Tess [Harry Potter]

Vous écrivez une fan fiction et vous voulez la partager avec la communauté Booknode? Faire vivre à vos personnages favoris des aventures inédites?
Alors postez vos textes ici afin qu'ils soient bien différenciés des essais classiques tout droit sortis de l'imaginaire d'autres booknautes.
Répondre
Elinae

Profil sur Booknode

Messages : 88
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : jeu. 21 févr., 2013 6:05 pm

Tess [Harry Potter]

Message par Elinae »

Bonjour à tous ! Je vous présente ma fanfiction Tess. Il s'agit d'une fanfiction sur Harry Potter axée autour de la nouvelle génération. L'histoire est racontée du point de vue de Tess, une petite fille née-moldue. Cette fanfiction n'a rien de bien original et je préfère vous prévenir tout de suite, l'histoire évolue assez lentement. Je voulais surtout explorer la caractérisation des personnages dans un univers que j'adore. Bref... J'avais envie de la poster, pour recevoir des avis et des critiques, donc n'hésitez pas à commenter. Ce chapitre est un peu court, mais les autres seront plus long. Voilà ! J'espère que ça vous plaira...

Tess


Chapitre 1

Tess n'avait jamais été aussi terrifiée de toute sa vie. Le mois d'août avait semblé plongé dans un profond brouillard. Elle n'arrivait pas à formuler une seule pensée cohérente. La petite fille frissonna et croisa le regard de son reflet, dans le miroir. Là, elle était là. Deux yeux noirs, deux bras, deux jambes, une bouche, un petit nez légèrement tordu, des cheveux châtains et bouclés, des joues rondes et quelques grains de beauté. Elle était toujours la même, cette bonne vieille Tess. Sauf que maintenant, elle était une sorcière et partait vivre dans un internat pendant un an. Elle avait bien remarqué que des événements étranges avaient tendance à se produire en sa présence. Mais elle avait toujours cru à de la malchance ou à de la maladresse. Jamais, au grand jamais, elle aurait pu imaginer que de tels contes de fées soient réels. Lorsqu'elle avait reçu une lettre de Poudlard, elle avait d'abord cru à un immense canular, tout comme ses parents. Mais les lettres s'étaient multipliées, un employé du Ministère de la Magie, dont Tess ignorait jusqu'alors l'existence, s'était présenté chez elle et elle s'était rendu avec lui sur le Chemin de Traverse. Et maintenant, elle se tenait là, devant son miroir, prête à partir dans quelques minutes. La malle, qu'elle avait acheté suite aux recommandations de Mr. Finley, trônait au pied de son lit. Dedans, elle avait entassé des piles de vêtements, des livres à l'allure de grimoire et même des bouteilles d'encre. Elle lissa du plat de la main sa jupe. Elle avait tenu à faire bonne allure, et au lieu d'enfiler son jean et son tee-shirt habituel, elle avait revêtu sa plus jolie robe. Tout semblait en ordre, Saturne, sa chouette fraîchement baptisée, dormait dans sa cage, son lit était fait et elle n'avait plus qu'à enfiler un pull. Malgré tous ses efforts, Tess était terrifiée. Elle n'avait jamais été très douée pour se faire des amis et elle débarquait dans un tout nouveau monde, qui en plus d'être étrange, était aussi effrayant. Tess avait feuilleté quelques livres sur l'histoire sorcière, achetés sur le Chemin de Traverse. Les histoires de guerre et de mages noirs l'avaient fait frissonné, et elle avait préféré ne pas en lire plus. Néanmoins, le plus dur avait été d'accepter que toute la vie qu'elle s'était imaginée était chamboulée. Tess allait entrer au collège, où elle retrouverait ses quelques amis, elle n'avait d'ailleurs penser qu'à ça pendant le mois de juillet. Mais maintenant, elle ne savait pas quoi attendre de cette année scolaire. Elle caressa sa baguette, qui dépassait de son sac, en bois d'if et faite de ventricule de dragon. Tess avait été très impressionnée par la découverte du monde sorcier, mais découvrir que les dragons et les licornes existaient l'avait plongée dans un état de stupeur. Elle jeta un dernier regard à sa petite chambre aux murs roses et attrapa la cage de Saturne, qui se réveilla d'un seul coup, l’œil hagard. Tess la caressa doucement, distraite. Saturne était une petite chouette hulotte, au caractère joyeux et doux. La petite fille l'adorait déjà. Au rez-de-chaussée, sa mère était assise dans le salon, avec son frère Cécil. Tess en conclut que son père était parti chercher sa malle. Si elle avait peur de ce qui l'attendait à Poudlard, Tess était surtout triste de quitter son petit frère. Âgé de sept ans, il était adorable et la suivait partout. Quand elle lui avait annoncé qu'elle partait en internat, il avait fondu en larmes. Avec ses parents, Mr. Finley avait décidé qu'il valait mieux que Cécil ne sache rien, notamment pour éviter qu'il en parle à l'école. Tess avait vite compris que le monde des sorciers était un monde très secret. Ce qui expliquait qu'elle n'ait jamais imaginé leur existence. Ses parents non plus, d'ailleurs. La petite fille s'en était vite rendu compte, puisqu'ils sursautaient à chaque fois qu'elle entrait dans la pièce et la regardaient sans arrêt d'un air bizarre. Elle avait fait mine de ne rien voir, trop blessée pour réagir. Cependant, sa mère l'embrassa en essuyant une larme et lui fit promettre d'être prudente et de lui envoyer une lettre toutes les semaines. Tess promit, bien qu'elle n'était pas sûre de le faire. Cécil s'accrocha à sa taille en pleurant, et la vue de ses yeux embués de larmes serra le cœur de la petite fille. Quand la portière de la voiture claqua derrière elle, et que les silhouettes de son petit frère et de sa mère rétrécirent dans le lointain, Tess s'autorisa à verser une larme, la gorge nouée. Le stress s'empara de son ventre et elle respira longuement, en fixant la route, écoutant d'une oreille sourde le bavardage de son père. En plus de se rendre dans une nouvelle école très loin de chez elle, Tess découvrait un nouveau monde. Derrière son angoisse, elle était excitée de découvrir la magie, Poudlard et tous les autres mystères que recelait la sorcellerie.

