand-même !
C'était la phrase de trop. Solex croisa le regard de Tanis. Aussitôt, cette dernière sentit une violente douleur lui vriller le crâne et elle hurla, avant de s'évanouir…
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Kaynil était perdu dans ses pensées. Un nouveau était arrivé et semblait encore plus récitent à devenir un membre concret que ce petit blond mal coiffé qui était finalement reparti. Bien sûr il n'avait jamais rencontré ni l'un ni l'autre, on ne lui aurait pas permis, mais les rumeurs étaient suffisantes pour comprendre qu'ils n'étaient pas là de leur plein gré et des rumeurs, ce n'était pas ce qui manquait par ici.
- KAYNIL ! hurla une voix.
Il sursauta, c'était Lady Gisela, cette pimbêche qui se prenait pour la reine du monde ; mais un jour il la tuerait lentement avec tout le plaisir qu'il se doit et il rigolerait bien. Mais là, c'était un autre meurtre qu'il fallait préparer, ou plutôt un attentat. Il se retourna avec un sourire mielleux.
- Oui "votre Altesse" ? dit-il avec sarcasme.
- On part maintenant, lui répondit-elle sans prêter attention à son petit sourire en coin.
Kaynil prit son sac à dos et Lady Gisela lui lança une fiole de lumière d'Élémantine.
- On ne prend pas le risque d'être pistés. dit-elle en réponse à son regard interrogateur.
- Qui vient avec nous ? murmura-t-il d'un ton sifflant.
- Vespéra, dit-elle sans savoir cacher le dégoût qu'elle lui inspirait, Ruy, et Alvar.
- Vespéra ?
- D'habitude on n'engage pas les sourds mais il semble qu'on ai fait une exception pour toi. répliqua-t-elle d'un ton venimeux.
Kaynil savait qu'il ne fallait pas jouer à ce petit jeu avec elle si il voulait la mettre en confiance, il se tut donc et attendit l'arrivée des autres.
- Ils sont tous là ? interrogea froidement Vespéra.
Lady Gisela acquiesça et après avoir traversé le rayon lumineux, ils se retrouvèrent tous devant Foxfire. C'était à Kaynil de jouer maintenant. Une fois dans l'école grâce à quelques tours de passe-passe (après tout, la mort de six gobelins n'était pas importante ? Si ? Il éclata d'un rire glacial. Et ce lieu était parmi les mieux protégés disait-on ? Il n'eut aucun mal à trouver la halle de sport où se trouvaient beaucoup d'élèves rassemblés et lança un étoile d'un air désinvolte qui trancha tout net la gorge de Lady Alexine. Satisfait de son entrée, il lança un explosif dans la salle et sorti en lévitant avec calme, fidèle à lui même. Il jubilait.

Chapitre trois


Jenna était en Hydrokinésie avec Lady Corolia et Elleana lorsque l'explosion retentit. Il y avait une "pause cours" entre le deuxième et le troisième tour du Tournois des Talents pour que les prodiges se "reposent". Elleana regarda Jenna, une figurine d'eau suspendue en l'air.
- Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.
- Je ne sais pas.
- Ce doit être une explosion en cours d'alchimie, intervint Lady Corolia. Nouvel exercice les filles, on va jouer les pompiers.
Elles sortirent toutes les trois de la salle. Le cours d'Hydrokinésie n'était pas très loin de la cour. En peu de temps, elles furent sorties. Elles s'arrêtèrent net au lieu d'aller vers le bâtiment d'alchimie. Le gymnase s'était écroulé sans bruit et seules les ondes de choc avait alerté les Hydrokinésistes. La bombe avait raflé les murs et le toit s'était effondré, faute de support, mais sans bruit. Lady Corolia et Elleana se précipitèrent vers le bâtiment. Certaines personnes commençaient à sortir des décombres, certains toussant, d'autres pleurant, d'autres encore étaient tellement choqués qu'ils n'avaient aucune expression ou semblaient sur le point de vomir. Lady Corolia et Elleana aidèrent les survivants à sortir mais Jenna vit des ombres s'avancer vers le bâtiment du Niveau Un. Le chemin le plus court pour aller voir le Magnat Leto passait par la cafétéria. Prise d'un élan d'héroïsme qu'elle ne se connaissait pas, Jenna s'élança vers le réfectoire. Elle était à mi-chemin lorsque le Niveau Un sauta à son tour, dans une déflagration aussi bruyante que celle de la halle, c'est à dire, silencieuse. La jeune fille ouvrit la porte, se rua à l'intérieur et s'arrêta. Il y avait à l'autre bout de la cafétéria, un jeune homme qu'elle n'avait jamais vu à Foxfire. Il avait les cheveux attachés en une demi-queue et devait avoir environ 16 ans. Malgré ses cicatrices et son air dément, il était plutôt séduisant. Ils se fixèrent un instant puis il rit.
- Où vas tu comme ça poupée ? Que croyais tu pouvoir faire ?
Jenna ouvrit la bouche mais aucun mot ne franchit ses lèvres.
- Tu as perdu ta langue ? se moqua l'autre.
- C'est toi qui a fait ça ?
- Oui. Et j'en suis plutôt fier.
- Pourquoi ? Pourquoi détruire Foxfire ?
- Eh bien vois-tu ma jolie, tout le monde n'est pas comme toi. Tout le monde n'a pas accès à une éducation ou des parents aimants. Ces cicatrices... c'est mon père qui me les a faites, cracha l'inconnu avec véhémence.
Il s'approcha en parlant.
- La société parfaite des Elfes a rejeté mon mon père et voilà ce qu'il en résulte : un fils inconnu, même pas déclaré, qui doit subvenir seul à ses besoins.
Jenna remarqua un bandeau sur son bras avec un oeil blanc dessiné dessus. C'est un Invisible !
- En détruisant Foxfire, j'atteint cette société qui déteste les gens comme moi. Et, vois-tu, ce sont les ordres.
Il eut un sourire dément qu'il perdit soudain. Il pencha la tête sur le côté.
- À présent que tu connais mes quatre vérités, il va me falloir me débarrasser de toi. Dommage, tu es plutôt mignonne, ajouta-t-il en sortant une étoile à lancer de sa poche.
Jenna recula d'un pas. Pourquoi diable n'etait-elle pas restée avec sa Mentore et Elleana ? Cet inconnu lui faisait peur.
- Je vais quand même ajouter que mon nom est Kaynil. Comme ça, tu sauras qui t'a tuée.
Il eut un rire glacial.
- Quel est ton nom ?
Jenna ne répondit pas. Kaynil lança une étoile en direction de la jeune fille qui ne sut comment réagir. Elle fut soudain projetée sur le sol par une force invisible et l'étoile se ficha dans le mur. Jenna tomba sur le côté et sa tête se claqua sur le sol. Ce qui l'avait poussée atterrit sur elle est apparût soudainement. C'était Simon.
- Tu as raison, poupée, jouons à cache-cache ! s'exclama Kaynil en sortant deux autres étoiles.
Allongée derrière une table, Jenna se releva à moitié. Simon porta la main à la tempe de la jeune fille.
- Ça va ? s'inquiéta-t-il.
Elle grimaça de douleur. Sa tête lui lançait. La table la plus proche d'eux s'envola et se projeta contre un mur. Si Simon n'avait pas tiré Jenna vers lui, elle se serait pris une étoile dans la poitrine. Elle poussa un cri. Ils se relevèrent rapidement. L'Invisible lança un autre projectile mais, usant de télékinésie, Simon souleva une table et l'étoile se planta dedans.
- Cours ! cria-t-il à Jenna.
Il poussa la table vers Kaynil qui l'esquiva d'un bond.
- Oh, tu es joueur, observa Kaynil. Ça me plaît.
Il éclata de rire comme si ça avait été une blague. Sinon courut, attrapa la main de Jenna et s'élança vers la porte.
- Eh pas si vite ! On commençait à peine !
Une table vola dans leur direction et Jenna poussa Simon qui tomba mais échappa au meuble. Ce ne fut pas le cas de Jenna, qui fut percutée de plein fouet et plaquée au mur par la puissance du choc. Elle s'effondra par terre.
- Jenna ! hurla Simon en accourant vers elle.
Il attrapa la jeune fille par les épaules et l'appela en vain.
- Oups, lança Kaynil. Il faut prendre soin des poupées pour ne pas les abîmer.
- Enfoiré, ragea Simon en lançant un regard venimeux vers leur agresseur.
Kaynil rit de nouveau. Il fouilla dans son manteau tandis que Simon s'agenouillait au sol et prenait Jenna dans ses bras. Du sang coulait de l'arrière de son crâne, tâchant les mains de Simon.
- Dommage que je n'ai pas de temps supplémentaire, j'aimerais bien rester un peu mais je dois faire sauter cet endroit. Au revoir !
Kaynil posa un objet sur le sol et partit en courant. Simon, tenant Jenna inconsciente dans ses bras, rampa jusque sous une table où il se recroquevilla en protégeant la jeune fille du mieux qu'il put en faisant une barrière avec son corps. Il la serra fort au moment où la bombe faisait tomber les murs, suivis par le toit.

La table n'avait pas tenu. Un gros morceau de plafond était tombé dessus et ses pieds s'étaient rompus. Simon resta immobile, serrant Jenna contre lui, la table pesant sur lui, très fort. Il avait eu le souffle coupé par l'explosion et la poussière le faisait tousser. Il avait les côtes, les bras et les jambes meurtries mais il serra les dents et attendit qu'on vienne les chercher, trop épuisé pour tenter de soulever ce qui les emprisonnait. Jenna respirait faiblement et Simon avait beau appuyer dessus avec ses mains, la plaie ne voulait s'arrêter de saigner. Il y eu plusieurs moments où Jenna entre-ouvrit les yeux mais, sûrement à cause de la douleur, elle s'évanouissait de nouveau peu de temps après. Enfin, quelqu'un appela.
- Il y a quelqu'un ?
- Là ! répondit Simon le plus fort qu'il put.
Il toussa et réessaya.
- Ici ! Vite...
Il sentit qu'on brassait les décombres. Il respira profondément quand le gros bloc fut enlevé, puis la table. Des mains le tirèrent pour le faire sortir mais il ne lâcha pas Jenna qui était sous lui.
- Non... (il toussa). Prenez-la...
- Allez mec, lâche la, on va la récupérer, répondit l'autre.
- Non... Elle, insista Simon, la voix defaillante.
- Ok ok.
Le jeune homme se mit sur le dos, le corps douloureux. Il sentit Jenna être éloignée de lui plus qu'il ne le vit : il avait les yeux obstrués par la poussière et les larmes. Il entendit Jenna gémir. Il était fatigué, meurtri. Des mains l'attrapèrent à son tour et il fut tiré des décombres.
- Vous avez de la chance d'être vivants tous les deux. On vous emmène à l'infirmerie. Est ce que tu es assez conscient pour me dire s'il y avait quelqu'un d'autre ?
- Personne, réussit à répondre Simon. Jenna... Jenna, murmura-t-il en se tortillant autant que le permettait son corps .
- T'inquiètes pas pour elle, mais plutôt pour toi. Tu saignes de partout.
Simon toussa et se laissa emmener.

Jenna se réveilla à l'infirmerie de Foxfire. Elle avait mal à la tête et au bras droit. Les souvenirs affluèrent et elle s'agita sur son lit. Elwin arriva auprès d'elle.
- Tout va bien, tout va bien. Calme toi.
- Simon...
- Il dort toujours. Tu as de la chance, c'est lui qui a l'air d'avoir tout pris lors de l'explosion. Il va s'en sortir, ajouta le médecin en voyant l'air affolé de sa patiente.
Il s'éloigna. Jenna regarda autour d'elle. Il y avait beaucoup de lits contenant un patient mais tous dormaient ou presque. A sa gauche dormait une fille de son âge aux cheveux noirs. C'etait... Taris ? Tinas ? Tanis ! Celle qui était la troisième seule Instillatrice de Foxfire. Elle avait montré son talent caché à tout le monde le jour précédent. C'était une fille timide qui n'avait que très peu d'amis. Tanis avait une longue estafilade le long de sa joue, une autre sur son bras et surtout, un gros bandage autour de la taille. Jenna se retourna et vit que c'était Simon dans le lit à sa droite. Il dormait, le visage tourné vers elle. Elle l'observa pendant une dizaine de minutes, puis il ouvrit les yeux. Il l'aperçut et tenta de se relever mais son corps était trop douloureux. Il grimaça et se laissa retomber sur son oreiller.
- Ça va ? demanda-t-il.
- Oui. Mal à la tête un peu. Et toi ?
- Mal partout, dit-il sur un ton qui se voulait léger, en vain.
Il y eut un petit silence.
- Merci, souffla Jenna.
Il parvint à sourire.
- Si j'étais arrivé plus tôt, on ne serait pas là.
- Si j'étais restée avec Lady Corolia et Elleana, on ne serait pas là non plus. C'est ma faute. Je suis désolée, murmura-t-elle au bord des larmes.
- Non... C'est la faute des Invisibles. Ne pleure pas s'il te plaît, supplia Simon, ne supportant pas de la voir comme ça. S'il te plaît...
Il fronça les sourcils dans une expression compatissante. Il tendit la main vers Jenna. Son bras gauche était plutôt valide. Il n'était pas très doué avec les filles et ne connaissait pas grand-chose à leur comportement mais il espéra qu'elle prendrait sa main. En temps normal, il n'aurait jamais fait ça mais voir la fille qu'il avait vu rire le jour précédent pleurer lui brisait le coeur.
- Si tu ne m'avais pas poussé, on se serait pris la table tous les deux et on ne serait plus là pour en parler.
- Tu aurais dû me laisser et partir, plutôt que de me protéger au péril de ta vie. Tu as failli mourir !
- Je ne regrette pas.
Jenna soutint son regard. Le jeune homme tendit un peu plus le bras, touchant presque le lit et Jenna prit sa main.
- Merci, dit-elle simplement.
Simon sourit et serra sa main.

*

Tanis restait plus souvent avec Keely depuis que Solex l'avait envoyé à l'infirmerie. Le garçon lui plaisait de plus en plus, même si Simon ne lui sortait pas de la tête. Aujourd'hui, elle avait son premier cours en tant qu'Instillatrice. Avec Bronte. Et Solex. Le Conseiller était, à ce qu'on disait, assez exigeant. Elle toqua à la porte.
- Vous êtes en retard, Mlle Shida.
- Excusez-moi.
Dès la première seconde, elle détesta ce mentor. Et Solex n'arrangeait rien. Il lui lançait des regards haineux.
- J'espère que vous serez mieux que M. Solex. Il est aussi maladroit que Mlle Foster en instillation !
Solex fronça les sourcils mais ne dit rien. Bronte, lui, sourit.
Soudain, une explosion retentit. Ils ne l'avaient pas entendu mais avaient senti les vibrations. Leur talent leur permettaient de sentir ce genre de chose. Le silence se fit dans la salle.
- Ce n'est… pas normal… finit par articuler Solex.
Bronte se releva d'un coup, faisant sursauter Solex et Tanis.
- Restez là et ne bougez pas, je reviens.
Il quitta la salle à grands pas. A peine était-il partit que Tanis se rua vers la porte.
- Hé ! Où tu vas ? hurla Solex.
Mais Tanis ne l'écoutait pas. Elle avait sondé les environs grâce à son talent. Elle savait ressentir quand les gens souffraient. Et elle avait senti que Simon n'allait pas bien. Elle courut dans les couloirs. Bientôt. Elle atteindrait le réfectoire bientôt. Mais Tanis s'arrêta net. Elle venait de reconnaître son frère dans un coin obscur. Avec Lady Gisela. Elle se cacha derrière un mur et tendit l'oreille.
- Qu'est-ce que tu fiches là ? s'écria Lady Gisela. Personne n'est sensé savoir ton existence chez les Invisibles! Tu vas faire foirer tous mon plan !
- Mais je… essaya de répliquer Tenhy
- Tais-toi et réponds!
Un silence s'ensuivit. Puis, Lady Gisela reprit la parole.
- Ne me dit pas que c'est pour voir ta sœur…
Tanis sentit son sang se glacer dans ses veines en entendant la voix froide de la criminelle. Il n'y eu aucune réponse.
- Espèce d'abruti ! Je suis la seule au courant pour ton don. Mais, si tu continues comme ça…
Elle prit soudain une voix mielleuse :
- ...il risque d'arriver quelque chose de regrettable à ta sœur.
- Non, s'il vous plaît ! gémit Tenhy.
- Alors libères tes ténèbres.
- Je... je n'y arrive pas ! s'écria-t-il.
- Non, tu ne VEUX pas. Faut-il que je te rappelle ce que tu as fait quand tu avais cinq ans… Tu as libéré tes ténèbres et tu as failli rayer le monde des Elfes pour toujours. Bien sûr, les Conseillers ont cherché le ou les responsables en secret pour ne faire paniquer personnes de leur petit monde parfait ! Mais ils ne t'ont jamais trouvé… Ils ont donc passé sous silence cet évènement dont, étrangement, personne n'a plus eu aucun souvenir ! Et devine qui a effacé inconsciemment ce moment de la mémoire de tout le monde ? Toi ! ricana Lady Gisela.
- Alors pourquoi les Conseillers, eux, n'ont pas eu la mémoire effacée ?
- Car, à ce moment précis, ils étaient dans les Cités Interdites, ne me demande pas pourquoi !
Tanis n'en croyait pas ses oreilles. Son frère avait rejoint les Invisibles pour la protéger, elle ? Ce fut ce moment qu'elle n'avait absolument pas choisi pour éternuer bruyamment. Ceci résonna dans tout le couloir. "J'ai vraiment la poisse, moi." pensa Tanis. Elle entendit un rire et se retrouva traînée au sol par Lady Gisela.
- Bon, maintenant, si tu ne veux pas coopérer, on aura notre otage sous la main.
Tanis pu voir la mine terrifiée de son frère et elle regretta d'être venue ici. Elle essaya d'instiller la criminelle mais cette dernière sortit un poignard et lui ouvra l'avant bras. Tanis hurla de douleur.
- La prochaine fois que tu fais ça, ce sera pire.