Le trajet dura bien moins longtemps que l'avait espéré Tess, mais son père mit tellement de temps à trouver une place sur le parking de la gare qu'elle eut peur de rater son train. Arrivée dans la gare, Tess suivit les instructions de Mr. Finley, en serrant Saturne contre elle, de peur que quelqu'un la remarque. Arrivé entre le quai 9 et le quai 10, elle se retourna vers son père pour lui dire au revoir. Il la regardait avec des yeux brillants et elle frissonna, elle n'avait jamais vu son père pleurer. Il la prit dans ses bras et elle inhala l'odeur familière de la maison, consciente que c'était la dernière fois avant longtemps, bercée par sa voix grave :
"Allez, ma puce, je dois y aller..."
Elle soupira et hocha la tête. Après un dernier regard pour son père, qui lui faisait coucou de la main, elle avança, en traînant le chariot qui contenait sa malle. Elle accéléra un petit peu et ferma les yeux, en se préparant à la collision, mais rien ne vint, et le souffle court, elle osa ouvrir un œil. De l'autre côté du mur, l'atmosphère était radicalement différente. La vapeur embrumait le quai et des rires résonnaient de tous les côtés. Tess avisa deux adolescentes qui tombaient dans les bras l'une de l'autre et déglutit, plus que jamais consciente de sa solitude. Elle frémit quand un garçon brun d'environ treize ans la bouscula et avança, les jambes tremblantes. Traverser ce quai fut la chose la plus difficile qu'elle ait jamais eu à faire. Elle entra dans le train, où il régnait une chaleur étouffante et essaya de traîner sa malle à l'intérieur, tout en surveillant la cage de Saturne du coin de l’œil. Soudain, son bagage se souleva avec une facilité déconcertante, et elle manqua de tomber. Un garçon, à la peau mate et aux cheveux roux lui souriait chaleureusement et Tess comprit qu'il l'avait aider. Derrière lui, plusieurs adolescents, tous roux, semblaient s'impatienter. Elle balbutia un "merci" inaudible, les joues brûlantes, et fila, sa chouette sous le bras. Dans le long couloir du train, elle trébucha sur une malle abandonnée et rougit de plus belle quand une fille pouffa à son passage. Elle s'engouffra dans le premier compartiment vide qu'elle trouva et s'autorisa à souffler. Une fois installée, elle réprima des larmes de panique et regarda le paysage ou tout du moins, l'absence de paysage puisqu'ils se trouvaient toujours dans la gare. Soudain, le train s'ébranla et au même moment, la porte s'ouvrit. Elle sursauta et se tourna vers l'entrée du compartiment, mais la personne qui s'y trouvait bascula en avant alors que le Poudlard Express prenait de la vitesse. Tess ne discerna plus que des cheveux blonds et Saturne poussa un cri strident. Elle se serra contre la fenêtre en faisant semblant de ne pas s'intéresser à la chute improbable de l'inconnu. L'inconnu était en réalité un jeune garçon, de son âge, aux cheveux très pâles et aux yeux gris, comme put le constater Tess lorsque le train se stabilisa. Le garçon rougit légèrement en croisant le regard de Tess et elle baissa les yeux. Un silence inconfortable suivit, tandis qu'il installait ces affaires. Une minute plus tard, la petite fille entendit l'inconnu s'asseoir et une main apparut dans son champ de vision. Le garçon prit la parole :