Bam ! Keely était apparut comme par magie et avait frappé Lady Gisela avec un cristal de foyer. Cette dernière perdit l'équilibre mais réussi à se rattraper au mur, complètement éberluée. Mais elle reprit vite ses esprits. Elle envoya son pied dans la figure de Keely qui lui ne put se rattraper. Il se retrouva à terre, la bouche en sang. Lady Gisela s'approcha ensuite de Tanis mais Tenhy lui barra la route.
- Non.
- Alors dit lui de se laisser faire ! rétorqua Lady Gisela
Soudain, on entendit des bruits de pas. Tanis eu aussitôt de l'espoir. Le visage de Lady Gisela se crispa. Elle attrapa Tenhy par le bras et s'en alla. Les secours arrivaient. Tanis soupira de soulagement. Mais ce n'était pas les secours. C'était les Invisibles. Tanis sentit un objet pointu s'enfoncer dans son ventre avant de sombrer dans l'inconscience…
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

- Peux-tu m'expliquer le fait que les membres du Conseil soient au courant de ton existence ?
Kaynil fulminait. Cette petite fille de riche lui avait échappé et maintenant, non seulement tous les elfes se trouvaient informés de son existence, mais en plus il devait supporter la colère de Lady Gisela. Il s'efforça de reprendre contenance.
- J'ai fait ce que vous m'avez demandé, répondit-il avec un calme déconcertant.
- Je vois, Lady Gisela secoua la tête, tu n'es pas encore prêt pour ce genre de missions, Vespéra va sûrement pouvoir arranger ça, susurra-t-elle.
Impassible, Kaynil la suivit jusqu'au cabanon qu'habitait Vespéra. Lady Gisela, qui ne tenait en aucun cas à la voir, repartit aussitôt qu'ils étaient arrivés. Kaynil se retrouva seul devant la petite maison à l'air aussi froid que sa propriétaire. Comme un robot, il se dirigea vers elle. A peine avait-il posé un pied sur le perron que la porte s'ouvrit sur Vespéra. La longue robe rouge qu'elle portait flottait sur son corps squelettique et la couleur détonnait avec sa peau blanche. Son teint était encore cireux et ses pommettes si saillantes qu'elles semblaient être aussi tranchantes que la lame d'un rasoir. Sans lui adresser la parole, elle lui fit signe d'entrer. La seule pièce que comportait le cabanon était peu meublée. Dans un coin, un vieux lit était posé à côté d'une petite commode sur laquelle étaient posées de petites fioles dont le contenu était noir ; adossée au mur d'à côté, une petite bibliothèque à moitié remplie faisait face à une petite chaise en bois. Les murs mal isolés étaient humides et portaient des étagères pleines de poignards, étoiles et shamknivs. N'importe qui aurait frissonné en entrant et aurait eu une soudaine envie de déguerpir. Même les autres Invisibles évitaient cet endroit comme la peste. Mais pas Kaynil. A vrai dire, il s'y sentait même comme chez lui. Vespéra lui intima de s'asseoir et se saisit d'une fiole. Avant que Kaynil n'aie le temps de réagir, elle l’ouvrit et une forme noire en sortit. Elle se précipita sur lui et rentra dans son épaule. Aussitôt, Kaynil se tordit de douleur. Son bourreau le regardait avec un sourire sans vie, froid. Kaynil n'avait pas crié. Mécontente, Vespéra réitéra son geste plusieurs fois, de nouveau, il se tordit de douleur.
- Tu ne crois quand même pas qu'Ombre est morte sans nous laisser un petit cadeau ? Voici mes dernières fioles d'hydrombre, dit Vespéra, et comme tu peux le voir, n'importe qui peut les faire obéir... Si il a un peu de bonne volonté.
Incapable de répondre, Kaynil regardait la fiole avec un mélange d'effroi, d'envie et d'admiration. Vespéra fit la moue,
- Tu n'es pas d'accord avec moi ?
Comme elle n'obtenait pas de réponse, elle sortit une deuxième fiole. Après plus d'une demi-heure de torture, Kaynil poussa un petit cri, un nouveau sourire s'étira sur les lèvres de sa tortionnaire. Affalé sur sa chaise, Kaynil eut juste le temps de la voir déboucher une nouvelle fiole et s’évanouit.

Énervée, Lady Gisela secoua la tête. Tenhy avait fait une crise en voyant sa sœur, mais celle-ci s'était échappée et maintenant, il refusait de coopérer. Et ce Kaynil qui se croyait tout permis.
D'ailleurs où était donc cet incapable ? Elle aborda une des recrues les plus récentes.
- Où se trouve Kaynil ? hurla-t-elle.
Je...je... Il... il est à l'infirmerie madame, bredouilla-t-elle.
Lady Gisela se précipita vers l'infirmerie. Kaynil était couché sur un lit et dormait. Sa colère redoubla, elle le prit par les épaules et cria.
- KAYNIL !
Elle se saisit d'une étoile qu'elle portait accrochée à se ceinture et balafra son visage. Kaynil se réveilla et hurla de douleur.
- Tu as entraînement alors lèves-toi de ce lit !

Kaynil fut réveillé en sentant un objet froid et métallique entamer la chair de sa joue. Il hurla et entrouvrit les yeux. Oh non pas elle, se dit-il. Il essaya de se lever, mais une vive douleur au bras l'en empêcha. Il s'affala sur le lit. Heureusement, le docteur intervint et dit à Lady Gisela qu'il ne supporterait pas une séance d’entraînement. Sans attendre sa réponse il se rendormit.

*

Tilly n’en revenait pas. Elle avait été absente juste une journée, une toute petite journée et Foxfire avait été témoin d’une attaque des Invisibles, ce groupe qui la fascinait autant qu’il la dégoutait. Tilly avait été abandonnée à sa naissance et avait depuis toujours vécue chez les Evnor. Lile et Noliam Evnor n’avaient jamais voulu avoir d’enfant mais le jour où ils trouvèrent Tilly sur leur propriété il se sentir forcé de l’adopter. Tilly n’était pas très proche de ses parents adoptifs et ce n’étais pas un problème pour elle car elle aimait rester seule.
Elle avait été absente ce jour-là par pure coïncidence : son luminateur était tombé en panne et ils avaient dût le remplacer mais le remplacement avais pris du temps et elle n’avait donc pas pu aller à l’école ce jour-là. Elle se réveilla le lendemain, s’habilla et descendit comme à son habitude, pour prendre le déjeuner avec ses tuteurs.
- Bonjour ! annonça-t-elle en entrant dans la salle à manger.
- Bonjour ! répondirent ensemble ses tuteurs.
- Nous avons reçu un message du principal qui demande à tous les élèves de rester chez eux et il dit aussi que des discussions de soutient moral seront organisées dans la journée, déclara sa mère.
- Oh… Ont-ils demandé de l’aide ? demanda la jeune fille encore choquée par l’attaque.
Elle voulait vraiment se rendre utile.
- Oui ils en ont besoin à l’infirmerie mais le magnat Léto a mit des conditions : il ne veut pas de parent d’élèves se trouvant à l’infirmerie et il ne veut pas d’élèves car ils ont déjà été assez traumatisés, répondit sa mère.
- Mais je n’y étais pas moi, je peux les aider… je veux les aider !
- Je suis désolé Tilly ce n’est pas nous qui avons choisis, rétorqua gentiment M. Evnor.
- Mais vous n’êtes pas contre ? demanda-elle.
- Non moi je ne le suis pas, la rassura Lile.
- Moi non plus mais ce sont les ordres du directeur et nous les comprenons.
- S’il vous est-ce que je pourrais au moins essayer ? Si Elwin me dit non je n’insiste pas et je reviens tout de suite à la maison !
Ses tuteurs se regardèrent un moment puis acquiscèrent. Elle était heureuse et espérait qu’il accepterait. Elle prit sa cape et entra dans le luminateur, de nouveau en état de marche, et demanda Foxfire.

Quand elle arriva devant son école, Tilly resta immobile contemplant la pyramide à moitié effondrée. Après un moment elle se rappela pourquoi elle était là et se dirigea vers une grande tente en toile blanche qui avait été montée dans la précipitation. Elle entra dans la tente et vit un Elwin débordé courir d’un patient à l’autre et sept autres personnes aussi débordées que le Flasheur. Elle patienta le temps qu’Elwin la remarque.
- Je suis désolé mais les visites ne sont avant trois jours vous avez dû être prévenue, lui dit un des bénévoles.
Il avait des yeux bleu foncé fatigués et il était débraillé et en sueur à force de s’agiter.
- Je… non… je ne viens pas pour une visite j’aimerais vous aider.
- Je suis encore une fois désolé mais les élèves ne peuvent pas aider et tu ne devrais même pas te trouver là.
Il était réellement désolé, on pouvait le voir dans son regard mais il ne faisait que suivre les ordres. Elle ne savait plus quoi dire quand Elwin, qui venait de voir Tilly en train de parler avec un bénévole, intervint dans la conversation.
- Que se passe-t-il ici ?
- Je suis venue pour vous aider. Je vois que vous êtes débordés et je veux vraiment vous aider. De plus, je n’étais pas là hier donc je n’ai subi aucun traumatisme.
Ce n’était pas tout à fait vrai car le fait d’avoir reçu la nouvelle et d’avoir vu Foxfire à moitié détruite ne l’avait pas laissée indifférente mais elle ne voyait pas l’utilité de le préciser. Elwin sembla hésiter un long moment avant d’accepter.
- J’accepte mais tu dois me promettre d’écouter tout ce que je te dis et de ne prendre aucune initiative.
- Je vous le promets ! … Qu’est que je peux faire ? demanda-t-elle impatiente d’aider.

*

Mis à part des courbatures au bras et un mal de crâne de moins en moins fréquent, Jenna se sentait bien. Mais Elwin refusait de la laisser partir.
- Tu resteras là jusqu'à ce que j'en ai décidé autrement, disait-il.
La jeune fille passait le gros de sa journée allongée car lorsqu'elle se levait, le sang affluait à sa tête et elle était prise de puissants vertiges. Elle s'ennuyait beaucoup aussi. Les visites étaient prévues pour deux jours plus tard. Simon dormait le plus clair de son temps et Tanis restait fermée comme une huitre. Les seules distractions étaient lorsque la jolie Tilly venait la voir.
- Bonjour Jenna ! Comment vas-tu ce matin ? demanda la jeune elfe quand elle vint la voir lors du deuxième jour que passait Jenna à l'infirmerie.
- Mieux qu'hier, répondit Jenna.
Elles parlèrent de tout et de rien pendant que Tilly changeait les bandages de la jeune fille et lui faisait avaler différents philtres. Elle grimaça lorsqu'elle but la dernière fiole. La substance visqueuse était amère. Un joli rire suivit d'une quinte de toux s'éleva.
- Toujours aussi mauvais ? lança Simon, qui s'était réveillé.
Jenna acquiesça et regarda Tilly changer les bandages du jeune homme. Parfois, il serrait les dents pour ne pas crier de douleur.
- C'est fini, annonça Tilly au bout de 5 minutes. Bois-moi tout ça maintenant.
Simon obéit. Puis la jolie "aide-soignante" de leur âge s'éloigna pour aller s'occuper d'autres blessés. Comme chaque fois que Simon était réveillé, ils restèrent silencieux : ils n'avaient rien à se dire, ils n'étaient meme pas amis ! Jenna réfléchit. S'ils n'étaient meme pas amis, pourquoi l'avait-il sauvée ? Pourquoi n'avait-il pas sauvé sa propre peau ? Il avait dit ne pas regretter ses actes, mais ils étaient sous sédatifs à ce moment-là. Puis ses pensées prirent un autre tour. Elle repensa à Kaynil. Ce jeune homme brisé qu'elle avait dénoncé aux Conseillers. Il avait eu une enfance pitoyable. S'il avait été déclaré, la société l'aurait-elle prit en charge ? Son père l'avait battu... s'il avait été dans une autre famille, il n'aurait pas fait partie des Invisibles. Jenna ressentit une grande envie de sauver la part d'humanité qu'il restait en lui.
- Jenna ? appela Simon, coupant court à ses pensées.
Elle tourna la tête vers lui.
- Ca va ? Tu as l'air anxieuse.
- A quel moment es-tu arrivé ?
- Quoi ?
Le jeune homme était choqué et ne comprenait pas.
- L'autre jour, avec l'Invisible, quand es-tu arrivé ?
- Quand je suis rentré il riait, répondit Simon, soulagé. Je t'ai vu et quand il a sorti une étoile, je me suis précipité vers toi.
Jenna hocha la tête et ils se replongèrent dans le silence. Au bout d'un moment, la jeune fille en eut assez et elle se tourna vers le garçon.
- Simon ? appela-t-elle avant de se rendre compte qu'il dormait.
Elle le regarda. Il avait l'air si calme et innocent... Et Dieu qu'il était beau ! Jenna grava ses traits dans sa mémoire. Le tournoi était annulé et elle ne le verrai probablement plus d'aussi près. Peut-être qu'ils ne se parleraient plus une fois les cours repris. Une ombre passa sur le visage de la jeune fille. Même si elle ne le connaissait pas bien, il allait lui manquer...
Simon remua. Il devait faire un rêve car il se mit à marmonner sans ouvrir les yeux. Et ses phrases étaient incohérentes par moment.
- Léandre... c'est Maman qui l'a dit... Selly à la cafétéria...
Il se tut un instant.
- Je ne regrette pas...(il eut quelques paroles inintelligibles). Tu es belle...
Il se tut de nouveau et commença à s'agiter.
- Selly... Selly... danger.
- Simon ? tenta doucement Jenna.
Il se mit sur le dos et plaqua brusquement ses bras sur le lit. Puis il se mit à hurler.
- Va-t-en ! Laisse-la ! Laisse-les !
- Simon ! s'inquiéta Jenna en se redressant.
- Laisse-les ! Non !
Elwin se précipita au chevet du jeune homme et le secoua par les épaules. Simon se réveilla, haletant, tremblant et trempé de sueur.
- Jenna... Jenna et Selly... en danger.
- Du calme Simon, elles vont bien, le rassura Elwin.
- Non (il secoua la tête). Il y avait Léandre... Il a emmené ma soeur et s'est transformé en Invisible... Il... il allait les tuer...
- Calme-toi Simon. Regarde, Jenna est juste là, et ta soeur et en sécurité.
En voyant la jeune fille, Simon se calma mais tremblait toujours. Le médecin l'obligea à s'allonger, lui tamponna le visage avec un linge mouillé et lui donna à boire une fiole rose. Le jeune homme se calma complètement et ne tarda pas à s'endormir.
- Que lui avez-vous donné ?
- Un sédatif. Il ne fera pas de cauchemar cette fois.
Jenna acquiesça mais surveilla Simon jusqu'à s'endormir elle-même.

Ses mains courraient sur le clavier et une jolie musique s'élevait dans les airs. Lorsque son bras fit quatre fois le même mouvement rapide, Jenna s'arrêta net et se massa le quadriceps douloureux.
- Ne te torture pas, chérie, dit Victoria, appuyée sur le chambranle de la porte.
Jenna se tourna vers elle.
- Et si je ne pouvais plus jamais faire de piano ?
- Tu vas te rétablir ne t'inquiètes pas.
La jeune fille hocha la tête. Elle était rentrée chez elle depuis deux jours, après avoir passé trois jours au Centre de soins de Foxfire. La tête lui lançait quand elle faisait un effort trop important et son bras lui faisait mal lorsqu'elle le contractait trop. Mais la vie avait plus ou moins retrouvé son cours. Foxfire avait fermé et ré-ouvrirait lorsque la sécurité aurait été renforcée, les bâtiments reconstruits et que la plupart des blessés seraient rentrés chez eux. L'assassinat de Lady Alexine et les explosions étaient gravés dans les mémoires, et nombre de parents refusaient d'envoyer leur progéniture de nouveau à Foxfire. Les plantations auraientt lieu quelques semaines plus tard.
Jenna s'ennuyait. Les Conseillers avaient ordonné aux enfants de rester chez eux, à l'exception d'une visite rendue aux blessés de Foxfire mais uniquement accompagnés d'un adulte. Jenna était donc enfermée chez elle car ses frères et sœur ne faisaient pas partie des victimes – grand bien leur fasse.
Elle alla au lac de son jardin et s'assit au bord. Elle contempla le paysage qui s'offrait à ses yeux. Un peu plus tard, Wellan la rejoignit et s'installa à coté d'elle.
- Ça va ?
- Moralement ou physiquement ?
- Moralement.
- Je ne sais pas trop, avoua-t-elle. C'est...
Elle secoua légèrement la tête.
- Je pense tout le temps à ce qu'il s'est pas passé à la cafétéria.
- Tu veux en parler ?
- Pas vraiment. Quand je me sentirais mieux peut-être.
- D'accord.
Wellan pressa l'épaule de sa soeur puis se releva et partit. Elle aurait bien aimé qu'il reste pour avoir un peu de compagnie. La jeune fille se sentait terriblement seule. Celine et Ylyana lui manquaient bien sûr, mais quelqu'un d'autre encore plus malgré elle. Elle s'efforçait de ne pas penser à lui, mais elle n'y parvenait pas. Et ce regard qu'il avait eu...
Avant que la culpabilité ne la submerge, son transmetteur la fit sortir de ses pensées. Le visage d'Elwin apparut sur l'écran.
- Jenna ? demanda-t-il, la mine inquiète.
- Qu'y a-t-il ?
- Eh bien... Simon a beaucoup de fièvre, il délire et ne cesse de vous appeler, Selly et toi. Ses parents sont venus le voir mais refusent de laisser sa soeur le voir dans cet état alors... peut-être que tu pourrais venir le voir ?
- Oui, bien sur ! s'exclama Jenna en se levant.
- J'ai déjà hélé tes parents et ils sont d'accord si tu ne vas pas ailleurs. Les Conseillers ne pourront rien dire, c'est une visite dans le cadre d'une guérison...
- J'arrive !
Le transmetteur s'éteignit et Jenna se précipita récupérer une cape, et courut vers le luminateur.
Elle arriva devant la porte de l'infirmerie, inspira et entra. Tilly vint la chercher et l'amena près de Simon, qui n'avait pas changé de place.
- Pour le moment il est sous sédatifs mais il va bientôt se réveiller. Je ne serai pas loin si quelque chose ne va pas.
Merci Tilly.
Jenna s'assit sur le tabouret à coté du lit du convalescent. Son coeur, qui avait sauté de joie à l'idée de le revoir, se serra. L'image que renvoyait le garçon était pitoyable. Il tremblait, des gouttelettes de sueur étaient présentes sur son front et au dessus de sa lèvre supérieure, il était pâle, avait les cheveux en bataille et sa main gauche serrait la couverture. Malgré tout, il restait toujours aussi beau. Jenna posa le dos de sa main sur son front. Il était brûlant. Elwin n'avait pas menti, il avait beaucoup de fièvre. La jeune fille caressa sa joue puis enleva sa main.
- Tu vois, souffla-t-elle. Tu n'aurais pas du me sauver...
Simon frémit. Jenna prit un linge propre et épongea le front du malade.
- Dans quel pétrin je t'ai fourré ?
Simon dodelina de la tête et ouvrit les yeux. Il regarda Jenna sans paraître la voir. Ses yeux azur étaient vitreux. Il prit une grande inspiration et regarda le plafond.
- Simon ? Ça va ? s'enquit la jeune fille.
- Froid, répondit-il d'une voix faible. Chaud. Je ne sais pas.
Il regarda sa visiteuse et sursauta, un éclair de lucidité passant dans ses yeux.
- Je... Jenna ?
L'intéressée sourit et hocha la tête.
- Tu...
- Calmes-toi, lui dit Jenna quand il s'agita. Tout va bien.
Le jeune homme ferma les yeux et fronça les sourcils. Puis il les rouvrit.
- J'ai mal...
- Où ?
- Partout. Et au coeur... Selly... Léandre... Trahison...
Il délirait.
- Non Simon, Léandre n'a rien fait et Selly va très bien.
Il ne répondit pas. Jenna lui prit la main pour attirer son attention.
- Si tu veux les revoir, il faut te reposer.
- Peux pas... Toujours cauchemar...
Jenna réfléchit et appela l'eau pour former une figurine qui représentait Simon en bonne santé. Elle en créa une autre, plus petite et plus féminine. Elle la désigna en déclarant que c'était Selly. Les figurines dansèrent puis se serrèrent l'une contre l'autre. Elle fit apparaitre une troisième figurine, plus grande qui prit les deux autres dans ses bras.
- C'est Léandre, toi, et Selly.
Simon serra la main de Jenna et sourit. Puis l'eau s'évapora. La jeune fille attira la sueur du malade pour la faire s'imprégner dans le linge à coté du lit.
- Et toi ? Où es-tu ? demanda Simon.
- Moi ? Je suis à coté de toi, murmura Jenna à l'oreille de Simon qui eut un petit rire.
- Je le sais bien.
- Si je suis là, tu peux dormir tranquille.
Simon hocha la tête et ferma les yeux.
- Merci, souffla-t-il peu avant de s'endormir.
Jenna se leva, déposa un baiser rapide sur sa joue et sauta vers sa maison, non sans voir le sourire en coin de Tilly, qui les avait observé du coin de l’œil.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Seyena se reposait chez elle après les évènements des derniers jours en les ressassant car elle était excessivement contrariée. Tout d’abord le tournoi avait été interrompu ! Elle détestait ne pas finir une compétition encore plus quand elle était en lice pour le premier prix. Avec Xapharus, ils avaient gagné le premier tour contre un Givreur et un Invocateur. Elle avait adoré cette sensation d’adrénaline et, étant tous deux invisibles, leurs adversaires avaient vites déchantés. Ils avaient donc pu assez facilement les sortir du cercle. Le deuxième tour s’était plutôt bien passé aussi mais à la fin alors qu’ils affrontaient un Chargeur, Xapharus avait sorti le pied et avait était éliminé. Mais elle était toujours dans la compétition et elle était indignée de l’arrêt de celle-ci. Certes, les derniers événements avaient été traumatisants pour tout le monde et en plus trois élèves avaient étaient blessés dont la seule Instillatrice encore dans le concours. D’ailleurs, cela avait été un choc pour tout le monde quand elle avait révélé son talent. Seyena trouvait cette fille …intéressante. Elle représentait un peu ce qu’elle aurait aimé être : puissante et rebelle. Elle était en Elémentalisme quand l’explosion était arrivée. Elle avait été gentiment évacuée avec tous les autres élèves et était rentrée chez elle sans faire d’histoire.
Elle était également de mauvaise humeur à cause de ses parents. Après l’explosion, ils avaient été tout d’abord assez prévenants même si pour eux ce mot voulait dire l’emmener dans le plus chic restaurant de l’Atlantide, mais c'était ce qu'elle pouvait espérer de mieux. Puis le jour suivant, ils avaient entendu parler de cette petite elfe, comment s’appelait-elle déjà ? Milly, Lily, non, pas tout à fait, c’était…, c’était… Tilly ! C’est ça elle s’appelait Tilly. Cette fille avait été accepté à l’infirmerie et, depuis, ses parents insistaient pour qu’elle fasse de même comme si aller aider des médecins qui n’en avaient pas besoin allait être reconnu comme grand fait bénéfique à la société et contribuer à leur réputation. Bref, elle avait refusé et cela avait engendré une dispute. C’est pour ça qu’elle faisait en général ce que demandait ses parents, pour éviter les disputes. Sa mère étant assez fragile, elle pleurait à chaque fois et Seyena se sentait toujours coupable quand cela arrivait sans compter que son père fermait à clé les portes de la grande bibliothèque et il ne lui restait plus que ses ouvrages de cours à lire. Comme elle adorait ça, elle se retrouvait à poirauter dans sa chambre à ressasser ses pensées. La seule chose positive qui était ressortit de toute cette histoire était la suspension des cours.
Décidant, qu’elle en avait marre de cette maison, elle s’habilla et alla se promener à Eternalia à l'encontre de l'odre du Conseil.