"Salut ! Je m'appelle Scorpius."
Tess releva la tête et remarqua qu'il lui souriait de toutes ses dents, les yeux pétillants. Elle tâcha de masquer sa timidité et serra la main, un peu plus à l'aise. Scorpius avait l'air gentil, ce qui la rassura un petit peu. Elle se racla la gorge et avec un sourire incertain, se présenta :
"Je m'appelle Tess, je rentre en première année et toi ?
- Oh ! Super ! Moi aussi. J'ai hâte de savoir dans quelle maison je suis ?
- Une maison ?"
Tess fronça les sourcils et alors que Scorpius lui expliquait avec enthousiasme le concept, la porte du compartiment se rouvrit d'un coup. Les deux enfants se tournèrent vers l'entrée. Un garçon brun, que Tess reconnut comme celui l'ayant bousculé sur le quai de la gare, manifestement plus âgé qu'eux, sourit et appela :
"Eh ! Albus, Rose ! Je vous ai trouvé un compartiment !"
Deux visages apparurent : un garçon brun à lunettes à l'air maussade et une fille rousse qui semblait déborder d'assurance. Le garçon plus âgé les poussa à l'intérieur et s'adressa au brun :
"Maintenant, Albus, fiche-moi la paix !"
Le dénommé Albus sembla vouloir prendre la parole, mais la porte du compartiment claqua et il referma la bouche en soupirant. La petite fille rousse s'exclama :
"Qu'est-ce qu'il est pénible, quand même, ton frère !
- Ne me le fais pas dire, se plaignit Albus."
Tess jeta un coup d'oeil à Scorpius, qui s'était renfrogné à la venue des nouveaux arrivants. Elle s'apprêtait à se présenter quand la rousse reprit la parole :
"Je suis Rose Weasley, et voici mon cousin Albus Potter. Vous êtes ?"
Tess, intimidée, s'empressa de répondre :
"Je m'appelle Tess, et c'est Scorpius, que je viens de rencontrer."
Rose et Albus échangèrent un regard que la petite fille ne sut pas interpréter. Elle tenta de se rappeler du terme que Mr. Finley avait utilisé et rajouta :
"Je suis née-moldue, et vous ?"
L'atmosphère se fit pesante et Tess remarqua qu'Albus lançait un regard discret à Scorpius, comme si il s'attendait à ce que celui-ci réagisse. Néanmoins, le blond gardait les yeux résolument baissés vers le sol. Interloquée, la petite fille fronça les sourcils tandis que Rose lui répondait :
"Non, nos parents sont sorciers, mais je suis sûre que tu t'habitueras vite à la magie."
Malgré la tension palpable, son ton était chaleureux et bienveillant, et Tess se sentit un peu plus à l'aise. Elle bavarda quelques minutes avec Rose, qui lui apprit qu'elle avait au moins une dizaine de cousins plus âgés à Poudlard et Tess se remémora la tribu d'enfants roux qui attendaient de monter dans le train. Elle eut un sourire, bien vite effacé par la mine sombre de Scorpius et la moue maussade d'Albus. Elle qui avait espéré se faire des amis... Sans savoir pourquoi, elle ne pouvait s'empêcher de penser que les trois autres enfants se connaissaient.
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2563
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Tess [Harry Potter]

Message par cochyo »

Et bien quelle surprise !
On ne s’attendait vraiment pas voire une nouvelle fanfiction qui est plus que bienvenue surtout que ça commence plutôt bien.
Les descriptions sont bien et précises sans être lourdes.
Les dialogues sont légèrement guindé mais c’est pas comme si il y’en a eu beaucoup donc j’attends plus de matière pour me prononcer.
J’ai hâte de lire la suite.
Tu as une idée de la fréquence à laquelle tu compte poster ?
Elinae

Profil sur Booknode

Messages : 88
Inscription : jeu. 21 févr., 2013 6:05 pm

Re: Tess [Harry Potter]

Message par Elinae »

cochyo a écrit :Et bien quelle surprise !
On ne s’attendait vraiment pas voire une nouvelle fanfiction qui est plus que bienvenue surtout que ça commence plutôt bien.
Les descriptions sont bien et précises sans être lourdes.
Les dialogues sont légèrement guindé mais c’est pas comme si il y’en a eu beaucoup donc j’attends plus de matière pour me prononcer.
J’ai hâte de lire la suite.
Tu as une idée de la fréquence à laquelle tu compte poster ?
Merci beaucoup, ça me fait vraiment plaisir :)
Et je compte poster une fois par semaine, mais je ne sais pas encore si j'arriverais à être régulière...
Elinae

Profil sur Booknode

Messages : 88
Inscription : jeu. 21 févr., 2013 6:05 pm

Re: Tess [Harry Potter]

Message par Elinae »