Elle se baladait tranquillement dans la ville quand soudain, une main lui agrippa le bras. Elle se retourna et aperçut le plus petit nain qu’elle ait jamais vu. Certes, elle n’en voyait pas tous les jours et, comme leur nom l’indiquait, ils n’étaient pas bien grand mais celui-là faisait tout au plus que quelques dizaines centimètres de haut.
- Lady, je vous en supplie… murmura le nain qui ne paraissait pas très en forme.
- Que se passe-t-il ? réagit Seyena.
- Sauvez-les ! Sauvez-les ! Les Yeux Blancs les ont emmenés et ils m’ont châtié, sauvez-les ! dit le petit homme avant de s’évanouir brusquement.
- Qui ? Où ? Réveillez-vous ! paniqua la jeune fille.
C’est alors qu’elle s’aperçut que tous les regards étaient fixés sur elle. Dans son esprit, en à peine quelques secondes, elle fut à la fois horrifiée à l’idée de la tête de ses parents quand ils sauraient que leur fille les avait « déshonorés » en parlant avec un nain louche et attirant désobligeamment les regards sur elle, inquiète pour ce nain, et absolument paniquée par sa perte de contrôle de la situation. Elle prit donc la seule solution possible en présentant son cristal de foyer à la lumière pour rejoindre le luminateur de chez elle et amener ce nain à Foxfire. Tout-à-coup, Xapharus apparut à côté d’elle, faisant mine de l’accompagner. N’ayant pas le temps de se battre avec lui elle lui donna une main, de l’autre prit celle du nain et rassembla sa concentration. A peine arrivée, elle saisit le luminateur et sauta à l’école. Elle ne prit même pas le temps de regarder la reconstruction de la pyramide de verre se concentrant sur porter le nain jusqu’à l’infirmerie. Elle pénétra en trombe dans la pièce où se trouvaient les bénévoles, un nain sur l’épaule et Xapharus à son côté.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

...Xapharus à son côté.

*

Douleur : ce mot emplissait l'esprit d'Ylyana.
Elle ouvrit doucement les yeux et tenta de se relever mais sa tête se heurta à quelque chose. Prise d'un affreux mal de tête, la jeune Givreuse se rallongea. Tout ce dont elle se souvenait était un énorme vacarme et une vive douleur puis un trou noir.
Soudain un détail étrange lui apparut. Foxfire ne se trouvait pas près de la mer, pourtant depuis son réveil dans cette étroite grotte sombre, un doux bruit de vagues lui parvenait. Tout devint blanc autour d'elle et la jeune fille s'évanouit de nouveau.

Ejila et Turner Sencen étaient chez eux quand on toqua soudain à leur porte.
- Je vais ouvrir chérie, dit Turner. Une minute s'il vous plaît. Ejila, il faut que tu viennes ,c'est important, continua t-il en faisant entrer son hôte.
La jeune femme descendit les escalier quatre à quatre et lâcha un Cris de surprise en voyant leur invité.
- Il faut que je vous parle, dit Elwin en la devançant. C'est à propos d'Ylyana. Comme vous le savez cela fait quatre jours que l'accident à eu lieu et trois que nous fouillons les décombres. Les recherches arrivent à leur fin, nous avons ratissé toute la zone et les alentours, mais aucune trace de votre fille.

Ejila s'effondra en larme dans les bras de son mari qui semblait sur le point d'exploser :
- Et que font les Conseillers, ils ne peuvent pas retrouver son pendentif ? hurla ce dernier, fou de rage et de tristesse.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

- QUOI ?
La jeune fille se passa les mains sur le visage.
- Je suis désolée Jenna, tenta Victoria en s'approchant de sa fille qui s'éloigna aussitôt.
- Ce n'est pas possible !
Elle plongea ses mains dans ses cheveux et tira dans un geste anxieux. Elle commença à marcher de long en large.
- Le Conseil fait quelque chose au moins ?
- Bien sur !
- Ce n'est pas possible... Ça fait quatre jours ! Ils auraient dû...
La voix de Jenna se brisa, l'empêchant de finir sa phrase. Elle se passa encore les mains sur le visage, les larmes aux yeux.
- Je ne le crois pas... souffla-t-elle.
- Jenna...
La jeune fille s'entoura les épaules de ses bras et s'arrêta soudain.
- Pourquoi tout cela m'arrive ?
- Comment ça ? s'enquit sa mère.
- Foxfire explose, je me fais attaquer par un Invisible, Simon se retrouve à l'infirmerie avec une fièvre du diable, Ylyana disparaît et je ne peux même pas voir Céline !
Elle tomba à genoux éclata en sanglots. Lorsque Victoria s'approcha pour la prendre dans ses bras, elle se laissa faire et laissa couler ses larmes, serrée contre sa mère qui lui massait la tête.
- À propos, finit par dire Mme Saphor. Foxfire rouvrira demain. Elwin m'a appelée aussi. Il m'a dit que ta visite à Simon lui a fait le plus grand bien et que son état s'améliore. Ses parents sont allés le voir aussi mais pas sa sœur. Alors Elwin voudrait que tu repasses le voir aujourd'hui.
Jenna hocha la tête et s'éloigna de sa mère pour sécher ses larmes.
- Je suis sûre qu'ils retrouveront Ylyana bientôt et tu reverras Céline demain. Tu devrais aller te changer avant d'aller voir ton petit copain !
- Ce n'est pas mon petit copain !
- Je sais, je te taquinais, sourit Victoria en lui ébouriffant les cheveux. Allez va !
Jenna se leva et se rendit dans sa chambre.

Lorsqu'elle arriva à l'infirmerie, Tilly voulut retenir Jenna.
- Tu devrais attendre un peu avant d'entrer...
- Mais Elwin m'a demandé de venir ! protesta la jeune fille.
- Je sais bien mais...
- Il ne va pas bien ? s'inquiéta l'Hydrokinésiste.
- Si, il va beaucoup mieux ! Mais... Bon écoute vas y, je ne vais pas te retenir... soupira Tilly en s'effaçant.
Jenna fronça les sourcils. Pourquoi avait -elle réagit comme ça ? Elle s'avança dans la pièce et se dirigea vers le lit de Simon. Mais quelqu'un se trouvait déjà à son chevet.
Une fille aux longs cheveux blonds et aux yeux presque transparents... Celle-ci s'approcha d'un Simon qui avait bien meilleure mine que deux jours auparavant et lui souffla quelques mots à l'oreille en lui caressant les cheveux. Puis elle s'approcha un peu plus et... Jenna ouvrit grand les yeux et détourna le regard quand l'elfe blonde embrassa Simon en prenant son temps. Elle se leva et Jenna se figea. Simon gigota dans son sommeil mais la blonde avait l'air fière d'elle. Puis elle posa les yeux sur la nouvelle venue.
- Qu'est-ce que tu fais la ? demanda Erika d'un air dédaigneux.
- Je pourrai te retourner la question ! Et de quel droit l'as-tu embrassé ?
- Je fais ce que je veux, d'accord ? répliqua Erika. Et la relation que j'ai avec Simon ne te regarde pas !
Jenna ouvrit la bouche mais ne dit rien. Son interlocutrice s'esclaffa et sortit son cristal de foyer avant de s'approcher de Jenna. Lorsque leurs visages ne furent plus qu'à quelques centimètres d'écart, la blonde pesta.
- Je croyais t'avoir dit de ne plus l'approcher ? Le fait que tu te sois battue contre lui au tournoi ne veut pas dire que je te laisserai l'approcher de nouveau.
Puis elle sauta. La jeune fille mit un moment à reprendre ses esprits. Elle s'approcha du convalescent qui commençait à se réveiller.
- Simon ? l'appela -t-elle doucement.
- Jenna ? Ça fait longtemps que tu es là ? Où est Erika ?
Le cœur de Jenna se serra. Ainsi, Simon et Erika étaient vraiment ensemble ?
- Ça ne va pas ? s'inquiéta le jeune homme.
- Si, si, répondit Jenna. Mais je ne peux pas rester longtemps. Je suis là uniquement parce qu'Elwin me l'a demandé mais je vais devoir partir. L'école rouvre demain. Quand rentres-tu chez toi ?
- Dans deux jours.
Jenna hocha la tête.
- Alors on se revoit peut-être dans deux jours... souffla-t-elle avant de reculer pour partir.
Simon attrapa sa main pour la retenir.
- Tu ne peux pas rester un peu ? Je n'ai pas beaucoup de visiteurs...
- Ah bon ? Pourtant Erika vient de partir.
- Vraiment ? s'étonna le jeune homme. Je ne me rappelle pas son départ.
- Elle t'a embrassé avant de partir, l'éclaira Jenna avec une pointe de dégoût et de tristesse.
Simon se redressa vivement .
- Quoi ? Mais je dormais ! Je t'assure, Jenna, que je ne l'aime pas.
- Peu m'importe tu sais, répondit la jeune fille d'un air qui se voulait désinvolte.
Simon fronça imperceptiblement les sourcils mais elle ne le remarqua pas. En revanche, elle s'aperçut que dans son empressement de se redresser, Simon avait rouvert une blessure qui se remit à saigner.
- Jenna, commença-t-il en pâlissant. Je crois que... Ma côte...
Le jeune homme perdit connaissance.
- Simon !
Jenna se retourna en quête de quelqu'un capable de l'aider.
- Elwin ! S'écria-t-elle.
La jeune fille se précipita dehors tandis que Tilly accourait. Au moment où Jenna franchit la porte, elle percuta une elfe qui portait... un nain.

*

Alors qu’elle venait d’arriver, Seyena fut soudainement percutée par une jeune fille qu’elle ne connaissait pas. Elle avait de jolis yeux bleu clair et paraissait très agitée.
- Oh ! désolée ! s’exclama-t-elle.
- Ce n’est rien, dit Seyena par réflexe, son cerveau s’étant mis en pilotage automatique.
- Est-ce que tu sais où est Elwin ? demanda l’elfe.
- Euh non, je viens à peine d’arriver, fit la jeune fille en désignant le nain qui était toujours sur son épaule.
- Bien sûr, je suis désolée, c’est que… expliqua l’inconnue.
- Honnêtement, je comprends, répondit Seyena.
C’est à ce moment-là qu’Elwin arriva, ses éternels cheveux en bataille et une lumière jaune autour de la main, coiffé de ses ridicules lunettes. Bien que Seyena ne trouvait pas le médecin méchant, elle n’était venue à l’infirmerie que de très rares fois et ne le connaissait pas.
- Euh…je dois avoir loupé quelque chose, dit-il en regardant tour à tour les deux elfes. Que s’est-il passé ?
Les deux filles échangèrent un regard. Elwin remarqua soudain le nain inconscient. Il appela expressément des bénévoles pour qu'ils s'en occupent. Alors que le médecin allait les suivre, Jenna le retint pour lui dire qu'un certain Simon avait rouvert une blessure et saignait abondamment. Il se précipita à son chevet et ausculta Simon, que Seyena connaissait de l’année dernière, ayant partagé quelques sessions d’Eclipse avec lui. Elwin rassura l’elfe comme quoi il n’y aurait aucune séquelle sur le garçon. Quant au nain il allait faire des recherches sur sa présence mais son état semblait stable.
Finalement les deux filles sortirent de l’infirmerie. Elles se promenèrent devant l’école en discutant :
Au fait je ne connais toujours pas ton prénom. Comment t’appelles-tu ? demanda l’inconnue qui semblait beaucoup plus sereine maintenant.
- Je m’appelle Seyena Song. Enchantée, répondit-elle d’une manière relativement guindée. Et toi ?
- Moi c’est Jenna, Jenna Saphor ! Je suis en niveau 4 et Hydrokinésiste. Tu es en niveau 6 toi non ? fit Jenna en souriant sans tenir compte de la raideur de son interlocutrice.
- Euh, oui. Qu’est-ce qui m’a trahi ? demanda Seyena qui commençait à se détendre. Et je suis Eclipseuse au fait.
- Tu portes ta broche de Foxfire, expliqua Jenna qui souriait toujours.
- Oh ! réagit la jeune fille en rougissant. Est-ce toi qui a affronté Simon au tournoi ?
- Oui, répondit l’elfe. Zut ! J’avais totalement oublié que j’avais dit à ma mère que je rentrais tôt. Eh bien au revoir Seyena, ce fut un plaisir de parler avec toi, dit Jenna en présentant son cristal de foyer à la lumière.
- De même Jenna, à une prochaine fois peut-être, la salua Seyena.
Elle marcha encore quelques minutes quand tout-à-coup une explosion retentit. L’elfe eut juste le temps de se retourner pour voir la partie correspondant à l’infirmerie de Foxfire voler en éclat. N’écoutant que son courage (et pas les milliers d’autres raisons que lui soufflait son esprit), elle courut voir si quelqu’un avait besoin d’aide.
Quand elle arriva, tout le monde semblait aller bien malgré la peur provoquée par l’incident. C’est alors qu’une voix appela à l’aide. Seyena se précipita mais ce ne fut que pour découvrir le corps inanimé d’une des élèves. Elwin arriva quelques secondes plus tard et commença par prendre le pouls de l’elfe mais après environ une minute pendant laquelle tout le monde était resté silencieux, le médecin secoua tristement la tête, les larmes aux yeux. Seyena s’approcha doucement d’un adolescent bouleversé par la nouvelle. Elle lui posa la main sur le bras dans un signe de réconfort. Il sursauta en lui révélant son visage. C’était Xapharus. La jeune elfe se sentit soudain très coupable : elle avait totalement oublié que son ami l’avait suivi ici.
- Viens, on rentre, lui dit-elle.
- Seyena c’est toi ? sursauta Xapharus.
- Oui, pourquoi ? demanda la jeune fille.
- Tu es invisible, répondit-il.
- Oups… Allez, viens. Essaye de ne pas trop te morfondre, fit Seyena en le tirant par le bras.
Xapharus se laissa faire et rentra chez lui puis ce fut au tour de Seyena et elle partit avec un soupir. La journée avait été longue. Malheureusement, elle n’était pas encore terminée.
A peine eut-elle franchit la porte de Kunnyada qu’elle vit ses parents. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils n’avaient pas l’air de très bonne humeur.
- Seyena pouvons-nous savoir pourquoi avons-nous déjà reçu la visite de trois familles influentes au sein de la noblesse nous demandant pourquoi tu fréquentes des nains ? Sans parler de ceux qui viennent juste de repartir et nous ont annoncé que notre fille était présente au moment de l’explosion tardive d’une partie de Foxfire et qu’elle n’est pas rentré immédiatement. Mais le pire doit être le passage du Régent Rosdybus qui nous a convoqué à la première heure demain matin dans ses bureaux pour que tu lui racontes précisément ce qui t’as poussé à d’abord passer trois heures à l’infirmerie plutôt qu’aller prévenir l’agence multiespèces de ta découverte, attaqua son père.
Et voilà ce qu’elle avait à tout prix voulu éviter. Mais maintenant il était trop tard et sa seule option était de minimiser les dégâts au maximum.
- J’en suis profondément désolée. Père, Mère, je ne manquerai pas de fournir des raisons valables au Régent Rosdybus, répliqua Seyena.
- Tu nous as mis dans une position inconfortable vis-à-vis de la noblesse. Tu sais combien c’est important et nous comptons sur toi pour renvoyer la meilleure image possible de notre famille. Nous avons été très déçus mais nous te donnons une seconde chance. Si à partir de maintenant et jusqu’à ta sortie des niveaux d’élite de Foxfire tu promets de ne rien, absolument rien faire de reprochable tout en nouant le plus d’alliance avec tes camarades ; nous acceptons de ne pas prendre plus de mesures contre toi si ce n’est que l’accès à la Grande Bibliothèque t’est interdit, intervint sa mère.
- Je suis profondément touchée par votre clémence et accepte avec plaisir de tout faire pour redorer notre blason. Je ne mérite pas cette offre et vous promets de faire honneur à mon nom, dit la jeune fille, la mort dans l’âme.
Mais après tout qu’aurait-elle pu faire d’autre ? Evidemment c’était peu ce qu’elle faisait mais avant, ce n’était qu’un accord tactique et non pas une promesse. Ces paroles prononcées avaient beaucoup de poids et l’enchainaient pour encore des années à ce rôle.

*

Rannes s'étira en baillant et tâtonna sur la table de nuit pour trouver ses lunettes. Son réveil indiquait neuf heures passées. Après s'être habillé, il descendit prendre son petit-déjeuner. La maison était presque vide. Sa sœur était à l'infirmerie de Foxfire, sa blessure suite à l'attaque n'étant pas grave et Elwin avait assuré qu'elle reviendrait bientôt. Son père était en Atlantide quand à sa mère, elle dormait encore. Après un copieux repas composé principalement d'éclateroles, Rannes remonta dans sa chambre chercher son livre sur les plantes déstressantes. Il cherchait à créer une pommade calmante pour sa mère qui, depuis l'attaque de Foxfire par ce jeune homme délinquant, paniquait au moindre bruit. Rannes ouvrit la grande porte marbrée du manoir et tomba nez à nez avec un messager du Conseil. Il apportait une missive à ne pas ouvrir avant dix heures trente précises. Rannes consulta sa montre, il n'était que dix heures. Il déposa le parchemin sur une commode et sortit. Il traversa le jardin et s'installa sur un petit banc à la lisière de la forêt. Plongé dans sa lecture, il ne vit pas le temps passer et lorsqu'il retourna au manoir, il était l'heure de déjeuner. Pas très impatient de découvrir le contenu du message (la plupart du temps c'étaient des mauvaises nouvelles), il ressortit faire son jogging puis discuta avec sa mère qui venait de se lever. Quand enfin il se décida à ouvrir la missive, son visage passa de la surprise au choc pour ensuite exprimer haine et tristesse. Après avoir lu toute la lettre, il n'avait plus qu'une seule idée en tête : tuer Kaynil.

Chère famille Heks,

Nous avons le malheur de vous annoncer le décès de mademoiselle Mélisande Heks. Un explosif lancé par le jeune Kaynil sur l'infirmerie n'avait pas explosé ni été repéré par nos équipes de sécurité. Une cérémonie sera organisée en son honneur dans le Bois des Errants demain à la même heure et un arbre sera planté. N'oubliez pas d'apporter un peu de l'ADN de la défunte. La somme de 1000 lustres vous sera versée en guise de dédommagement.

Nos plus sincères condoléances,
Le Conseil


*

Kaynil avait les poumons en feu. Le besoin d'air devenu impératif, il donna un coup de pied dans l'eau pour remonter à la surface. Il cracha et toussa avant de lever la tête vers Lady Gisela qui l'observait avec dégoût.
- Moins de quarante minutes, même Sophie a tenu plus longtemps.
Kaynil ne répondit pas. Pour une fois il savait qu'elle avait raison. Il tenta de se relever et réprima un cri de douleur. Il grimaça : les échos se faisaient encore sentir et reprendre les entraînements n'avait fait qu'empirer les choses.
- Ton Mentor t'attend pour la Télékinésie.
Kaynil hocha la tête et se dirigea d'un pas lourd vers l'aile Ouest de l'immense galerie souterraine. Le cour avec son Mentor se passa comme d'habitude c'est à dire, ordres, échecs et insultes. Quand il eut terminé sa journée d'entraînement, il était déjà vingt-trois heures passé. Épuisé, Kaynil prit une courte douche à l'eau glaciale et sans prendre la peine de s'essuyer, s'étendit sur son vieux lit en métal et plongea dans un sommeil peuplé de cauchemars. Le lendemain, il y avait une cérémonie au Bois des Errants. Les Invisibles ne manqueraient pas une telle occasion.

*

Elwin venait de partir et les Sencen était encore abasourdis par la nouvelle lorsque quelqu'un toqua à la porte.
- Encore, mais c'est pas possible ! fit Turner en allant ouvrir la porte.
Il se calma aussitôt en voyant face à lui une jeune gnomide .
-Je suis désolée de vous avoir fait déplacer Monsieur, mais je n'ai pas osé rentrer quand j'ai vu Elwin arriver et je n'étais pas sûre qu'il soit reparti, murmura t-elle .
Ejila sècha ses larmes, se leva, se dirigea vers la gnomide et lui dit d'une voix douce mais teintée de tristesse :
- Ne t'inquiète pas, Menille, cette maison est autant à toi et aux autres gnomes qu'à nou. Alors ne te gêne pas pour nous. - Cela te dérangerait-il que je vienne m'occuper du jardin avec vous ? Cela me détend.
La jeune gnomide aquiesca et lui fit signe de la suivre tout en attrapant un petit pot de graines.

*

Ylyana ouvrit les yeux. Elle n'était plus dans la grotte mais dans un champ. La jeune fille tenta de se remémorer les événements mais un terrible mal de crâne la saisit et elle tomba à genoux. Des souvenirs du drame lui parvinrent pourtant :
"Corentin et Jay côte à côte tentant de faire tomber un homme, le visage masqué par une grande capuche noire" "Des cris de souffrance et de victoire résonnant partout, des explosions puis soudain un craquement venant du plafond "
Elle s'assit maladroitement sur une des racines d'un arbre quand une douce mélodie lui vint depuis l'autre côté de l'arbre. Ylyana mobilisa ses dernières forces pour aller voir ce qui se passait, mais elle se heurta à quelqu'un et tomba.
- Ylyana c'est bien toi ? demanda une voix de femme.
- Oui...
La femme se jeta par terre et l'enlaça de toutes ses forces. Et la jeune fille s'evanouit de nouveau.


*

Tanis ouvrit les yeux difficilement. Elle ressentait une forte douleur dans l'abdomen et peinait à respirer correctement. Elle sentait plusieurs personnes s'agiter autour et elle détestait ce sentiment de confinement qui la rongeait intérieurement. Elle se redressa en position assise et grimaça : sa blessure la faisait beaucoup souffrir. Elle souleva la couverture pour analyser les dégâts et constata que son ventre était entouré de bandages ensanglantés. Une odeur pestilentielle s'en échappait. Elle grimaça de nouveau et remit la couverture sur elle. C'est à ce moment là qu'elle remarqua Keely, endormi par terre, accroché à son bras. Elle rougit quand elle vit Tilly, une fille de son âge, la regarder depuis l'ouverture. Elle se dégagea des bras de Keely qui se réveilla en baillant. Dès qu'il remarqua que Tanis et Tilly le fixaient, ses joues s'empourprèrent et il se releva en bafouillant :
- Je...je vais partir… au revoir Tanis… ah, et Tilly !
Puis il partit sans demander son reste. L'aide soignante à court terme avait un sourire jusqu'aux oreilles.
- Il est resté avec toi tout le temps de ton coma, vu que lui aussi était blessé. Vous êtes mignons tous les deux !
Tanis se rembrunit. Elle n'avait aucune envie de se faire des amis, et encore moins un petit ami. Le seul qui comptait vraiment à ses yeux était Simon.
- Comme va Simon? demanda-t-elle aussitôt.
- Préoccupe-toi plutôt de Keely. Il t'a protégé des Invisibles et te soutiens tout le temps, alors que toi tu ne fais que le rejeter et l'ignorer.
Tanis balaya la remarque de la main et Tilly soupira :
- Il va bien.
La blessée sourit et s'abandonna à toutes sortes de rêves improbables et irréalisables avec Simon.

Keely rentra chez lui. Il se sentait stupide de s'être endormi près de Tanis et cette dernière devait lui en vouloir. Il ouvrit la porte et se retrouva nez-à-nez avec sa grande sœur qui le prit immédiatement par le bras et l'entraîna dans sa chambre. Elle ferma ensuite la porte à clé. Keely se recroquevilla aussitôt près du lit tandis que son horrible sœur lui faisait face :
- Où étais-tu pendant tout ce temps !? J'ai failli me faire engueuler par ta faute !
- Pardon… murmura Keely, à peine audible.
Comme un réflexe de sécurité, l'elfe se replia sur lui même, les bras devant la tête, quand Lyna, sa grande sœur, lui envoya son pied dans le ventre.
- Bon à rien ! Je n'ai pas encore entendu tes excuses ! hurla-t-elle.
- Pardon Lyna ! sanglota Keely
- Incline-toi misérable, tu ne sers à rien !
Son pied heurta la tête du garçon de plein fouet qui fut projetée contre le lit. Il retomba au sol, inconscient. Lyna sourit :
- Moins de deux minutes. Il devient vraiment faible ce minus.
Puis, elle le ramena dans sa chambre et le déposa sur son lit.
Plus tard, les parents rentrèrent et ils se retrouvèrent à table. Le silence y régnait jusqu'à ce que Lyna laisse échapper :
- C'est qui cette fameuse Tanis ?
Aussitôt, Keely rougit et rentra sa tête dans ses épaules. Sa mère leva la tête, intriguée :
- C'est ta petite amie ?
Keely ouvrit la bouche pour nier mais le regard froid de sa sœur l'en dissuada.
- Ou… oui.
Ses parents se raidirent. Son père affichait un air furieux et sa mère abasourdi. Sa sœur, elle, avait un regard triomphal.
- Tu avais promis que tu n'aurais pas de petites amies sans notre permission.
Keely ne dit rien. Son père grimaça et se leva.
- Viens, on va discuter…
Il entraina son fils dans son bureau. Mère et fille n'entendirent que le silence, brisé que par quelque bribe de conversation endiablée. Elles sursautèrent en entendant le bruit d'une gifle résonner dans toute la demeure. Puis, plus rien…
Keely était allongé au sol du bureau, une deuxième fois inconscient, une marque de main demeurant sur sa joue.
Et on osait dire que les elfes étaient tous non violents et pacifistes ?

*

Lady Gisela se battait depuis vingt minutes avec Tenhy. Il refusait toujours de coopérer.
- Mais je n'y arrive pas ! Je n'arrive pas à libérer mes ténèbres !
- Menteur ! Tu ne veux juste pas !
- Mais si! Je fais de mon mieux !
L'elfe soupira très fort. Elle se retint de gifler ce gamin imbécile. Il était précieux. Elle afficha un sourire psychopathe sur son visage et plongea ses yeux froids dans ceux de Tenhy.
- Dans ce cas, je vais devoir kidnapper ta sœur.
- Non, par pitié, gémit aussitôt Tenhy
- Alors libère tes ténèbres. Sur le champ.
Lady Gisela se délectait de la faiblesse du Ténébreux, qui hésitait entre détruire le monde des elfes ou condamner sa sœur. Lady Gisela lui passa un doigt sur la joue et susurra :
- Alors ?
Devant l'absence de réponse de Tenhy, elle soupira.
- Bon, je vais chercher ta sœur.
Elle plaça son cristal de saut à la seule lumière venant de la fenêtre et disparu. Au désespoir, Tenhy tapa des poings contre les murs avant de s'effondrer de tristesse au sol…

*

- Les Conseillers ont terminé leur discours, dit Vespéra.
Kaynil regarda autour de lui. Ils n'étaient que trois, Ruy, Vespéra, et lui-même. Discrètement, ils entrèrent dans le Bois et se dirigèrent vers les éclats de voix. À peine avaient-ils aperçu la foule que Vespéra hurla.
- Stop ! Repliez vous ! Le Cygne Noir a profité de la cérémonie pour nous tendre un piège, ils savaient que l'on viendrait !
- LES INVISIBLES ! hurla quelqu'un qui les avait aperçus et reconnus.
Ruy et Vespéra se mirent à attaquer, mais pas Kaynil. Devant lui se tenait une jeune fille d'à peu près le même âge que lui. Elle le regardait, elle n'avait pas l'air effrayée, loin de là, plutôt... curieuse. Qu'elle était belle ! Très grande, ses yeux presque noirs lui donnent un air mystérieux et son menton décidé était adouci par un magnifique sourire. Un femme sortit de la foule. La ressemblance avec la jeune fille était frappante.
- Seyena ! Viens vite, il ne faut pas qu'on te voie avec une personne comme... lui, cria-t-elle avec un dégoût mal dissimulé.
Ainsi, c'était comme ça qu'elle s'appelait. Avec un petit air agacé, Seyena se retourna.
- J'arrive mère !
Elle lui jeta un dernier regard avant de courir vers ses parents qui n'avaient visiblement pas aimé cette rencontre imprévue. Kaynil resta planté là quelques minutes puis retourna, évoluant sur un petit nuage, à la "Base 328" comme l'appelait Lady Gisela. Ce soir là, il se jura de revoir cette mystérieuse jeune fille.

*

Le lendemain matin, Seyena se vêtit de vert de la tête au pied car elle allait assister à la plantation de l’errant de la jeune fille qui avait été tuée lors de l’explosion de l’infirmerie. Elle s’appelait Mélisande Heks. Elle portait un pantalon d’un vert si clair qu’il tirait presque sur le bleu et une tunique vert sombre. Le soir précédent, la jeune elfe avait rédigé un texte de plusieurs paragraphes expliquant ses raisons de passer à l’infirmerie avant le bureau multiespèces. En raison de cette plantation son rendez-vous avait été annulé.
Heureusement, un élément plus joyeux apparaissait au milieu de tous cesz porteurs de mauvaises nouvelles. Seyena venait d’apprendre que Ylyana Sencen, qui était portée disparue, avait été retrouvée. Une nouvelle qui avait mit en émoi ses parents car les Sencen étaient très appréciés et reconnus. Seyena ne connaissant pas cette elfe et n’ayant pas était élevée pour ressentir beaucoup de compassion était, pour tout dire, assez indifférente à toute cette histoire.
Quand elle arriva, la cérémonie n’avait pas encore commencé et elle prit place autour de l’endroit de la plantation du futur errant. Quand enfin les discours commencèrent, Seyena retint de toutes ses forces ses larmes. Elle avait vu le corps de cette elfe et cela la touchait énormément. Finalement quand le Conseil eut fini son discours et que vint l’heure d’aller présenter ses condoléances à la famille, elle essaya de se détourner, pensant que ce serait trop dur.
C’est à ce moment-là qu’elle croisa le regard d’un mystérieux garçon. Ses yeux étaient bleu clair, pas comme de la glace, plutôt comme si un voile les recouvrait en permanence. Il avait attaché ses cheveux bruns en une demi-queue et jouait machinalement avec l’une de ses mèches. Seyena le trouva beau ; pas mignon ou adorable mais réellement beau, pas surfait ou apprêté, non, juste lui-même. A peine quelques secondes plus tard, un grand cri de panique secoua la foule dont elle ne comprit qu’un seul mot : Invisible. C’était cette organisation qui avait défié le Conseil, qui avait battu le Conseil seulement sauvé par l’aide de Sophie Foster. Mais c’était aussi eux qui avaient tué Mélisande Heks. La jeune elfe nourrissait une haine inconsidérée pour le Conseil, pour ceux qui avaient régi ces stupides coutumes, cette stupide société. Sans eux, elle aurait pu avoir des parents qui ne seraient pas obsédés par l’image qu’ils donnaient. Elle adhérait à l’idéologie des Invisibles, totalement, mais ses parents comptaient sur elle et elle-même n’approuvait pas totalement les méthodes. Et maintenant, elle avait fait une promesse.
C’est alors qu’elle s’aperçut que les personnes désignées comme Invisibles n’étaient autres que le mystérieux garçon et ses compatriotes. Étonnamment, elle ne fut pas le moins du monde effrayé, au contraire, elle voulait en savoir plus. En savoir plus sur cet elfe, cet elfe qui l’intriguait et la chamboulait. Elle accrocha son regard une dernière fois, avant que sa mère ne l’appelle. Elle mit exactement deux secondes avant de se retourner, deux secondes où son cœur, purgé de toute logique aurait voulu courir rejoindre ces personnes, ce garçon. Mais la raison comme toujours finit par l’emporter et elle continua son rôle de gentille petite fille.
Le soir, quand elle se coucha elle avait encore l’image de cet étrange garçon qui flottait derrière ses paupières…

*

Comment s'habillait-on pour les plantations de gens qu'on ne connaissait pas ?
Jenna se posait la question tandis qu'elle se préparait pour les plantations de Melisande Heks, récente défunte, Laly Alexine et toutes les victimes des explosions qui avaient succombé. Le vert était de rigueur mais se mettre sur son trente-et-un ne servait à rien puisque elle ne les connaissait pas.
Finalement, elle opta pour un chemisier vert pâle assorti à sa jupe.
Ylyana avait été retrouvée mais ne devait pas venir aux plantations car elle était encore perturbée par ses récents déboires. Quant à Simon, il venait de quitter l'infirmerie et se reposait chez lui. Aussi, dans le bois des Errants, Jenna ne retrouva que Céline. Un peu avant le début de la cérémonie, Corentin les rejoignit.
- Jenna, est-ce que tu as des nouvelles d'Ylyana ? Je m'inquiète pour elle...
- Je crois qu'elle va bien mais elle est fatiguée et chamboulée. Elle ne viendra pas.
- D'accord merci.
Corentin s'éloigna, laissant les filles seules.
- Tu crois qu'il a encore des sentiments pour elle ? demanda Céline à son amie.
- Ils peuvent n'être qu'amis et s'inquiéter l'un pour l'autre tu sais.
- Oui mais...
Des cris vinrent couper Céline. "Les Invisibles !" Les invités couraient en tout sens, affolés et sautaient vers chez eux après avoir retrouvé leur petite famille. Jenna pensa à Kaynil et à la part d'humanité qui lui restait et qu'elle voulait sauver.
Ignorant Céline qui la rappelait, Jenna couru au devant du danger. Elle le vit au loin, un peu à l'écart du groupe des Invisibles. Il toisait une elfe qui lui rendait son regard.
- Seyena ! cria quelqu'un.
La jeune fille fit volte-face et partit. Kaynil fit de même. Subjuguée, Jenna resta immobile. L'un d'eux était-il Télépathe ? S'étaient-ils parlé ? Que faisait Seyena avec un garçon tel que Kaynil ? La même chose que toi, souffla une voix dans sa tête.
Perdue dans ses pensées, elle faillit ne pas entendre l'avertissement.
- Attention ! hurla quelqu'un avant qu'une masse ne vienne la projeter au sol. Es-tu folle ?
Jenna prit la main qu'on lui tendait pour l'aider à se relever.
- Tire-toi avant qu'une étoile ne t'atteigne vraiment !
Jenna ne comprenait plus ce qu'il se passait. Tout allait trop vite, tout était flou et elle ne parvenait pas à mettre de l'ordre dans ses pensées. Quelqu'un lui prit la main et l'entraîna en courant. Soudain elle sentit la lumière l'emporter avant qu'elle atterrisse dans l'herbe. Elle se dégagea de celui qui la tenait et secoua la tête pour s'éclaircir les idées.
- Bon sang, qu'est-ce qui t'a pris ? pesta celui qui l'avait sauvée et emmenée ici.
Jenna se tourna vers son sauveur et se figea. Il n'était pas plus vieux qu'elle - 15 ans tout au plus. Il avait des cheveux châtain et des yeux bleu foncé profonds. Il était un peu plus grand qu'elle.
- Qui es-tu ? demanda la jeune fille.
- Je m'appelle Arthur.
- Je n'arrivais plus à réfléchir là-bas, murmura-t-elle.
- C'est normal. L'un d'eux était Enjôleur et empêchait les gens à proximité de se concentrer, expliqua Arthur d'une voix calme.
- Un Enjôleur ?
Kaynil ? Avait-il enjôlé Seyena ? Puis une autre question s'imposa à elle.
- Pourquoi n'étais-tu pas affecté ?
- Ma mère est Enjôleuse et m'a appris à reconnaître et combattre les enjôlements.
Jenna le fixa.
- Toi aussi tu es ?...
- Non, la coupa-t-il. Je suis Invocateur.
La jeune fille hocha la tête.
- Où est-on ?
- Chez moi, répondit Arthur.
- Que fait-on ici ?
- Tu croyais vraiment que j'allais te laisser avec ces fous furieux ? Qu'aurais-tu fait, toi ?
- La même chose que toi, admit Jenna. Au fait, merci de m'avoir sauvée.
- Pas de quoi, marmonna le jeune homme.
Jenna sortit son cristal de foyer et se prépara à partir mais s'arrêta au dernier moment.
- Pourquoi n'étais-tu pas parti plus tôt ? Demanda-t-elle.
Arthur regarda vers sa maison avant de se tourner vers son interlocutrice.
- Je t'ai vue courir vers les Invisibles. Je me suis demandé ce que tu faisais. Quand j'ai senti l'enjôlement, je t'ai appelée mais tu ne m'as pas entendu. Et puis l'un d'eux a lancé une étoile. Il s'en est fallu de peu, sinon tu y restais.
Un détail retint l'attention de la jeune fille.
- Tu savais comment je m'appelle ?
Le garçon la quitta des yeux.
- Pas besoin de savoir comment tu t'appelles pour crier "hé". D'ailleurs ce n'est pas très poli, désolé.
Jenna eut l'impression qu'il mentait sans en être sûre.
- Jenna. Encore merci Arthur, pour... m'avoir tirée de là.
Il sourit comme pour dire "pas de problème" et elle sauta vers Evernore.
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 747
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Jules-cesar »