Chapitre 2


Le voyage avait été interminable et rempli de silences tendus. Aussi, Tess se sentit bien mieux lorsqu'elle posa le pied sur le quai de la gare. La nuit était déjà tombée et un vent tiède balaya ses cheveux. Elle observa autour d'elle en se rapprochant de Scorpius qui sortait à son tour. Soudain, une voix truculente retentit :
"Les premières années, par ici !"
Elle suivit la voix et Scorpius, en tentant de ne pas se prendre les pieds dans sa longue robe de sorcier. La voix appartenait à un homme, le plus grand que Tess n'ait jamais vu. Stupéfaite, elle le détailla. Il avait une longue barbe brune et broussailleuse, deux yeux noirs et un sourire bienveillant. Il portait une lanterne qui éclairait son visage d'une douce lumière dorée. Tess remarqua soudainement que tous les autres premières années s'étaient mis en marche et eut une pensée pour sa malle. Toutefois, étant donné que personne ne semblait s'en inquiéter, elle rejoignit Scorpius. Le petit garçon s'était légèrement détendu tout au long du voyage, mais elle ne voulait pas donner l'impression d'être collante. Cependant, c'était le seul première année à qui elle avait parlé et qui ne l'intimidait pas trop. Elle aurait pu rejoindre Rose, mais celle-ci était avec son cousin Albus, qui n'avait pas décroché un mot du voyage. Tout à coup, le petit troupeau qu'ils formaient s'arrêta et Tess contempla le paysage. Ils se tenaient au bord d'un lac sur lequel se reflétait la nuit étoilée. Le spectacle était magnifique, mais elle n'eut guère le temps d'en profiter. L'homme reprit la parole :
"Allons, les enfants, pressez-vous, montez dans les barques."
La petite fille se demanda un court instant si ils allaient vraiment se rendre au château en barque, croyant à une plaisanterie. Néanmoins, elle avisa Albus, au tout devant du groupe, en train d'enjamber une embarcation, si bien qu'elle fit semblant de ne pas être étonnée et s'assit avec Scorpius. Deux autres filles se trouvaient avec elle. L'une d'elle, aux cheveux blonds et aux dents légèrement écartées se présenta :
"Je suis Mathilda Kane et vous ?
- Tess, répondit timidement la petite fille.
- Oh là là ! Je suis tellement pressée d'être à Poudlard, ma sœur est en cinquième année et elle ne parle que de ça. J'espère que je serais dans une bonne maison. J'attends avec impatience la répartition et les cours de métamorphose..."
Tess cessa vite d'écouter le bavardage incessant de la fillette et observa l'eau. Elle était sombre et semblait profonde. La procession de barques avançait comme par magie, ce qui était peut-être le cas d'ailleurs, en émettant des petits clapotis. Soudain, alors que les embarcations dépassaient une butte, Scorpius tapota le bras de Tess. Elle releva la tête, surprise qu'il lui adresse la parole :
"Regarde, chuchota t-il, c'est Poudlard !
- Voilà Poudlard ! Renchérit Mathilda avec enthousiasme."
La petite fille suivit leurs regards pour découvrir un immense château, perché au dessus du lac. Elle apercevait des tourelles et des dizaines de fenêtres qui scintillaient dans la nuit. Pendant un instant, elle eut le souffle coupé. Cette situation lui semblait tellement surréaliste. Aussitôt, une autre pensée lui traversa l'esprit. Comment serait-elle censée retrouver son chemin dans cette énorme forteresse ? Elle la chassa tout de suite, décidant que le moment n'était pas propice à ce genre de considérations. Bouche bée, elle suivit le géant qui les menait jusqu'au château. Il était fermé d'une porte en bois poli, qui semblait lourde et s'ouvrit sur le visage pâle d'un homme. Les premières années se faufilèrent à l'intérieur et lorsque Tess passa le pas de la porte, elle sentit une vague de chaleur l'envahir. Elle détailla les lieux, remarquant notamment les chandeliers et les armures qui bordaient les murs. Ils semblaient être dans un hall. L'homme qui les avait accueilli se racla la gorge :
"Bonjour à tous, je suis le Professeur Londubat, le directeur adjoint de Poudlard et le directeur de la maison Gryffondor. Vous êtes probablement affamés et un bon repas vous attend dans la Grande Salle ( il fit un geste vers une autre porte ), mais nous allons tout d'abord procéder à la répartition. Suivez-moi !"
Il poussa un des lourds battants et Tess ne put retenir une exclamation d'émerveillement. Même Scorpius semblait avoir du mal à cacher sa surprise. Depuis qu'elle avait appris l'existence du monde sorcier, la petite fille avait l'impression de vivre en plein rêve. Toutefois, rien ne l'avait préparé à ça. La Grande Salle était une longue pièce. En son sein, trônaient quatre tables auxquelles étaient attablés des dizaines d'enfants et d'adolescents, tous vêtus d'une robe de sorcier. À l'extrémité, quelques adultes siégeaient derrière une table, sur une esplanade et Tess en déduit que c'étaient les professeurs. Mais le plus impressionnant était le plafond. La petite fille avait l'impression que milles bougies flottaient dans l'air, imitant un ciel plus vrai que nature. Enfin, quelques formes transparentes voletaient de part et d'autre de la Grande Salle et Tess constata avec horreur que c'étaient des fantômes, aux vêtements parfois constellés de sang. Elle déglutit et tâcha de ne pas trébucher, espérant que sa maladresse naturelle passerait inaperçue. La porte se referma derrière eux et la petite fille aperçut soudain un tabouret, devant l'esplanade, sur lequel on avait posé un vieux chapeau rapiécé et sale. Elle fronça les sourcils, se demandant si c'était un hommage un peu bizarre à un sorcier disparu. Cependant, à sa plus grande surprise, une bouche se dessina parmi les plis du couvre-chef et soudain, le chapeau se mit à chanter.

Vous vous moquez de ma laideur,
Qui n'a pourtant d'égale ma grandeur
Quand il s'agit de répartir, je suis le plus intelligent
Alors prenez place et écoutez attentivement !

Quand je prend ma décision,
Et révèle que vous êtes Lion,
Aigle, Serpent ou Blaireau,
Fiez-vous donc au jugement du Choixpeau.

À moi, vous ne pouvez rien cacher,
Alors posez moi sur votre front, écoliers,
Car lorsque je fouille votre âme
Tout le monde m'acclame !

Si vous êtes brave et téméraire,
Et que votre courage est légendaire,
Vous rejoindrez Gryffondor
Car c'est là que vont les plus forts.

Si justice et patience sont vos valeurs
Et que vous êtes loyal et toujours à l'heure,
Poufsouffle vous fera bel accueil,
Puisqu'ils ne font jamais preuve d'orgueil !