Voilà j'ai tout reposté sur Wattpad !
Merci Vanouche !
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

De rien ^^
Dis moi... on a beaucoup de lecteurs qui aiment ?
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 747
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Jules-cesar »

Vanouche a écrit :De rien ^^
Dis moi... on a beaucoup de lecteurs qui aiment ?
Qui aiment je ne sais pas car je n'ai pas eu de retours, qu'ils soient positifs ou négatifs... Mais le nombre de vues augmente donc je suppose (et j'espère) que oui ils aiment.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Jules-cesar a écrit :
Vanouche a écrit :De rien ^^
Dis moi... on a beaucoup de lecteurs qui aiment ?
Qui aiment je ne sais pas car je n'ai pas eu de retours, qu'ils soient positifs ou négatifs... Mais le nombre de vues augmente donc je suppose (et j'espère) que oui ils aiment.
Aaaah. Tant mieux ^^
Est-ce que sur Wattpad tu peux changer des trucs ? Parce que finalement je me demandais si au moment des plantations je pouvais pas mettre Chapitre suivant (le trois je crois ?)
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 747
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Jules-cesar »

Vanouche a écrit :
Jules-cesar a écrit :
Vanouche a écrit :De rien ^^
Dis moi... on a beaucoup de lecteurs qui aiment ?
Qui aiment je ne sais pas car je n'ai pas eu de retours, qu'ils soient positifs ou négatifs... Mais le nombre de vues augmente donc je suppose (et j'espère) que oui ils aiment.
Aaaah. Tant mieux ^^
Est-ce que sur Wattpad tu peux changer des trucs ? Parce que finalement je me demandais si au moment des plantations je pouvais pas mettre Chapitre suivant (le trois je crois ?)
Oui, je peux modifier ce que je veux ;)
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

D'acc bah quand je retournerai à la remise en forme je changerai pour mettre le chapitre suivant.
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 747
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Jules-cesar »

Vanouche a écrit :D'acc bah quand je retournerai à la remise en forme je changerai pour mettre le chapitre suivant.
Ok :D
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Elle lui jeta un dernier regard avant de courir vers ses parents qui n'avaient visiblement pas aimé cette rencontre imprévue. Kaynil resta planté là quelques minutes puis retourna, évoluant sur un petit nuage, à la "Base 328" comme l'appelait Lady Gisela. Ce soir là, il se jura de revoir cette mystérieuse jeune fille.

Chapitre quatre


Le lendemain matin, Seyena se vêtit de vert de la tête au pied car elle allait assister à la plantation de l’errant de la jeune fille qui avait été tuée lors de l’explosion de l’infirmerie. Elle s’appelait Mélisande Heks. Elle portait un pantalon d’un vert si clair qu’il tirait presque sur le bleu et une tunique vert sombre. Le soir précédent, la jeune elfe avait rédigé un texte de plusieurs paragraphes expliquant ses raisons de passer à l’infirmerie avant le bureau multiespèces. En raison de cette plantation son rendez-vous avait été annulé.

Bon pour le moment, met le chapitre quatre ici, mais peut etre que je vais changer. Je n'ai pas encore de vue d'ensemble et des chapitres qui font cinq pages et des chapitres qui en font treize c'est pas trop homogène...
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Ok. J'ai eu une vue d'ensemble et j'ai changé quelques trucs. J'espère que je vais être claire. (pas dans le sens tu vas obéir mais dans le sens conpréhension :roll: :D )
En gros. Dans mon message au dessus, j'ai écrit Chapitre quatre. En fait c'est le chapitre cinq. Et le chapitre quatre se trouve au milieu du chapitre trois. En fait, c'était un seul chapitre à la base mais il faut changer parce que sinon c'est trop long. Donc voilà ce que ça donne (dsl pour le trouver ça risque d'être long ^^) :

En voyant la jeune fille, Simon se calma mais tremblait toujours. Le médecin l'obligea à s'allonger, lui tamponna le visage avec un linge mouillé et lui donna à boire une fiole rose. Le jeune homme se calma complètement et ne tarda pas à s'endormir.
Que lui avez-vous donné ?
Un sédatif. Il ne fera pas de cauchemar cette fois.
Jenna acquiesça mais surveilla Simon jusqu'à s'endormir elle-même.

Chapitre quatre

Ses mains courraient sur le clavier et une jolie musique s'élevait dans les airs. Lorsque son bras fit quatre fois le même mouvement rapide, Jenna s'arrêta net et se massa le quadriceps douloureux.
Ne te torture pas, chérie, dit Victoria, appuyée sur le chambranle de la porte.


et :

Elle lui jeta un dernier regard avant de courir vers ses parents qui n'avaient visiblement pas aimé cette rencontre imprévue. Kaynil resta planté là quelques minutes puis retourna, évoluant sur un petit nuage, à la "Base 328" comme l'appelait Lady Gisela. Ce soir là, il se jura de revoir cette mystérieuse jeune fille.

Chapitre cinq

Le lendemain matin, Seyena se vêtit de vert de la tête au pied car elle allait assister à la plantation de l’errant de la jeune fille qui avait été tuée lors de l’explosion de l’infirmerie. Elle s’appelait Mélisande Heks. Elle portait un pantalon d’un vert si clair qu’il tirait presque sur le bleu et une tunique vert sombre. Le soir précédent, la jeune elfe avait rédigé un texte de plusieurs paragraphes expliquant ses raisons de passer à l’infirmerie avant le bureau multiespèces. En raison de cette plantation son rendez-vous avait été annulé.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Comme ça, le chapitre un fait 6 pages, le chapitre deux fait 11 pages, le chapitre trois fait 8 pages, le chapitre quatre fait 11 pages et le chapitre cinq n'est pas fini :D (c'est fait sur open office writer). C'est plus homogène que 6, 11, 19 ^^.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Personne ne pouvait ne serait-ce que distinguer les deux silhouettes capées de noir qui se tenaient accoudées à la rambarde du premier étage de la Tour Eiffel. Tout ce que l'on pouvait voir était une distorsion de l'air à cet endroit.
Kaynil bailla et se retourna vers Ruy.
- Bon on s'en va ? Parce que j'aime la vue, mais pas au point de rester une minute de plus planté sur cette structure en métal à geler, ironisa-t-il.
N'obtenant pas de réponse du Psionipathe, il se dirigea vers les escaliers.
- Reviens ici, siffla Ruy.
Le jeune homme poussa un soupir exagérément long mais cessa d'avancer.
- Qu'avez-vous encore à me dire maître ?
En une seconde, l'autre homme fut sur lui.
- Ne m'appelle plus jamais comme ça, compris ?
- Ok, ok mais lâche-moi !
Le Psionipathe qui était en train de l'étrangler desserra sa prise. Il amena Kaynil au bord, passant par-dessus la barrière.
- Bientôt, tout ça sera à nous, fit-il en désignant l'ensemble de Paris avec avidité.
- Il faudrait déjà avoir conquis notre monde avant de songer à celui des humains, répliqua Kaynil. D'ailleurs, tu n'as pas répondu à ma question : Quand va-t-on enfin quitter cet endroit ? J'ai des haut-le-cœur rien qu'à respirer cet air pollué.
Exaspéré, Ruy continua sans prêter attention à son élève.
- Constate-le toi-même, les humains sont faibles, ils ne se doutent pas de notre existence et ne sont pas parés à une attaque de notre peuple. Leur seul avantage est leur nombre, mais avec le Conseil à nos pieds, ce sera un jeu d'enfant de prendre le pouvoir !
Il ne s'arrêta pas de parler mais ce fut son interlocuteur qui cessa de l'écouter. Kaynil pensait à elle, il pensait à Seyena, la jeune fille mystérieuse. Depuis l'attaque ratée du Bois des Errants, elle peuplait chacun de ses rêves. Il avait tellement envie de la revoir, de lui parler, mais comment ? Peut-être qu'en...
- Tu m'écoutes au moins ? aboya Ruy en interrompant le fil de ses pensées.
- Pourquoi c'est lui et pas Lady Gisela ? Au moins elle ne serait pas restée deux heures ici, grommela l'Enjôleur sans se rendre compte qu'il avait parlé tout haut.
- Parce que figure-toi que tu n'es pas le seul gamin récalcitrant qui refuse de faire de son mieux ici !
Il attendit quelques secondes avant de murmurer :
- Elle s'occupe de Tenhy et Tanis.
Leur retour à la base se passa en silence. Le Psionipathe donna à Kaynil une demi-heure pour manger et éventuellement se changer puis partit, le laissant dans le réfectoire. Ici à midi, c'était le même fonctionnement qu'à Exilium, un fruit par personne. Ayant grandi chez les Invisibles, le jeune homme avait eu le temps de tous les tester et prit sans hésitation une espèce de petit abricot rose vif. Il l'avala en moins de deux et fila se doucher. Sans prendre la peine de s'essuyer, il enfila une chemise vert-gris ainsi qu'un long pantalon noir. Il s'allongea sur son lit et joua avec sa mèche de cheveux. Peu à peu, ses paupières s'alourdirent et il finit par s'endormir. Une claque cinglante le réveilla en sursaut.
- Alors ? Tu ne voulais pas que j'entre dans tes pensées ? Quelque chose à cacher peut-être ? insinua Gethen avec un sourire carnassier.
Lady Gisela se tenait derrière, mécontente et bien décidée à faire payer Kaynil.
- Laisse, Gethen, fit-elle. Je vais m'occuper de lui. Et tu pourras fouiller dans son cerveau autant de temps que tu voudras, ajouta-t-elle en voyant le Télépathe ouvrir la bouche pour protester.
Elle prit l'Enjôleur par la nuque et l'envoya valser à l'autre bout du dortoir. Ensuite, elle ordonna à Gethen d'entrer dans ses pensées.
- Mais il est amoureux le petit, une jolie jeune fille ! Oh, mais c'est une Song ! Elle ferait merveille avec son cousin... Ou bien en tant qu'arbre, j'imagine déjà le Conseil, réuni pour une énième mort !
Il éclata d'un rire glacial puis, jeta un regard entendu à Lady Gisela. Celle-ci reprit la parole et dit d'un ton doucereux.
- Tu vas nous la présenter n'est-ce pas ? Ah mais ! Vous êtes passé chez les Entremetteurs au moins ? Non ? Bon, voilà ce qu'on va faire mon cher, soit tu nous la ramènes dans les 10 prochains jours, soit... on retentera une attaque au Bois des Errants. La seule différence sera que la morte sera une Song. Mais ça ne change rien, après tout, Song ou Heks, ça se ressemble énormément.
Et ils partirent, le laissant planté devant son lit à se maudire intérieurement. Kaynil prit une grande inspiration, se saisit de son cristal de sauts et prononça à mi-voix.
Kunnyada.

*

Tilly avait une idée qui lui trottait dans la tête depuis un moment. Elle savait que c'était une mauvaise idée, mais elle devait essayer. Depuis qu'elle l'avait eue, elle passait son temps à chercher les bonnes personnes, ceux en qui elle pourrait avoir confiance. Elle avait déjà repéré plusieurs personnes qui pourraient faire partie du projet, mais ce n'est pas assez. Il fallait qu'elle puisse avoir une confiance presque aveugle en des gens qu'elle ne connaissait pas, alors elle avait observé toutes les personnes qui pourraient faire de bons candidats. Elle avait pris le temps de les observer et même parfois de discuter avec eux lorsqu'elle aidait au centre de soins improvisé. Elle avait détesté faire tout ça, elle avait l'impression de faire quelque chose de mal. Mais qui a-t-il de mal à vouloir créer une organisation secrète qui se préparerait à affronter un groupe de dangereux criminel, que les adultes n'approuveraient surement pas ce qui engendrerait un tas de problèmes sans compter qu'ils devraient mentir et en plus elle demanderait à des inconnus de risquer leur vie avec elle, une fille solitaire qui n'avait pas d'ami ? Mais elle était déterminée à faire de son mieux pour sociabiliser. Elle avait toujours fait cavalier seul mais cette fois-ci, elle ne pouvait pas. Elle avait pourtant réfléchi à toutes les possibilités, mais elle avait besoin d'aide. Tilly avait trouvé quelques potentielles personnes sans en être sûre, mais elle ne pouvait plus attendre, il fallait agir. Elle devait créer l'organisation rapidement. Elle relut une dernière fois la liste :
- Ayden (Electrokinésiste)
- Jenna (Hydrokinésiste)
- Simon (Eclipseur)
- Ylyana (Givreuse)
- Seyena (Eclipseuse)
- Tanis (Instillatrice) A sauver !!


*

- Je suis sceptique.
Jenna était appuyée contre le mur, les bras croisés sur sa poitrine, le pied contre le mur. Tilly venait de lui exposer son plan. Elle était arrivée à Evernore une heure après que la jeune fille y soit rentrée. Ses parents s'étaient inquiétés pour elle.
- Où étais-tu passée ? hurlèrent-ils quand elle arriva.
- Je... J'ai été prise dans la foule.
- Tu as un cristal de foyer, jeune fille, fit valoir Victoria en posant son front dans sa main. Tu aurais pu rentrer tout de suite. - On t'a cherchée pendant cinq minutes avant qu'on ne nous oblige à rentrer chez nous.
- Leur Enjôleur m'a empêchée de réfléchir ! se défendit Jenna. Et je vais bien, d'accord ? Il ne m'est rien arrivé. Ar... Un garçon a vu que je n'avais pas les idées claires et m'a emmenée avant que les Invisibles me fassent du mal.
- Quoi ? s'insurgea Yann. Tu as été emmenée par un garçon ? Mais c'est pire que ce que je croyais ! T'a-t-il fait du mal ?
- Papa...
- Où t'a-t-il emmenée ?
- Papa ! Je t'ai dit que tout allait bien ! s'énerva Jenna. D'accord ? C'est bon ! Et ne rejette pas la faute sur ce garçon, parce qu'il se trouve qu'il m'a sauvé la vie ! Et tu pourrais le remercier pour ça !
- Est-ce Simon ? demanda innocemment Victoria.
- Qui est Simon ? s'étonna Yann.
Jenna hésita entre mentir et dire la vérité. Sa mère passerait l'éponge si c'était Simon mais... Étant donné qu'il n'était pas rentré chez lui, ce n'était pas cohérent. Et merci la reconnaissance envers Arthur.
- Non, finit-elle par dire.
- Qui est...
- Je peux y aller ? interrompit la jeune fille.
Victoria soupira.
- File. Mais la prochaine fois rentre tout de suite.
- Oui.
Jenna s'éclipsa, laissant ses parents parler.
Une petite heure plus tard, Tilly rendait visite à Jenna pour lui expliquer l'idée qu'elle avait eue – à savoir, monter une petite équipe pour sauver le monde des Invisibles.
- Le Cygne Noir est déjà là pour ça. Sophie et ses amis, ça te parle ? ajouta un peu méchamment Jenna en secouant les bras.
- Je sais, répondit Tilly sans se démonter. Mais ce n'est pas suffisant. Et on ne peut pas laisser Tanis avec eux.
- Pour ce point tu as raison. Mais as-tu conscience de ce que tu me demandes ? Sérieusement, on a que 14 ans, Tilly ! Je ne maîtrise pas complètement mon talent, le tien je n'en ai pas la moindre idée et les risques ? Tu as pensé aux risques ? Aller au devant du danger alors qu'il y en a qui s’entraînent pour ça, il y en a qui ont les capacités pour... Non, je ne peux pas. Ce n'est pas à nous de faire ça.
- Jenna, s'il te plaît. Réfléchis-y. C'est notre monde de demain qui se détermine aujourd'hui. Je suis bien consciente que notre travail ne sera pas le même que celui du Cygne Noir mais... Si on s'y met tous...
- Je viens de me disputer avec ma famille parce que j'avais disparu. Et tu voudrais que je fugue ou désobéisse ?
- Je n'ai pas dit ça, objecta Tilly. Mais rends-toi à l'évidence...
- J'ai compris Tilly, coupa Jenna. C'est vrai, d'accord, c'est une assez bonne idée et je dois avouer que je ne suis pas complètement contre. Mais en même temps... Je ne sais pas, je suis partagée.
Jenna se détacha du mur pour faire les cent pas. Tilly l'observa faire, la laissant réfléchir.
- D'accord. Qui as-tu prévu dans cette opération sauvetage ?
- Opération sauvetage ?
- On ne va pas sauver Tanis ?
- Ah, si.
Tilly sortit la feuille et la tendit à Jenna.
- Qui est Ayden ? Et... Non ! Si je fais partie de l'équipe, je ne veux pas que Simon en fasse partie !
- Pourquoi ? Vous avez l'air de bien vous entendre pourtant. Vous vous êtes disputés ? s'inquiéta Tilly.
- Non, ce n'est pas ça. C'est juste que je n'ai pas envie qu'il vienne parce que... J'aurai trop peur pour lui.
Elle rougit légèrement.
- Le savoir en danger serait trop intolérable pour moi. Je... Et puis, il a une fâcheuse tendance à me sauver. C'est arrivé deux fois... Ou une... En vérité, c'est plutôt moi qui ai tendance à me mettre en danger.
Jenna eut un petit rire.
- C'est pour ça que finalement je veux bien. J'ai honte...
En rougissant plus, la jeune fille se cacha derrière ses longs cheveux.
- Je comprends, ne t'inquiètes pas, rit Tilly. Et Ayden, je te le présenterai si il accepte de faire partie de l'opération. Quant à Simon, se serait dommage de se passer de lui. En tant qu'Eclipseur, il pourrait nous être utile. Mais bon. Comme tu le veux.
- Merci. Ylyana ? Céline aussi ?
- Je ne sais pas, je ne la connais pas. Qu'est-ce que c'est son talent ?
- Elle est Télépathe.
- On verra. Et puis, je croyais que tu ne voulais pas d'ami proche ?
- Non mais là, c'est pas la même chose...
Elles rirent toutes les deux. Elles s'entendaient déjà bien.
- D'accord, on verra. Et comment s'appelle ce groupe clandestin qui se met en forme ?
- Je ne sais pas. Qu'est-ce que tu dis d'Opération ? Puisque c'est notre mission première et principale ? proposa Tilly.
- Oui, ça me plaît. A voir avec les autres.
- D'accord. Bon, à la prochaine, alors ? Je te tiens au courant.
- Oui. Salut.