Vous aimez apprendre et savoir,
À Serdaigle, vous pourrez faire valoir
Tout votre intellect et sagesse
Car les érudits font preuve de finesse.

Si ambition et ruse vous caractérisent
Et que vous gagnez toujours la mise,
Rejoignez la maison Serpentard
Où se réunissent les plus débrouillards !

Alors nul besoin d'être apeuré,
Sur ton crâne, il suffit de me poser.
Bientôt, tu connaîtras ton refuge
Et le Choixpeau est ton seul juge.


Tess écouta attentivement, à la fois terrifiée et ébahie par l'étrange phénomène qu'était le Choixpeau. Lorsqu'il se tut, elle revint soudain à la réalité tandis que tout autour d'elle, des applaudissements retentissaient. Le bruit s'interrompit peu à peu et le Professeur Londubat empoigna le Choixpeau d'un air solennel. Il sortit un long parchemin et appela :
"Victorine Bailey !"
Une petite fille à la peau sombre s'avança en frissonnant et Tess se réjouit de ne pas être la première de l'alphabet. Le directeur adjoint posa le chapeau sur la tête de l'enfant et aussitôt, l'étrange bouche de tissu se rouvrit :
"SERDAIGLE !"
Une des tables applaudit et poussa quelques sifflements, tandis que la petite fille les rejoignait avec un sourire rayonnant. Tess tenta de suivre la répartition, mais elle se sentait de plus en plus stressée. Soudain, le Professeur Londubat appela :
"Mathilda Kane !"
Voilà, Tess pensa, ce serait son tour juste après. Mathilda s'avança, presque en sautillant d'excitation et la petite fille soupira, regrettant de ne pas posséder la même assurance. Sa camarade fut répartie à Poufsouffle et Tess sentit son ventre se tordre. Soudain, son nom retentit :
"Tess Lawrence !"
Elle se fraya tant bien que mal un chemin parmi les premières années restants, en espérant que personne ne remarquerait son trouble. Tout à coup, Tess se sentit tomber en avant et eut le temps de penser qu'elle avait marché sur son lacet. Elle s'écroula par terre et son genou cogna durement le sol. Une douleur cuisante traversa sa jambe et elle retint ses larmes. Il était hors de question qu'elle pleure devant tous ses futurs camarades. Sa chute fut suivie d'un long silence, avant que quelques rires ne retentissent à travers la Grande Salle. Elle se releva, en faisant abstraction de sa jambe douloureuse, les joues rouges de honte. Elle n'avait jamais été aussi embarrassée de sa vie. Elle marcha jusqu'au tabouret, les yeux fixés sur le sol, en évitant les regards des autres élèves. Le Professeur Londubat lui adressa un regard réconfortant et compréhensif et elle s'assit, la gorge nouée par l'angoisse. Elle sentit qu'on posait le Choixpeau sur sa tête et le silence se fit tout autour d'elle, comme si elle venait de pénétrer une bulle protectrice. Le chapeau ne sentait pas très bon, pensa t-elle. Soudain, une voix nasillarde résonna dans son esprit :
"Voyons voir, hum... intéressant... Poufsouffle te conviendrait si bien... non, ce n'est pas ce qu'il te faut... tu découvriras celle que tu es à... GRYFFONDOR !"
On lui arracha le chapeau de la tête et Tess mit une seconde à reprendre ses esprits. Des élèves se levèrent vivement pour l'applaudir à l'une des tablées et elle s'installa avec eux, hébétée. Elle avait pourtant écouté attentivement les explications de Scorpius et la chanson du Choixpeau, elle n'était pas courageuse, téméraire ou encore moins, pleine d'assurance. Elle hésita pendant un bref instant à se lever pour expliquer que le Choixpeau avait commis une erreur, mais se rendit immédiatement compte que c'était le tour de Scorpius. Il était assis sur le tabouret et le chapeau lui cachait les yeux. La pièce était très silencieuse et Tess entendit quelques murmures parmi ses camarades de maison mentionnant le nom de famille de Scorpius. Au bout d'une vingtaine de secondes, le Choixpeau ne s'était toujours pas manifesté et la petit fille commença à s'inquiéter. Et si Scorpius faisait un malaise sous le chapeau ? Qui s'en rendrait compte ? Toutefois, la voix nasillarde du Choixpeau dissipa ses inquiétudes immédiatement :
"GRYFFONDOR !"
Tess s'apprêta à imiter ses camarades et à applaudir, mais à son plus grand étonnement, la Grande Salle resta silencieuse. Scorpius se dirigea vers elle et s'assit à ses côtés. La petite fille se tourna vers lui. Il semblait mortifié, très pâle et avait les larmes aux yeux. Elle put juste l'entendre marmonner :
"Merlin, Grand-Père va me détester..."
Tess n'osa rien dire et la répartition se poursuivit. Albus Potter fut envoyé à Gryffondor où il fut accueilli par de nombreux cris de joie et Rose Weasley le rejoignit peu après, dans la maison où l'on trouvait déjà une admirable quantité de Weasley. Avec elle se clôtura la répartition et le Professeur Londubat alla s'asseoir sur l'estrade. Une femme âgée, au port de tête très noble et à l'allure vénérable, se présenta sur le devant de l'esplanade. Elle portait une robe de sorcier en velours vert et un chapeau assorti, le tout de très mauvais goût. Elle adressa un regard glacial aux quelques élèves qui parlaient encore et prit la parole d'un ton solennel :
"Chers élèves, je suis heureuse de vous accueillir à Poudlard pour cette nouvelle année. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis la Professeure McGonagall, la Directrice de cette école. J'attends beaucoup de sérieux de votre part cette année, notamment en ce qui concerne les élèves de cinquième année et de septième année. Je tiens à vous rappeler, à tous et à toutes, que Poudlard est le lieu où l'on crée des amitiés, mais également le lieu où l'on travaille pour passer ses examens. Comme chaque année, les entorses au réglement ne seront pas tolérées, mais vos professeurs reviendront sur celui-ci en cours. Je vous souhaite une bonne année. Bon appétit !"
Elle reprit sa place sur le siège central de la table des professeurs et sous les yeux stupéfaits de Tess, des plats à l'allure délicieuse apparurent sur chaque tablée. Ébahie, elle jeta un œil à son verre, vide quelques instants auparavant et maintenant rempli d'un jus à la couleur orangée. Voyant que ses camarades se servaient, elle les imita et versa des pommes de terre dans son assiette. Elle se tourna en souriant vers Scorpius, mais celui-ci avait repoussé son assiette, les yeux dans le vague.