*

Seyena se morfondait dans sa chambre après les récents évènements et tout particulièrement la rencontre du jeune Invisible. Les cours n’avaient toujours pas repris et elle ne savait plus quoi faire ; si elle avait un jour dû penser que l’école lui manquerait, elle aurait rit d’elle-même. Elle avait déjà lu et relu ses quelques livres et la Grande Bibliothèque étant fermée, elle n’avait véritablement plus rien à faire. Elle était déjà allée courir trois heures ce matin (invisible la plus part du temps), avait escaladé plusieurs arbres et ne pouvait pas plus se faire remarquer. Elle s’ennuyait donc fermement quand elle vit une elfe arriver depuis sa fenêtre. Elle observa sa mère ouvrir à l’inconnue. Elles échangèrent quelques mots et tout-à-coup, le visage de sa génitrice s’éclaira et elle invita gracieusement la jeune fille.
Par curiosité, elle descendit dans le salon et arriva juste au moment où elles pénétraient dans la grande pièce. A peine eut-elle posé un pied à l’intérieur que Katy l’interpella :
- Seyena, te voici. Cette jolie et aimable jeune fille voudrait te parler. Après ceci je suis persuadée que notre jeune amie pourra bien rester prendre une collation si ses parents sont d’accord bien évidemment, débitât-elle d’une seule traite.
- Bonjour, je m’appelle Tilly et je suis en niveau 4, déclara-t-elle en se tordant nerveusement les mains dans le dos. Je veux bien goûter chez vous Lady Song...
Seyena comprit tout de suite pourquoi sa mère aimait cette elfe : elle était tout ce que elle n’était pas. Elle était toujours prompte à aider les autres, se tenait bien et par dessus tout, lui donnait du Lady.
- Je suis ravie de faire ta connaissance Tilly, je me nomme Seyena et je suis en niveau 6. Voudrais-tu que nous allions nous promener dans le parc pour que tu puisses m’entretenir du sujet de ta visite ? Voudras-tu du thé en rentrant ?
- Euh, je veux bien, merci. Oui, nous pouvons aller nous balader.
- Quel parfum ? demanda sa mère en la regardant pour une fois d’un air approbateur.
- Du thé aux épices plutôt.
Tilly et Seyena longèrent la bordure de la forêt et son invitée exposa à Seyena la raison de sa visite :
- Bon alors voilà, commença la jeune elfe. Si je suis venue te voir c’est parce que… et elle lui expliqua tout son projet comme ça.
- Je suis profondément désolée mais c’est absolument hors de question, répondit Seyena en réfléchissant à toute vitesse.
- Pourquoi ? Tu ne veux pas aider à arrêter ces massacres ? Tu ne m’as pas vu mais j’étais là moi aussi à l’explosion de l’infirmerie. Je sais ce que les Invisibles peuvent causer, et tu le sais aussi, argumenta-t-elle avec vigueur.
- Ce n’est pas digne d’une jeune fille de bonne famille. Qu’adviendrait-il de notre place sociale ?
- C’est pour ça que tu refuses ? Je …je ne comprends pas. Mais bon après, imagine si on réussit, dans ce cas-là c’est une opportunité ! Regarde Sophie Foster, elle est Régente maintenant.
- As-tu au moins une idée un tant soit peu plus construite que juste « réunir des elfes talentueux » ?
- Notre première mission sera de retrouver Tanis qui a vraisemblablement été enlevée par les Invisibles. Nous connaissons certains membres des Invisibles donc nous pouvons avoir un aperçu de leurs forces et leurs faiblesses. Notamment Vespera, Lady Gisela, Kaynil…
Pendant que Tilly parlait, Seyena pensa à l’elfe du bois des Errants en songeant que lui aussi était un Invisible et si elle devait se « battre » contre eux, elle le reverrait sûrement. Le problème était aussi que les idées des Invisibles lui plaisaient assez mais elle trouverait bien un moyen de s’en sortir le moment venu. Et puis l’évocation de la petite Mélisande la faisait réfléchir…
Finalement elle accepta à la seule condition de ne pas collaborer avec le Conseil puis elles rentrèrent dans la demeure. Avant de partir, Tilly lui donna rendez-vous le surlendemain.

Quelques heures plus tard, le transmetteur de Seyena vibra. Elle était sur un des arbres de l’immense parc de la propriété et lisait un livre racontant les aventures d’une jeune elfe voulant trouver l’amour de sa vie (un petit peu trop niais mais idéal pour passer le temps) tout en réfléchissant à sa participation à l’organisation de Tilly. Cela faisait moins d’une semaine qu’elle avait fait une promesse à ses parents et voilà qu’elle la rompait déjà. Elle pensait aussi (surtout) à l’elfe du Bois des Errants. Elle décrocha et quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit le visage du médecin de Foxfire s’afficher.
Il lui expliqua qu’il en avait appris plus sur l’histoire du mystérieux nain : il était toujours dans le coma mais on savait qu’il n’était pas répertorié sur les listes officielles. Quant aux obscures paroles qu’il avait prononcées, toutes les hypothèses étaient ouvertes mais rien de concret. Après lui avoir livré ces informations, Elwin raccrocha.
A peine quelques minutes plus tard, il y eut de l’agitation vers la maison. Seyena s’approcha silencieusement, toujours invisible pour ne pas faire honte à ses parents de son état « lamentable » aurait dit son père. Elle vit tout d’abord une silhouette de dos qui portait un long manteau puis, ses parents s’en approchant étrangement, d’une manière peu naturelle. Elle se serait bien signalée mais cet individu avait l’air dangereux. Elle décida d’attendre la suite des évènements et d’intervenir si la situation devenait dramatique. Elle ne demanda évidemment aucune aide de quiconque car cela aurait mit ses parents dans une position inconfortable. De plus, elle ne faisait pas confiance au Conseil.
L’inconnu (ou l’inconnue) se pencha soudain vers ses parents et leur posa une question que Seyena n’entendit malheureusement pas. Ses parents hochèrent la tête puis son père désigna l’escalier. Avant de monter, l’elfe posa sa main sur le crâne de ses géniteurs lesquels se mirent « en pause » pour rependre une expression humaine. Un Enjôleur, reconnut Seyena pour en avoir déjà croisé. Cela ne sent pas bon, pas bon du tout, pensa-t-elle en même temps.
Tout-à-coup, elle se sentit attirée de toutes ses forces vers la maison, vers l’étage. Elle réussit à garder suffisamment de lucidité pour savoir que c’était l’Enjôleur, pour savoir qu’elle ne devait surtout pas céder. Elle résista, s’accrochant désespérément à l’un des arbres, ses pieds se mouvant tous seuls. Et aussi soudainement qu’elle était apparue, l’attraction disparut. Elle eut juste le temps de s’apercevoir qu’elle était devant la porte d’entrée grande ouverte et de se rendre à nouveau, invisible que l’inconnu redescendit. Il portait une capuche qui l’empêchait de voir son visage mais elle vit une longue mèche de cheveux bruns en dépasser. Soudain, il s’approcha de ses parents si vite qu’elle ne le vit même pas et commença à gifler son père. Une claque, puis deux, puis trois et son père ne bronchait pas. Seyena aurait voulu intervenir, vraiment, mais que faire contre un Enjôleur ? Même en étant invisible, elle n’avait aucune idée de comment s’en sortir, elle et ses parents.
Au bout d’un moment, quand son père eut le visage violacé, l’elfe se tourna vers Katy et lui posa une question :
- Où est-elle ? Si tu me mens encore je ne me contenterais pas de quelques coups sur le visage de ton mari.
Sa mère secoua la tête d’un air défaitiste et lui dit qu’elle n’en avait aucune idée. Il frappa Hydrihal, plus violemment. La femme de ce dernier le supplia d’arrêter. Il recommença, encore plus fort. Elle jura qu’elle n’en savait rien. Il sortit ses lames. Elle tomba à genoux. Il soupira et se détourna. Agacé, il se passa la main dans les cheveux et fit tomber sa capuche.
Seyena se pétrifia. Elle ne savait plus que faire. L’elfe qui se trouvait devant elle, l’elfe qui avait torturé son père, l’Enjôleur, était l’elfe du bois des Errants, celui qui lui donnait envie de tout abandonner, celui qui emplissait ses pensées jour et nuit, l’Invisible, celui qui faisait battre son cœur plus vite. Et, malgré ses actes ignobles quand elle vit ses yeux mystérieux et le petit pli d’agacement qui tordait sa bouche, elle se senti fondre.
Ce fut sûrement ce mélange d’émotion qui lui fit perdre le contrôle total de son corps et de son esprit. Elle apparut donc soudain devant le jeune homme. Elle vit en quelques secondes une multitude d’émotions lui traverser les yeux. Tout d’abord elle vit de la surprise dans son regard, puis une émotion qu’elle ne parvint à identifier. Enfin, elle put observer un déchirement, comme si son âme se séparait en deux, comme s’il avait un choix très difficile à faire, un choix auquel il ne parvenait à se résoudre. Cette phase d’indécision qui dura tout au plus une quinzaine de secondes permit à Seyena de reprendre ses esprits. Elle redevint invisible et s’éloigna puis commença à lui parler :
- Pourquoi es-tu venu ici ? demanda-t-elle.
- Cela ne te regarde pas, répliqua-t-il froidement.
- Vraiment ? Pourtant je croyais que tu me cherchais, non ?
- Et alors ?
- Alors je pense que je suis concernée.
- Je n’ai aucune obligation envers toi.
- Pourquoi es-tu venu dans ce cas ?
Il s’élança soudain vers l’endroit d’où provenait la voix. Seyena le vit à peine venir tellement il allait vite mais elle se déplaçait constamment en silence de sorte à ce qu’il ne la touche pas. Il la loupa de quelques centimètres. Seyena continua à faire des cercles autour de lui.
- Quel est ton nom ? lui demanda-t-elle en changeant de stratégie.
- Tu ne le connais pas ? ricana-t-il. Pourtant il semble très en vogue ces temps-ci dans les cités perdues.
Il venait juste de terminer sa phrase qu’il s’élançait et cette fois réussit à attraper le bras de Seyena. Cette dernière se débattit comme un beau diable mais rien à faire, il était plus fort qu'elle. En désespoir de cause, elle rassembla sa concentration comme elle l’avait appris en cours de sport, tordit son bras et au lieu de tirer, elle poussa. Elle le poussa si fort qu’il tomba à terre et entrainée par son élan, elle tomba aussi.
Quand elle voulu se relever, elle sentit qu’un bras la ceinturait, l’emprisonnait. Elle savait à qui appartenait ce bras mais voulait s’en assurer. Cependant quand elle se tourna vers son agresseur le temps sembla brusquement s’arrêter. Son visage se trouvait à seulement quelques centimètres de lui. Elle voyait la forme droite de son nez, la courbe de ses lèvres. Il la fixa dans les yeux et elle eut l’impression de le revoir au Bois des Errants. Mais cette fois, il voulait l’enlever. Mais cette fois, il avait déshonoré et frappé son père. Mais cette fois, elle avait juré de se battre contre lui. Il la tenait toujours fermement mais elle voyait à nouveau dans son regard cette émotion indescriptible. Alors pour ne pas se laisser submerger elle le questionna encore :
- Pourquoi es-tu venu ? souffla Seyena.
Pour toi, pour te sauver, répondit-il, comme à contrecœur sur le même ton mais sans la regarder.
Il brandit soudain un cristal à la lumière en l’empêchant toujours de bouger et s’avança vers la lueur. Au même instant une voix retentit derrière eux :
- Seyena ! Que fais-tu ? Pourquoi cet elfe te tient-il dans ses bras ?
Elle tourna la tête. Xapharus. Elle ouvrit la bouche pour lui répondre mais un rayon de lumière l’emporta.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

l'emporta.

*

Sans prêter attention au garçon qui criait, Kaynil s'engagea dans le rai de lumière.
Forêt de Bois sauvage, chuchota-t-il de façon à ce que Seyena ne l'entende pas.
Il la fit passer devant lui, tout en veillant de la tenir bien fermement.
- Qui était-ce ? demanda-t-il sèchement.
- Qui ? fit-elle en haussant un sourcil.
- Le... garçon, cracha-t-il.
- Oh, lui, c'est un simple ami.
Kaynil se retourna, troublé. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Elle avait le droit d'être avec qui elle voulait, après tout ce n'étaient pas ses affaires. Elle n'était pas à lui. Cette pensée lui arracha une grimace.
- Tu t'enfuirais si je te lâchais ?
- Non, répondit-elle de suite, un peu trop tôt.
Elle rougit et bredouilla.
- Enfin... Euh, j'ai confiance en toi, tenta-t-elle de se justifier.
Ayant retrouvé le sourire, Kaynil desserra sa prise avant de la lâcher complètement. Il pénétra dans le bois, jetant de discrets coups d’œil à Seyena pour être sûr qu'elle le suivait. Ils étaient en territoire neutre, ce qui inquiétait fortement Kaynil. Il se demanda ce qu'ils allaient faire, il n'avait pas réfléchit et avait sauté au premier endroit qui lui était venu à l'esprit. Sa priorité était de mettre Seyena à l'abri des autres Invisibles, ensuite il penserait à lui. D'ailleurs, faisait-il encore partie des Invisibles ? Après tout, il les avait trahis. Ils marchaient depuis plus d'une heure et le froid commençait à se faire sentir.
-Tu avais un plan au moins en nous emmenant ici ? questionna Seyena.
- Non.
Ils continuèrent d'avancer, puis, ne sachant plus ou aller ils s'arrêtèrent. La jeune fille soupira et s'assit dans l'herbe.
- Tu réalises que nous sommes perdus en plein milieu d'une forêt, que n'importe qui peut nous tomber dessus, et que les Invisibles, le Conseil ET le Cygne Noir sont sûrement en train de nous courir après ? Sans compter mes amis. Si tu avais eu un plan ! Ne serait-ce qu'un endroit où aller ! Mais non ! Et maintenant on fait quoi ?
Il la regarda droit dans les yeux et se mit à trembler violemment.
- Oui je sais ! Je sais aussi que si je ne t'avais pas emmenée tu serais déjà morte à l'heure qu'il est, je sais que j'ai trahi les Invisibles pour toi, que je suis en train de risquer ma vie pour toi, et que si on nous retrouve ce sera les pleurs et les câlins pour toi mais pas pour moi ! Ce sera la prison directement ! Je sais tout ça ! Mais si tu n'es pas contente, tu n'as qu'à rentrer chez toi pleurnicher dans les bras de papa et maman en attendant que les Invisibles te retrouvent ! explosa-t-il.
Il tapa rageusement dans un arbre et se mit à courir à toute allure, laissant Seyena plantée là. Quand il revint, essoufflé, il avait les poings en sang et les yeux rougis. Il s'assit sans un mot et se reposa quelques minutes. Ils reprirent leur chemin sans qu'aucun des deux ne parle. Il commençait à faire noir quand, affamés, ils trouvèrent un abri pour la nuit et mangèrent la boite d'éclateroles que Kaynil avait eu la prévenance de piquer chez une quelconque famille d'elfes.
- Je suis désolé pour tout à l'heure, dirent-ils en même temps.
Ils sourirent, puis établirent un tour de garde. Seyena prit les trois premières heures, Kaynil devait prendre les trois suivantes.
À peine se fut-elle endormie qu'il prit sa décision : elle avait raison, il était parti sur un coup de tête et ils n'allaient pas réussir à survivre un jour de plus ici. Il trouva un bloc note dans la poche de la jeune fille ainsi qu'un bic et il griffonna à la hâte.
"Faites attention à elle, assignez-lui un garde du corps et ne la laissez jamais sortir seule. Les Invisibles en ont après elle. Désolé pour tout ce que j'ai fait."
Ensuite, il la souleva délicatement et sortit son cristal de saut bleu.
- Châteaux des Conseillers, souffla-t-il.
Kaynil avança dans le halo de lumière et disparu. Laissant derrière lui une silhouette filer à toute allure vers une destination méconnue.
Le jeune homme distingua sans peine la demeure de la Conseillère Oralie, d'après ce qu'il avait entendu dire, c'était la plus conciliante alors il se dirigea d'un pas ferme vers le joli petit manoir. Il déposa Seyena en s'efforçant de ne pas faire se bruit, et prenant son courage à deux mains, déposa un baiser sur sa joue. Kaynil toqua à la porte et avec un dernier regard pour la jeune fille, partit rejoindre les Invisibles, se préparant moralement à la punition qu'allait lui affliger Lady Gisela.
Lorsque Oralie ouvrit, elle trouva devant sa porte une jeune fille ainsi qu'un petit bout de papier chiffonné. Après l'avoir lu, elle regarda aux alentours puis haussa les épaules et réveilla Seyena.
- Kaynil ? Murmura-t-elle.
La Conseillère secoua négativement la tête et l'aida à se relever. Elle lui tendit le mot.
- Rentre, tu vas finir par prendre froid. Je vais appeler tes parents, dit-elle en sortant son transmetteur.
Mais Seyena resta plantée devant la porte avec une furieuse envie de taper dans quelque chose mais aussi de pleurer.

- Où est-elle ? hurla Lady Gisela.
- Elle n'est pas là.
Il lui tourna le dos et se dirigea vers le dortoir. Juste avant de s'écrouler, un poignard effilé fiché dans son épaule.
- Il nous a trahi, déclara Ruy qui était juste à côté.
- Vous savez ce que ça veut dire, renchérit Gethen.
Elle hocha la tête.
- Qu'on m'apporte le shamkniv.


Ylyana se réveilla le cerveau embrumé : elle était dans son lit à Bloomfyx. Ce n'était qu'un cauchemar, rien de tout cela n'est arrivé, pensa-t-elle. Mais ça semblait si réel, et la douleur qui l'étreignait...
Lorsqu'elle entreprit de se lever, de terribles courbatures l'assaillirent, l'obligeant à s’asseoir. Après plusieurs tentatives infructueuses, elle réussit enfin à se lever et descendit difficilement les escaliers menant à la cuisine où elle trouva ses parents en train de discuter. Sa mère leva des yeux fatigués vers elle et lui fit signe de les rejoindre d'un léger mouvement de tête.
- Pourquoi êtes-vous si fatigués ? Ce n'était pas un cauchemar, c'est bien arrivé ? demanda Ylyana, inquiète, en s'asseyant.
Sa mère lui adressa un sourire contrit.
- Que s'est-t-il passé exactement ? demanda Ylyana dont l'inquiétude montait. Qu'est-ce qui m'est arrivé ?

Chapitre six


- À partir de maintenant c'est officiel, je ne ferai plus JAMAIS ça, dit Jenna.
Ylyana éclata de rire.
- Et après, que s'est-il passé ?
- Eh bien je ne me souviens plus vraiment, figure-toi. Je me suis réveillée à l'infirmerie. Imagine l'angoisse : je ne savais pas du tout comment j'étais arrivée là. J'ai vu que c'était rempli de monde et que Simon était juste à côté. Il était vraiment mal en point. Tu ne sais pas à quel point je m'en suis voulue de l'avoir entrainé là-dedans...
- Tu ne l'as entrainé nulle part Jenna. C'est lui qui a décidé de venir. Il va mieux ?
- Oui. Il est rentré chez lui hier. Et aujourd'hui, il est exempté de venir en cours ! s'indigna Jenna.
Ylyana rit.
- Moi aussi, dit-elle.
- C'est vrai. Et toi, que s'est-il passé pour toi après l'explosion ? Ça fait bien une semaine que Foxfire a explosé. On ne t'a retrouvée que hier ou avant-hier. J'étais super inquiète !
- Je... je ne me souviens que de la douleur. Et de l'obscurité. De la lumière... La douleur et le pré où on m'a retrouvée.
Jenna prit Ylyana dans ses bras autant qu'elle le put, installée comme elle était sur le lit de son amie.
- Je suis contente que ça aille bien entre toi et Simon.
- Oh, il n'y a rien tu sais.
- Mon petit doigt me dit que ce n'est pas vrai, la taquina Ylyana.
- Et le mien me dit que tu as besoin de voir Corentin.
- Quoi ? N'importe quoi !
- Ha ha, je rigole. Par contre je suis certaine que tu as besoin de repos. Je repasserai te voir dans la soirée. Pour le moment, il faut que j'aille en cours.
- Tout-à-fait, Mademoiselle Saphor doit travailler !
Elle rirent toutes les deux puis Jenna quitta son amie pour sauter vers Foxfire.

- Où es-tu Céline ? demanda Jenna, seule dans un coin de la cour de Foxfire.
- Je suis désolée Jenna ! s'exclama Céline au transmetteur. Je suis restée chez moi et je ne viendrai pas, je suis malade. J'ai vomi toute la nuit...
- Oh... Tu préfères rester avec ton vomi qu'avec moi ? ironisa l'Hydrokinésiste bien qu'elle n'eut pas le coeur à rire maintenant qu'elle savait qu'elle allait rester seule.
- Je suis... désolée... je dois... partir...
Céline coupa la connection. Jenna regarda autout d'elle. Bon. Elle avait remarqué que Simon était venu en cours malgré ses blessures, mais hors de question d'aller le voir. La jeune fille remarqua un banc à l'ombre des arbres et alla s'y installer pour ruminer ses pensées. En vérité elle y allait pour travailler, mais une fois devant ses feuilles, elle ne parvint pas à se concentrer, obnubilée par les paroles de Ylyana. Jenna rangea ses feuilles et observa autour d'elle.
Soudain, quelqu'un posa ses mains sur ses épaules. Jenna sursauta en poussant un petit cri. Un rire grave s'éleva derrière elle. La jeune fille se retourna et découvrit deux garçons. Un, hilare, et un autre qui souriait simplement. Ils étaient tous deux grands, larges d'épaules, musclés et séduisants. Ils se ressemblaient, à la différence que le premier – celui qui riait – avait les cheveux blonds et des yeux presque verts, tandis que l'autre avait les cheveux bruns et des yeux bleu clair.
- C'était excellent ! s'écria le blond en se calmant peu à peu.
Jenna le regarda d'un air sceptique.
- Désolé. On a vu que tu étais toute seule, alors on vient te tenir compagnie. Je suis Titus et lui c'est Chaz, dit le blond en montrant son ami du pouce.
- Moi c'est Jenna.
- Pourquoi es-tu toute seule ?
- Mes amies sont malades.
- Mais tu as d'autres amis, non ? demanda Titus.
- Oui mais... je ne suis pas très proche d'eux.
Chaz tapota l'épaule de son ami. Titus se tourna vers Jenna.
- Tu veux venir avec nous ?
- Eh, Chaz ! s'écria quelqu'un derrière Titus. Ayden voudrait te parler.
Le nouveau venu s'approcha.
- On arrive, répondit Titus.
L'autre s'arrêta à leur hauteur et regarda Jenna.
- Salut, dit-il un peu froidement.
- Salut, répondit-elle avec peu d'entrain.
Titus et Chaz échangèrent un regard.
- Vous vous connaissez ? demanda Titus.
- Connaitre est un bien grand mot, répondit Arthur. Disons qu'on s'est déjà croisés...
Il lança un regard appuyé à la jeune fille comme pour la mettre au défi de le contredire.
Chaz tira doucement la manche de Titus pour qu'il le regarde. Puis le blond se tourna vers Arthur.
- Que veut Ayden ?
- Je ne sais pas.
- Pourquoi ne vient-il pas lui-même ?
- Je ne sais pas moi, s'impatienta l'Invocateur.
- Vous connaissez Ayden ? s'interposa Jenna.
Ils se tournèrent vers elle.
- Non rien, laissez tomber.
- Bon, on y va ? demanda Arthur à ses amis.
Chaz partit avec lui mais Titus ne bougea pas.
- Alors, tu veux venir avec nous ? demanda-t-il à Jenna.
- Je ne sais pas.
- C'est comme tu veux mais c'est mieux que de rester seule, non ?
- Oui tu as raison.
Ils commencèrent à marcher dans la direction qu'avaient pris les autres.
- Qu'est-ce que tu veux à Ayden ?
- Oh... Rien, j'en ai juste entendu parler et je voulais savoir qui c'est.
- D'accord.
Ils marchèrent en silence un instant. Une question tournait dans la tête de Jenna.
- Il est très timide Chaz. Il ne parle pas.
- Oh, ce n'est pas de la timidité. Même s'il est vrai qu'il l'est un peu. Non, son silence vient d'ailleurs.
Jenna regarda Titus pour l'écouter.
- Il est muet.
- Muet ? s'étonna la jeune fille. Comment se débrouille-t-il tous les jours ?
- Il a toujours du papier et un crayon sur lui. Et puis il utilise son talent avec moi.
- C'est quoi son talent ?
- Il est Télépathe, répondit Titus.
- Et pourquoi avec toi seulement ?
- Je ne sais pas vraiment... Je sais juste qu'il ne veut pas parler aux autres par télépathie. C'est pour ça qu'il a besoin de moi.
- Et toi, c'est quoi ton talent ?
- Je suis Télépathe aussi. Et toi ?
- Hydrokinésiste.
- C'est vrai ?
Titus ouvrit de grands yeux.
- Montre !
Jenna sourit devant l'air ébahi de Titus lorsqu'elle créa une bulle d'eau. Le jeune homme tendit la main et la balle roula sur son bras, passa sur ses épaules, roula le long de l'autre bras qu'il leva pour la suivre puis elle sauta dans les airs et disparut.
- Incroyable ! souffla Titus.
- Ce n'est pas grand-chose.
Ils arrivèrent là où était le groupe d'amis de Titus.
- Jenna, dit ce dernier, je te présente Arthur, que tu connais déjà, Chaz, idem, Chaily et Séad.
- Salut, dit timidement Jenna.
- Enfin de la compagnie féminine ! s'exclama Chaily en s'approchant de la jeune fille pour passer un bras autour de ses épaules.
- Mais je t'em...bête, Chaily, ricana une voix derrière elles.
Les filles se retournèrent.
- Il faut dire qu'on ne te voit pas souvent, Rowena, dit Chaily à la nouvelle venue. Tu es toujours scotchée à ton Ayden.
- Tu es juste jalouse que mon petit copain soit aussi canon.
Rowena fit une petite grimace tandis qu'un autre garçon s'approchait d'elle.
- Salut Jenna, fit la brune.
- Salut Rowena.
- Je te présente Ayden.
Jenna le fixa un instant. Tilly lui avait-elle déjà parlé de son projet ?

En rentrant de Foxfire où elle avait passé une bonne journée avec ses nouveaux amis, Jenna se rendit chez Corentin et l'invita à passer voir Ylyana.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Tilly n'avait plus aucun doute au sujet de l'ordre. Elle était déterminée à changer les choses. Elle ne voulait pas vivre dans un monde comme celui-là où on avait constamment peur qu'il arrive quelque chose de mal. Même si c'était risqué, elle devait le faire. De plus, elle avait appris que Seyena avait été enlevée.
Ce jour-là, l'ordre devait se réunir pour la première fois. Elle avait choisi un parc en Atlantide et avait dit aux futurs (du moins elle l'espérait) membres de l'ordre de prétexter une sortie entre amis. Tilly était arrivée une demi-heure à l'avance. Elle ne savait pas trop pourquoi mais cela la rassurait. Elle choisit alors un coin discret et un peu ombragé par les arbres et s'assit. Elle était perdue dans ses pensées quand une voix la fit sursauter.
- Salut ! Oh désolé je ne voulais pas te faire peur.
Ayden vient s'assoir en face d'elle.
- Salut ! Ce n'est pas grave. C'est ma faute, je n'étais pas attentive.
Ayden était un des patients du centre de soin et pendant sa convalescence ils avaient beaucoup discuté. Étrangement, elle lui parlait avec aisance et cela lui plaisait beaucoup. C'étaient la première personne avec qui elle avait discuté de son idée d'organisation et il l'avait encouragé en se désignant comme premier membre. Malheureusement, sa petite amie Rowena avait décidé de passer beaucoup plus de temps avec lui et Tilly devait déjà s'occuper des autres patients. Par conséquent, ils n'avaient presque plus parlé jusqu’à ce qu'il reparte chez lui, guérit. Ils ne s'étaient presque pas vus dans les couloirs de Foxfire.
- Je suis un peu en avance je crois. Depuis combien de temps es-tu là ?
- Je ne sais pas trop... Quinze ou vingt minutes. Les autres ne devraient plus tarder.
- Tu as l'air un peu stressée, je me trompe ? dit-il avec un sourire en coin.
- Oui j'avoue, je le suis un peu mais tu ne peux pas me blâmer je suis en train de demander à des presque inconnus de faire équipe avec moi.
Elle pensait ressentir une gêne ou quelque chose comme ça mais elle lui parlait toujours avec aisance.
- Ne t'inquiète pas je suis avec toi, je vais t'aider à les convaincre. Après tout je suis le premier membre convaincu.
Et il lui fit un clin d'œil. Tilly sourit et vit arriver un autre futur membre au loin.

*

Jenna eut la réponse à sa question silencieuse grâce à un simple coup d'oeil. Avec dix minutes d'avance, elle espérait pouvoir demander à Tilly si elle avait déjà contacté Ayden. La réponse était oui car elle voyait Tilly bavarder gaiement avec lui à l'ombre d'un arbre. Jenna s'approcha d'eux.
- Salut Jenna, lança Tilly. Je te présente Ayden.
- Oui on s'est déjà croisés, fit le principal intéressé, amusé par l'expression qu'afficha son amie à ses mots.
- Je ne savais pas.
- On s'est rencontré hier, expliqua Jenna.
Elle se tourna vers le garçon.
- Je ne savais pas que tu sortais avec Rowena.
Tilly fronça imperceptiblement les sourcils mais personne ne le remarqua.
- Tu ne m'as pas dit hier que tu soutiens le projet de Tilly.
- Je ne savais pas si elle t'en avais déjà parlé, se justifia le jeune homme.
Jenna s'assit à coté de Tilly.
- Comment vous êtes-vous rencontré ? demanda-t-elle.
- À l'infirmerie, répondit la jeune fille. Comment va Simon ?
Ignorant complètement le clin d'oeil que Tilly venait de lui faire, Jenna détourna la conversation :
- Quand arriverons les autres ?
- Maintenant, répondit une voix derrière elle.
Jenna reconnut immédiatement la voix du jeune homme qui s'installa en face d'elle. Elle lança un regard d'incompréhension à Tilly.
- Je suis passée voir Ylyana hier pour voir comment elle allait. Je voulais en profiter pour lui parler de notre projet.
- Ton projet, rectifia Jenna.
- Mon projet, que tu as approuvé, à la condition que S...
- Viens-en au fait, coupa l'Hydrokinésiste en lançant un regard un peu paniqué vers Corentin.
- Ok. Corentin était là. Ylyana a insisté pour que Corentin reste même si ce que j'avais à lui dire était confidentiel. Quand j'ai fini, Corentin voulait absolument faire partie d'Opération.
- Opération ? s'étonna Ayden, rappelant ainsi sa présence.
- Le but de cette réunion, commança Tilly, est de choisir un nom à cette équipe, pour le moment appelée Oprération pour nous rappeler que le but premier est de sauver Tanis et maintenant Seyena.
- On devrait peut-être ajouter Xapharus dans ce cas, suggéra Corentin.
Alors que les autres partaient dans un débat animé, Jenna s'enferma dans ses pensées. Soudain, elle leva la tête.
-Je sais où est Seyena, déclara-t-elle.
Les trois autres se turent et la dévisagèrent.
- Enfin non, je ne sais pas où, mais je sais qui l'a enlevée et cela peut nous mener à elle.
- Les Invisibles, fit Corentin sur le ton de l'évidence.
- Kaynil, souffla Jenna. C'est un Invisible. Il y a quelque chose entre lui et Seyena, j'en suis sûre. Il aura très bien pu l'enjôler et l'enlever...
Ayden, Tilly et Corentin fixèrent Jenna avec de grands yeux.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

- Comment sais-tu ça ? s'étonna Tilly.
Jenna leur expliqua ce qu'elle avait vu le jour des plantations et ce qu'un certain garçon qu'elle ne nomma pas lui avait dit à propos des enjôlements.
- Incroyable... Si c'est vraiment lui, il faut découvrir ce qu'il a derrière la tête. Il faut l'empêcher de lui faire du mal.
Ils continuèrent de parler de Seyena et essayèrent de trouver un plan. Ils parlèrent aussi de Tanis mais contrairement à Seyena, ils n'avaient pas l'ombre d'une piste. C'est alors qu'Ayden interrompit un de leur débat qui était en train de tourner en rond et qui risquait de finir sur une dispute.
- On ne devrait pas d'abord apprendre à se connaitre avant de prévoir quoi que soit ? suggéra-t-il.
- C'est vrai, on ne peut pas faire un bon travail d'équipe sans un minimum d'informations sur ses coéquipiers, répondit Jenna.
- Alors je propose que chacun donne le plus d'informations intéressantes à savoir sur chacun, dit Ayden. Qui se lance ?
Tilly prit son courage à deux mains et lança :
- Moi je veux bien commencer, après tout c'était mon idée de créer Opération. Donc… je m'appelle Tilly Adams mais Adams n'est pas mon vrai nom c'est celui de mes tuteurs. Ils m'ont recueillie. Je ne suis pas très proche d'eux ni de personne d'ailleurs. J'ai toujours été une fille solitaire et s'il-vous-plait ne vous sentez pas obligés de passer du temps avec moi. Si je suis seule c'est parce que j'aime être seule, dit-elle gentiment.
Elle détestait que les gens la pense triste sous prétexte qu'elle était seule. La solitude était une seconde nature pour elle, et elle n'aimait pas qu'on la prenne en pitié.
- Sinon j'aime bien lire, coudre et bricoler, je suis plutôt créative. Et je suis Télépathe.Voilà je crois que j'ai tout dit.
- Ok à mon tour, lança Ayden. Je m'appelle Ayden Gallon, je suis Chargeur. J'ai un petit frère qui a deux ans de moins que moi. J'adore jouer à la conquête, je suis très sportif et j'adore élaborer des stratégies. Je crois d'ailleurs que je suis plutôt doué étant donné que je gagne souvent. Euh… (Il se passa la main dans les cheveux, gêné.) C'est bon j'ai fini… Ah non j'aime bien me faire remarquer, je ne suis pas sûr que ce soit une qualité mais j'aime bien ne pas passer inaperçu.
À présent, il était franchement gêné.
- C'est mon tour je crois. Je suis Jenna Saphor, commença timidement l'Hydrokinésiste. Je suis Hydrokinésiste. J'ai deux frères et une sœur. J'aime la lecture, la musique... Je m'estime assez discrète et plutôt intelligente, sans vouloir me vanter, ajouta-t-elle sincèrement. Voilà je crois que c'est bon... D'ailleurs, Ylyana ne peut pas venir mais je crois qu'elle voulait participer à cette réunion.
- Oui, dit Corentin. Mais là je crois qu'elle dort. Elle est très fatiguée, tu sais ?
- Tu n'as qu'à te présenter pendant que je l'appelle sur son transmetteur. On ne sait jamais.
- D'accord. Je m'appelle Corentin Trado. Je suis Rafaleur. Je suis fils unique. J'aime... Je ne sais pas moi. Le vent ? ironisa le jeune homme. Non, je rigole. J'aime bien être avec mes amis. Surtout Simon. J'ai oublié quelque chose ?

*
Ylyana venait de se réveiller. Elle avait beaucoup de mal à dormir depuis les événements récents : l'explosion de Foxfire, sa disparition, l'enlèvement de Tanis, puis celui de Seyena. Ses parents l'obligeaientt à rester à la maison, s'inquiétant des symptômes apparus. Elle avait beau leur dire que tout allait bien, rien n'y changeait et Elwin n'était pas là pour l'aider, insistant sur le fait qu'elle avait besoin de repos. Peut-être n'avait-il pas tort, elle avait encore des douleurs. Mais elle allait rater la première réunion d'Opération. Elle remarqua alors qu'on l'appelait sur son transmetteur. C'était Jenna. Ils étaient en train de faire un tour de table afin de se présenter et que tout le monde se connaisse. Après quelques présentations rapides ce fut le tour d'Ylyana :
- Je m'appelle Ylyana Sencen, vous devez sûrement connaître mon cousin Keefe. Enfin bref. Je suis Givreuse, j'ai une petite soeur, j'aime lire, faire des pâtisseries et traîner avec Jenna et Céline.
- C'était toi la fille qui a disparu après l'explosion, non ? fit un garçon nommé Ayden.
- Euh, Oui c'est ça...
Soudain son épaule se mit à la lancer, signe qu'elle n'était toujours pas aussi remise qu'elle voulait le faire croire. Voyant sa douleur, Tilly changea de sujet pour en revenir au but de cette réunion : choisir un nom, et élaborer un plan pour sauver Tanis et Seyena.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Seyena se réveilla devant des châteaux. Confuse et perdue, elle se raccrocha à son dernier souvenir, à Kaynil.
- Il n’est pas là, lui répondit soudain une voix.
Elle devait avoir pensé tout haut. Un visage fin se dessina devant elle. La jeune fille reconnu la Conseillère Oralie mais ne savais toujours pourquoi elle était ici. Elle posa la question et apprit que la Conseillère venait de la trouver devant sa porte avec un mot disant de faire attention à elle. Elle comprit tout de suite que Kaynil l’avait laissée, qu’il voulait agir pour son bien. Mais lui était-il en sécurité ? Allait-il bien ?
Tout-à-coup une pensée la frappa. Elle était dans le domaine des Conseillers, ceux qui avaient régi cette stupide société, ceux qui avaient fait fuir Kaynil. C’était LEUR faute. Aveuglée par une rage soudaine, elle se leva et courut. Elle s’enfuit et brandit son cristal de foyer à la lumière.
À peine arrivée, elle se rendit invisible et s’élança vers son arbre. Parmi la multitude d’arbres présent dans cette forêt, il y en avait un, éloigné de la maison qui lui avait toujours servi de refuge. C’était un chêne, l’un des seuls arbres des Cités Perdues présent aussi dans les Cités Interdites, noueux et imparfait. Mais son tronc était le plus accueillant de tous et ses branches montaient si haut qu’on avait l’impression de toucher la lune quand on y montait. Ce jour-là, elle avait besoin d’un ami, d’un confident et cet arbre était ce qui s’en rapprochait le plus. Elle resta prostrée plusieurs heures durant, tantôt pleurant, tantôt juste accrochée aux branches comme si sa vie en dépendait.
Elle ne pouvait se résoudre à partir, elle ne pouvait pas affronter le monde extérieur, toutes ces personnes qui lui poseraient des questions sur Kaynil, sur ce qu’elle avait fait avec lui. L’avait-il maltraitée ? Avait-elle rencontré d’autres membres des Invisibles ? Comment pourrait-elle leur répondre qu’il voulait la sauver, qu’elle lui faisait confiance, qu’il allait sûrement subir un châtiment terrible à cause d’elle ? Comment pourrait-elle leur répondre qu’elle l’aimait ? Car oui, ces quelques heures partagées avaient fait naître en elle des sentiments inconnus, des sentiments qui l’avait rendue heureuse mais aussi des sentiments qui l’avaient fait souffrir. Cependant maintenant elle savait ce que lui dictait son cœur, elle savait qu’elle suivrait son amour, même si ses parents lui demandaient de tout abandonner. Parce qu’il avait tout sacrifié pour elle, elle était prête à tout sacrifier pour lui. Au diable la protection, au diable les bonnes manières, maintenant seul Kaynil comptait.
Forte de cette nouvelle résolution, Seyena descendit lestement de son arbre et courut vers sa demeure, prête à tout pour retrouver son bien-aimé. Un plan se formait lentement dans son esprit. Un plan qu’elle répugnait à mettre en pratique mais elle n’allait pas flancher à la première difficulté, elle n’allait pas reculer à cause de sa conscience étriquée. Pour l’heure, il lui suffirait de s’attirer les bonnes grâces de ses parents. Mais cette fois-ci elle ne jouerait plus pour eux, elle jouerait pour elle, pour Kaynil. Et ce avec ses propres règles.