Alors que Tess sortait de la grande salle pour se rendre aux dortoirs en se demandant comment elle allait trouver le chemin, une jeune fille blonde la dépassa en criant :
"Les premières années de Gryffondor, par ici ! Veuillez me suivre ! Je suis Victoire Weasley, la préfète en chef, si vous avez la moindre question, c'est à moi qu'il faut s'adresser."
Tess lui jeta un regard admiratif. La jeune fille avait de longs cheveux et un visage très fin et gracieux. Elle portait une robe de sorcier et une cravate aux couleurs de Gryffondor et on discernait sur sa poitrine une insigne de préfète en chef. La petite fille prit la même direction que ses camarades, Scorpius, toujours mutique, à ses côtés. Elle n'était pas sûre de comprendre pourquoi ils s'accrochaient l'un à l'autre, mais elle préférait toujours ça qu'être seule. Ils s'arrêtèrent devant une cage d'escalier et Victoire reprit la parole :
"Faites attention aux escaliers, ils peuvent être très farceurs !"
Tess crut à une blague, mais comme trop souvent ces jours-ci, la préfète conserva une mine impassible et continua :
"Bien, tout le monde est là ? Très bien. Essayez de mémoriser le chemin !"
C'était plus facile à dire qu'à faire, et quelques minutes plus tard, Tess avait perdu le compte des couloirs qu'elle avait traversé. Le château était un vrai labyrinthe, autrement dit, un cauchemar pour la petite fille. Soudain, le groupe de premières années se stoppa devant un tableau qui semblait, d'apparence, tout à fait normal. Cependant, la femme grassouillette représentée s'anima soudainement et demanda, causant un sursaut à Tess :
"Le mot de passe, je vous prie ?
- Mare Salis, répondit du tac-au-tac la préfète en chef."
Elle poussa le tableau, révélant un passage et se tourna vers les premières années :
"Voici notre salle commune !"
Les premières années la suivirent tour à tour et Tess pénétra parmi les derniers, découvrant un spectacle agréable. La salle commune des Gryffondor était ronde et on y trouvait de nombreux fauteuils. Un feu grésillait dans la cheminée et toute la pièce baignait dans une lumière dorée. Victoire se plaça devant eux et posa une pile de papier sur une table :
"Voici vos emplois du temps, ne les perdez pas. En ce qui concerne vos chambres, elles sont au premier étage, les garçons par ici ( elle désigna un escalier ) et les filles par là ( elle pointa du doigt d'autres marches ). Les années suivent les étages, les deuxièmes années au deuxième étage etc. Vos affaires sont dans vos chambres et je vous encourage à aller vous coucher."
Elle leur adressa un dernier sourire et rejoignit d'autres adolescents plus âgés, assis sur un canapé. Tess trottina jusqu'à la table et attrapa un emploi du temps. Elle le détailla quelques instants et ne put retenir un sourire à la vue des noms de matières tels que "Potions" ou "Métamorphose". Le lendemain matin, elle commencerait par Botanique. Elle réprima un baîllement et adressa un dernier regard à Scorpius qui se dirigeait vers les dortoirs, les épaules basses. Soudain, une petite main l'attrapa par le poignet et elle sursauta en se retournant. Ce n'était que Rose, qui lui souriait de toutes ses dents :
"Allez, Tess, allons découvrir notre dortoir !"
La petite fille hocha la tête, en souriant à son tour. Comme Victoire l'avait expliqué, la porte du dortoir des Premières années se situaient au premier étage et Tess songea aux septièmes années qui devaient, tous les jours, monter tout en haut de la tour. Rose poussa le battant qui s'ouvrit sur une pièce ronde au sein de laquelle se trouvait cinq lits arborant des rideaux rouges écarlates. À l'opposé de la porte, Tess reconnut sa malle, posée contre l'un des lits et alla s'y installer. Rose se jeta sur le lit à la gauche du sien en s'exclamant :
"Nous sommes à côtés, c'est trop cool !"
Alors que Tess ouvrait ses bagages, la porte se rouvrit sur trois autres petites filles. Elle rougit et se releva d'un pas gauche, sa chute dans la Grande Salle lui revenant à l'esprit. L'une d'elle s'avança dans la pièce pour se présenter :
"Je m'appelle Violette Davies et vous ?
- Moi, c'est Rose Weasley."
Les yeux de la petite fille s'écarquillèrent et Tess remarqua l'air mal à l'aise de Rose. Cependant, Violette ne fit pas de remarque et s'assit sur l'un des lits. Les deux autres se prénommaient Romane et Inès. Cette dernière était née-moldue et Tess se radoucit en osant enfin se présenter. Elles bavardèrent en enfilant leurs pyjamas, puis fatiguées, décidèrent d'un commun accord de se coucher. Lorsqu'elle fut dans le noir, derrière ses rideaux, et allongée sous ses draps, Tess osa enfin repenser à sa maison. Le petit visage de Cécil apparut dans son esprit et elle imagina sa chambre, si familière et rassurante. À Poudlard, son lit était confortable et ses rideaux lui assuraient un peu d'intimité, mais ils n'avaient pas l'odeur de son chez elle.
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2563
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Tess [Harry Potter]

Message par cochyo »

Chapitre sympathique !
Scorpiusza Gryfondor un peu couru mais je m’attendais vraiment à la voire a Poufsoufle je ne sais pas pourquoi...
Juste un détail, Hagrid ayant 87 ans sa barba peut difficilement être noire ;)
Elinae

Profil sur Booknode

Messages : 88
Inscription : jeu. 21 févr., 2013 6:05 pm

Re: Tess [Harry Potter]

Message par Elinae »

cochyo a écrit :Chapitre sympathique !
Scorpiusza Gryfondor un peu couru mais je m’attendais vraiment à la voire a Poufsoufle je ne sais pas pourquoi...
Juste un détail, Hagrid ayant 87 ans sa barba peut difficilement être noire ;)
Merci :)
Ah oui ! J'avais complètement zappé ! C'est un personnage tellement iconique que j'ai du mal à l'imaginer autrement...
Répondre

Revenir à « Fanfiction »