Lorsqu’elle arriva devant la porte du château, Seyena entendit une voix grave. Déterminée, elle entra dans le hall. C’est alors qu’une scène des plus étranges s’offrit à elle : son père, paré de sa cape, se tenait très dignement à la rambarde de l’escalier en essayant de dominer du regard un deuxième individu. Cependant cet individu était un gobelin et faisait au moins trente centimètres de plus qu’Hydrihal ce qui rendait la situation agréablement comique. Les deux semblaient se disputer.
- Puis-je savoir ce que fait un gobelin dans mon salon s’il vous plait, lança Seyena d’une voix forte.
Son père se retourna vivement et le gobelin inconnu porta la main à son sabre.
- Inutile de prendre cet air effrayé Monsieur… ?
- Appelez-moi Gak, répondit le gobelin. Je suis votre garde du corps hautement qualifié. Il vous faut savoir que j’ai fait mes années à la Garde Royale et j’ai aussi été l’un confrères de Sandor, le garde du corps de Sophie Foster.
- Je suis certaine que vous avez une carrière remplie de grandeur et de gloire. Cependant, je ne vois pas pourquoi vous perdez votre précieux temps avec moi, enchaîna Seyena en échangeant un signe de tête avec son père.
Après tout, il était hors de question qu’elle soit affublée d’un garde du corps. Il lui compliquerait considérablement la tâche et son père n’en voudrait pas non plus pour de pas « porter atteinte à l’honneur de la famille ». Le gobelin leur expliqua avec un air suffisant que le Conseil l’envoyait pour la protéger à la suite de la note déposée anonymement après son enlèvement. À ces mots, Seyena sentit un frisson de colère lui traverser tout le corps. Comment le Conseil pouvait-il lui imposer un gobelin arrogant sans lui demander son avis ? Cependant, elle se contrôla tant bien que mal car elle savait qu’on ne pouvait pas contester les ordres du Conseil. Pour l’instant…
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Me revoilà après une longue absence ! :D J'ai eu un petit problème d'ordinateur et avant ça j'avais la flemme, je suis même allée jusqu'à oublier quand le forum était au point mort. J'espère qu'on aura pas trop fait attendre les lecteurs de Wattpad :lol: Donc voilà la suite.

Kaynil hurla. Il hurla tellement qu'il finit par ne plus savoir crier. Il n'arrivait pas à pleurer mais ses yeux exprimaient toute la souffrance qu'il ressentait.

Des pas précipités, des voix qui se disputent. Kaynil eut à peine le temps d'entre-apercevoir le bas d'une robe violette et des bottes en cuir souple avant qu'il sombre dans l'inconscience pour la sixième fois de la journée.
- Vous l'avez puni, chuchota quelqu'un. Mais maintenant, qu'allons nous faire de lui ? Il ne peut pas rester ici mais si nou le laissons partir, il racontera tout aux Conseillers.
- On ne peut pas non plus le tuer, il pourrait nous servir d’appât.
- Et effacer sa mémoire ne servirait à rien, dès qu'il verrait notre signe ou la jeune fille dont il s'est entiché.
- On ne pourrait pas faire comme avec Alvar ? Il suffirait que vous ne lui adressiez plus la parole, fit une voix en se tournant vers la femme en robe violette.
Celle-ci n'avait pas pipé mot depuis qu'elle était entrée et observait Kaynil somnoler. Au bout d'un moment, elle prit la parole d'une voix glacée et tranchante.
- Je pense... Que le mieux serait de le garder inconscient le plus longtemps possible. Ensuite, nous aviserons. J'ajoute qu'il n'a pas besoin d'être en bonne santé pour dormir.
Les hommes qui l'avaient accompagnée lui jetèrent des regards interrogatifs. Que voulait-elle dire par "en bonne santé" ? Pour toute réponse, elle se tourna vers les bourreaux postés devant la pièce.
- Faites en sorte qu'il souffre comme il n'a jamais souffert, leur dit-t-elle. Affamez-le, torturez-le, utilisez les vieilles méthodes barbares si vous voulez mais ne lui laissez pas une minute de répit. Je veux qu'il regrette ce qu'il a fait.
Les hommes habillés en noir hochèrent lentement la tête et, avec un grand sourire, se dirigèrent d'un pas lourd vers le jeune homme endormi sur le sol froid et irrégulier. La femme attendit devant la porte d'entendre le premier gémissement de douleur avant de s'éloigner.

Lorsque Kaynil rouvrit les yeux, un homme aux yeux globuleux le regardait, penché au-dessus de lui. Il sursauta et l'homme éclata de rire, découvrant des dents jaunies et une haleine putride. L'homme se saisit d'un sabre déjà couvert de sang durci et sans se départir de son sourire, entailla la peau de Kaynil. Il plongea ensuite sa main dans un seau de fonte et en sortit une grande poignée de sel qu'il répandit sur la blessure du jeune homme. Celui-ci ne hurlant toujours pas, il reprit le sabre et lui trancha doucement l'index ce qui arracha enfin un léger cri au détenu. Alors le bourreau, satisfait l'assomma et retourna à son poste.

Par soucis de cohérence, le deuxième texte que j'ai fait aujourd'hui ne sera posté que plus tard. Il y a vraiment trop de personnages et de moments différents. Donc il faudra attendre encore pour la suite, il faut que je fasse un tri et un ordre.
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

J'ai ENFIN avancé dans cette remise en forme. Un texte comme ça me prend une heure à cause de toutes les fautes qu'il y a et surtout, les textes ne sont pas mis dans l'ordre et je perds une éternité à chercher si le texte est bien placé, si c'est cohérent, si il y a bien ce qu'il faut avant... Et ça il faut que j'aille le chercher relativement loin à cause de tous les persos qu'il y a. Bref, c'est long et difficile donc pardonnez-moi du retard. (D'ailleurs je veux bien que tu transmettes ce message aux lecteurs ^^ (en expliquant pourquoi je dois remettre en forme. Si tu as la flemme c'est pas grave, ils attendront sans explication))
Voilà la suite donc.


- Pardon ! Excuse moi, je suis vraiment désolé !
Au réveil de Keely après qu'il se soit pris la seule et unique gifle que son père lui ait donné de sa vie,son père se précipita aussitôt vers lui en le bombardant d'excuses. Keely pencha la tête sur le côté. Son père le tenait à présent dans ses bras, et le garçon pouvait sentir qu'il pleurait. Il n'en voulait pas à son père. La gifle lui avait simplement échappé. Personne dans sa famille ne le frappait, si ce n'était sa sœur. Son père avait réagi comme cela car ils avaient convenu tous les deux que Keely n'aurait pas de petite amie avant d'aller chercher sa liste de prétendantes. Son père avait déjà eu des ennuis avec les autres elfes et les Conseillers, et il ne voulait pas en avoir à propos de son fils qui serait mal assorti. Keely voyait parfaitement la culpabilité de son acte sur son visage.
- Non, je ne t'en veux pas…
Le père se détacha de son fils pour le fixer droit dans les yeux.
- Ecoute, si tu as une petite amie, c'est ton choix. Et puis, si elle n'est pas sur ta liste… ce n'est pas grave…
Son père lui fit un doux sourire et Keely sentit les larmes lui monter aux yeux. Il avait des parents tellement géniaux… Il en oublia aussitôt la gifle tandis que des perles salées coulaient le long de ses joues. Son père posa une main rassurante sur sa joue et essuya une larme de son pouce.
- Sache que nous accepterons, à l'avenir, tous tes choix. Tant que tu es heureux...
Keely se serra contre lui. Ses parents étaient si gentils… Comment sa sœur avait-elle pu devenir pareille tortionnaire ? De fait, elle ne l'était pas lorsqu'ils étaient petits. Un jour, soudainement, elle était passée de grande sœur aimante à grande sœur cauchemardesque. Après avoir embrassé son père, il sortit de son bureau en séchant ses larmes. Soudain, il se sentit attraper par les cheveux et plaquer contre un mur. Il mit par réflexe ses deux avant-bras devant sa figure, se protégeant de coups éventuels. En effet, sa sœur avait patiemment attendu qu'il sorte du bureau pour lui tomber dessus. Mais son regard à présent était… indescriptible. Keely fut étonné de n'y trouver aucun désir de violence. Sa sœur finit par lui lâcher les cheveux et plaça ses deux mains sur ses épaules, comme à l'époque où elle n'était pas violente.
- Dis Keely… Tu n'aurais pas des informations sur cette fameuse Tanis ?

*

Tenhy se retourna en entendant la porte de sa cellule s'ouvrir bruyamment. Lady Gisela se tenait dans l'encadrement, portant dans ses bras une jeune fille aux cheveux noirs. Les yeux du jeune homme s'ouvrirent d'horreur.
- TANIS ! hurla-t-il.
- Je t'avais prévenu, dit froidement Lady Gisela.
Tenhy essaya de courir vers elles mais ne pu pas : sa cheville était retenue par une chaîne elle-même accrochée au mur. Il vit Lady Gisela déposer sa petite sœur par terre. Elle n'avait pas l'air d'avoir souffert mais elle n'était pas au meilleur de sa forme non plus. Elle était consciente mais n'avait plus aucune force. Son corps entier était engourdi et la tête lui tournait. Tenhy vit ensuite avec impuissance Lady Gisela sortir un poignard à la lame fine et la pointe aiguisée et l'enfoncer doucement dans l'avant bras de la fillette. Tanis hurla. Sa gorge lui brûlait quant elle hurlait mais la douleur était trop forte. La lame du poignard glissa le long de son avant bras, entaillant sa chair. Tanis hurlait et pleurait à s'en briser la voix. Tenhy assistait à cela avec impuissance. Mais bientôt, l'horreur fit place à la fureur. Il ne servait à rien. Sa sœur souffrait et il ne faisait rien. Il se dégoûtait. Il fixait avec haine Lady Gisela qui enfonçait la lame dans la peau de sa petite sœur. Il avait soudain des envies de meurtre. Chaque parcelle de son corps brûlait de rage et de désespoir. Il sentait ses Ténèbres s'agiter en lui. Chaque cri arraché à sa petite sœur alimentait sa haine. Il perdait le contrôle peu à peu...
Soudain, il lâcha ses Ténèbres.
Elles se dirigèrent vers Lady Gisela qui se les prit de plein fouet. Elle se débattit avec elles en hurlant. Les cris ramenèrent Tenhy à la réalité et, horrifié par sa perte de contrôle, il essaya de les bloquer de nouveau. Après quelques secondes dans les cris et la terreur, l'elfe finit par reprendre le contrôle de ses Ténèbres. Lady Gisela se releva difficilement. Peu à peu, un sourire victorieux s'étira sur ses lèvres quant elle vit le regard débordant de terreur de Tenhy. Une fois sur ses pieds, elle s'épousseta rapidement et se retourna vers Tenhy.
- Tu vois que quand on veut on peut, dit-t-elle.
Puis, sans plus de manières, elle sortit de la pièce, fermant la porte à double tour. Tenhy, dès que la porte fut fermée, appela doucement sa sœur. Mais Tanis, sous la douleur et la fatigue, s'était évanouie. Tenhy fondit en larmes.
- Je suis désolé ! Sans moi, tu ne serais pas là, en train de souffrir. Mais je te promets que je vais te sortir de là, quitte à utiliser mes Ténèbres. Et après, tu n'auras plus de problèmes. Car dès que l'on sera sortis, je veillerai à ne plus faire partie de ce monde...

*

Keely se morfondait dans sa chambre. Tanis avait disparu. Et il ne savait pas où elle était. Ce qui était sûr, c'est qu'elle avait été enlevée par les Invisibles. Il avait, durant son "absence", observé l'elfe qui avait tapé dans l'œil de Tanis : Simon Grey. Et, lors d'une conversation entre lui et d'autres elfes, il avait surprit le nom de Tanis. Cela l'avait beaucoup surpris mais il ne s'était pas attardé sur leur conversation. Un élan de jalousie l'avait inexplicablement saisit. Il n'était pourtant pas amoureux d'elle ! Il en était persuadé. Mais se n'était pas la raison de la vague de colère qui le submergeait en repensant à Tanis. Il avait découvert dans la chambre de sa sœur quelque chose qui ne lui avait pas plu, mais alors pas du tout. Une haine inégalable le saisit. Dans la chambre de sa sœur, alors qu'il cherchait des affaires à lui déchirer, il avait fouillé dans un tiroir. Avec surprise, il avait remarqué qu'il y avait un double fond. Et à l'intérieur...
Il y avait une broche avec le signe des Invisibles...
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Bon aujourd'hui j'ai du temps, donc voilà la suite.

*

Seyena n'en pouvait plus. Elle était dans la même que situation que quelques jours plus tôt et n'avait donc rien à faire. De plus, elle se trouvait affublée d’un gobelin hautain et affreusement bavard. Son seul avantage était son incapacité à faire correctement son travail, trop occupé à monologuer sur ses nombreuses qualités : elle lui avait déjà faussé compagnie à plusieurs reprises, sans qu'il ne s'en aperçoive. Et pire que tout, elle devait supporter ses parents à la fois un peu inquiets, relativement énervés de s'être fait humilier, condescendants et furieux d'être le sujet de conversation de toutes les cités perdues. Ce qu'ils avaient toujours redoutés était en train de se produire et ils la tenaient en partie responsable. L'autre personne à qui ils en voulaient était Kaynil qui, fort heureusement pour lui, n'était pas là.
Il faut dire qu'avec une mère Chargeuse, ce n'était pas de tout repos. Quand elle était en colère, il suffisait de la toucher pour tomber dans les pommes plusieurs heures. Et sa mère pouvait très vite passer de la femme douce, distinguée et charmante dans le style glaçon, à une créature effrayante composée d'un visage froid et figé, d'électricité crépitante entre ses doigts et de ses talons toujours impeccables résonnant lugubrement dans toute la demeure. Quand Katy était comme ça, même son mari se repliait dignement dans son bureau jusqu'à ce que l'orage passe.
Seyena avait déjà appelé Tilly pour s'excuser de son absence. Ce à quoi la jeune fille avait répondu d’un rire entendu mais avait ajouté qu'il y avait « plusieurs sujets dont il fallait qu’ils discutent la prochaine fois » et avait fixé le prochain rendez-vous.
Tout-à-coup on sonna. La jeune fille se précipita au rez-de-chaussée et ouvrit la porte à un messager. Il lui remit une lettre du Conseil avec un air impénétrable. Impatiente mais bien élevée, Seyena attendit que le messager reparte pour porter la lettre à sa mère dans la salle à manger. Cette dernière ouvrit la lettre avec le coupe-papier acheté à un grand fabriquant en Atlantide. Katy lut la lettre et fit un sourire crispé à sa fille en lui annonçant qu’elle était attendue à Foxfire le lendemain.
Seyena ne comprit tout d’abord pas pourquoi sa mère semblait si peu ravie de la nouvelle. Puis après quelques minutes de réflexion elle comprit que son enlèvement n'allait pas passer inaperçu et qu’elle devrait subir les questions de ses camarades. La présence de son garde du corps attitré n'allait pas arranger les choses surtout s'il se mettait autant en avant qu'ici. Elle poussa un soupir qui voulait dire à sa mère qu'elle avait bien compris les implications de cette nouvelle, mais que de toute manière, ils n'avaient pas le choix. Son absence aurait provoqué bien plus de rumeurs qu'autre chose.

Fin du chapitre 6
Vanouche

Profil sur Booknode

Messages : 1277
Inscription : dim. 13 janv., 2019 12:06 pm

Re: Elfes [Gardiens des Cités Perdues] Remise en forme de la fanfiction

Message par Vanouche »

Chapitre sept

Ayden était excité. Cela arrivait assez rarement malgré ce qu’en pensaient ses amis.
Il revenait tout juste de la première réunion d’Opération et bizarrement il avait hâte d’être à la suivante. Pourtant ils avaient beaucoup tourné en rond. D’ailleurs, ils n’avaient pas décidé de garder ou non Opération comme nom d groupe. Honnêtement, cela l’arrangeait, il aimait bien celui-là.
C’est en débarquant chez lui qu’il se rappela d’un petit détail. Il avait quelque chose « d’important » à faire et la réunion le lui avait complètement sorti de la tête.
Le garçon se dirigea vers sa chambre en essayant de se faire le plus discret possible, évitant de faire claquer ses semelles contre le carrelage du grand hall de la demeure familiale. Il devait à tout prix l’éviter. Il s’avança dans le couloir qui menait à sa chambre en retenant son souffle. Il y était presque.
- Ayden Gallon ! s’exclama une voix suraiguë derrière lui.
Raté ! pensa le garçon en se pivotant lentement avec un soupir. Il se retrouva nez-à-nez avec une jeune fille. Furieuse.
- Comment as-tu pu me faire ça ? Encore ! Où étais-tu ? Tu ne m’avais pas prévenu que tu sortais ! Ça fait plus d’une heure que je t’attends !
- Désolé Rowena… J’avais complètement oublié… tenta-t-il.
- Oublié ? Ça fait pile un an que nous sommes ensemble et tu as oublié !
Le garçon écarquilla les yeux.
- Un an ? Aujourd’hui ? Mais, mais… mais… balbutia-t-il.
- Alors tu avais vraiment oublié, murmura Rowena ses grands yeux emplis d’une lueur triste.
- Écoute j’avais quelque chose d’important à faire mais promis je t’emmène en Atlantide dès que possible. Ce sera magique, tu verras, tenta-t-il de se rattraper.
La jeune elfe prit une grande inspiration.
- Non.
- Non ? répéta Ayden, stupéfait par l’air déterminé de sa petite amie.
Il avait un mauvais pressentiment. Il se disputait souvent avec Rowena parce qu’elle était très possessive et qu’il avait un peu tendance à louper leurs rendez-vous. Mais, pensa-t-il, elle veut toujours être avec moi aussi ! Elle a même trouvé le moyen de me reprocher de m'être fait blessé durant l’attaque de Foxfire juste pour prétexter un empêchement et ne pas venir me promener avec elle…
- Non. Je ne viendrais pas. J’en ai marre que tu oublies constamment nos rendez-vous. Je t’ai laissé une chance parce que je t’aime. Mais cette fois c’est trop, c’est terminé.
Et avant que le garçon ai pu dire quelque chose, elle tourna les talons et parti dignement – mais néanmoins très rapidement – le laissant planté là, la bouche entrouverte sur une supplication muette.
Ayden resta figé quelques instants, fixant le couloir où avait disparu son amour, sous le choc. Il ne pouvait plus bouger, ni penser, ni même ressentir.
Soudain, il sentit une immense douleur lui serrer la poitrine et il se plia en deux, le souffle coupé. Il suffoqua. Il aspira de grandes goulées d’air, tentant de se calmer, avant de se précipiter vers sa chambre, des larmes brillant dans ses yeux, et une main sur la bouche pour empêcher le cri de douleur de franchir ses lèvres. Il ne devait pas craquer ici, où son petit frère l’espionnait sûrement.
Il franchit la porte de sa chambre avant de la claquer furieusement. Il se passa une main sur le visage et respira le plus calmement possible, en vain. L’excitation qu’il avait ressenti en revenant de la réunion avait complètement disparu. Ayden s’effondra sur le sol, le dos contre la porte et laissa les larmes couler sur ses joues.
Répondre

Revenir à « Fanfiction »