Définition de la littérature Jeunesse

Discutez ici de tout ce qui concerne la littérature et qui ne se classe dans aucune autre section !
Répondre
theyoubot

Profil sur Booknode

Messages : 365
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : mar. 18 févr., 2020 11:42 pm
Contact :

Définition de la littérature Jeunesse

Message par theyoubot »

Ce topic est plus destiné aux personnes qui n'ont plus "l'âge" de lire des romans Jeunesse (même s'il n'y a pas d'âge)



DÉFINITION
La littérature jeunesse


Image

On peut distinguer deux tranches d'âge
- les livres pour enfants
- la littérature pour adolescents (ou, mettons, pour les 11-17 ans, grosso modo)

La première me semble facile à définir. Mais comment définir la seconde ?
Elle ne se distingue de la littérature en général ni par des textes plus courts, ni par une limitation à certains genres littéraires, ni par un style spécifique.
Ni même par le lectorat (pas de façon tranchée en tous cas). Certains long métrages d'animation de Pixar visent d'abord un public jeune mais peuvent plaire aux adultes. De même, certains romans jeunesse peuvent être appréciés par un public adulte.


C'est un genre que je connais mal. J'ignore si je peux émettre quinze ans plus tard un jugement d'adulte sur des souvenirs fragmentaires de jeune ado. Mais si c'est le cas, je dirais que les romans pour ados présentent 3 caractéristiques :
- des intrigues émotionnelles clichées, des personnages unidimensionnels
- des tocades amoureuses autour de premiers baisers. Avec timidité, trac, brouilles et jalousie basées sur qui parle à qui ou qui tient la main de qui.
- des fins prévisibles

Qu'en pensez vous ?

Image


PS : au vu de ma définition, on voit que j'exclus ici les romans qui parlent sur un ton adulte de l'enfance ou de l'adolescence. En particulier, je ne considère pas des romans qui jettent un regard d'adulte sur le point de vue d'un enfant ou d'un adolescent. Comme par exemple Quatre soeurs, de Malika Ferdjoukh. Par "ton adulte", j'entends un second niveau de lecture - humoristique ou touchant - qui échappe au protagoniste et vise un lecteur adulte. Mais aussi une psychologie nuancée, une intrigue plus réaliste ..
________________________________________________
Je recherche des romans avec ces 4 qualités / Ma présentation
theyoubot

Profil sur Booknode

Messages : 365
Inscription : mar. 18 févr., 2020 11:42 pm
Contact :

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par theyoubot »

Bloulou

Profil sur Booknode

Messages : 97
Inscription : sam. 25 janv., 2020 1:44 pm

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par Bloulou »

Alors, je suis encore une lectrice de jeunesse. Je n'avais pas encore publié mon avis sur ce sujet, à cause de cela mais bon... comme personne ne se lance.

Si nous prenons le problème dans l'autre sens, on pourrait se demander : En quoi la littérature jeunesse diffère-t-elle de la littérature adulte ?

Comme tu le dis si bien, il n'y a pas de marqueurs évidents, sauf l'age des protagonistes, ou le fameux "à lire à partir de 12 ans" sur la quatrième de couverture.

Il faut savoir, que je pense que la littérature jeunesse est une sorte de livres qui visent un public donné. Et donc, l'auteur utilise les clichés, personnages unidimensionnels, timidité, trac...

Pourquoi ?
Parce que c'est ce qui parle à son public !

Les années de l’adolescence sont des années de changement, durant lesquelles on apprend à ce connaitre, a s'accepter... Avec nos nouvelles différences physique, et l'attirance avec les personnes du sexe opposé.

C'est pourquoi, évidemment qu'il y a des moments gênés entre les personnages. Je ne sais pas si tu te souviens bien de ta propre adolescence, mais c'est un peu comme cela.

Pour mettre en évidence ses thèmes, l'auteur les exacerbe et les rend plus voyant. D'où le cliché.

Cette partie fait donc évidemment souffler les lecteurs adultes qui, eux, sont bien dans leur peau et n'ont plus ce genre de problèmes.

Pour les fins prévisibles, disons que d'une certaine façon, le but de l'auteur n'est pas de dégoutter des adolescents/jeunes adultes de la vie. Mais de leur dire qu'il y a de l'espoir.

Passons ensuite à la différence entre la littérature "adulte" et adolescente. A mon avis, il y a un age pour tout. Et à chaque tranche d'age , une manière pour le dire sans que ça choque trop. Les livres adultes se permettent d'aborder des thèmes d'une façon qu'on ne peut aborder avec des livres ados. Plus crument et avec un sens plus proche de la réalité. (Je pense notamment à tout ce qui est relations sexuels, viols, torture...)

Il y a évidement des livres jeunesse incroyables, qu'on peut lire à tout age sans trouver cela "bébé" à cause des éléments jeunesse car ils sont mis en arrière plan.

Après, tout dépend si tu trouvais déjà cela cliché lorsque tu étais adolescente. Il faut alors peut être se poser d'autres questions si c'est le cas. Peut être étais tu plus mature que la plupart au même age ?

Pour résumer :

Les livres pour ados sont des livres qui répondent aux questions et envies du public qu'il vise : les ados. c'est pourquoi, d'un regard adulte ses livres peuvent paraitre ternes, clichés.

Si tu veux mon avis, les clichés et autres éléments que tu décrit ne sont pas spécifiques aux livres ados, tout dépend de la façon dont l'auteur aborde les thèmes du livre.

C'était un peu long, mais j'espère avoir répondu à ta question.
DeadlySin

Profil sur Booknode

Messages : 531
Inscription : lun. 27 août, 2012 12:41 pm

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par DeadlySin »

Je suis assez d'accord avec l'ensemble de ta réponse bloulou et surtout avec ceci.
Bloulou a écrit : lun. 25 janv., 2021 6:11 pm Il faut savoir, que je pense que la littérature jeunesse est une sorte de livres qui visent un public donné.
Les thèmes et la manière de les aborder n'est pas un bon indicateur pour distinguer littérature jeunesse, pour adolescents et pour adultes car aucun thème n'est l'apanage d'une de ces catégories. Mort, (premier) amour, maladie, guerre, timidité, rivalité, sexualité etc., on peut les trouver dans n'importe quels livres et abordés d'un peu de toutes les manières...

La meilleure solution pour distinguer les livres entre jeunesse, adolescence et âge adulte est d'interroger l'intention de l'auteur : à qui adresse-t-il son livre ? Souhaite-t-il s'adresser à des adultes ou veut-il plutôt parler à des enfants ou à des adolescents ?
myosotis02

Profil sur Booknode

Messages : 183
Inscription : mar. 01 avr., 2014 9:51 pm

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par myosotis02 »

Bonjour,

Je suis assez peu d'accord avec ta définition du roman jeunesse. Pour moi, les 3 éléments que tu proposes sont assez négatifs et s'ils existent dans les livres jeunesses, il n'en sont pas les caractéristiques principales, et heureusement.

Je propose ici un bout de texte signé par Pierre Bottero, lequel a dû, je pense, passer plus de temps que nous à s'interroger sur la définition de la littérature jeunesse. Mon avis sur la question est à peu près le même et je ne saurais pas l'exprimer mieux que lui, je vous laisse donc avec ça.
Le Pacte des Marchombres, j’ai déjà eu l’occasion de le dire, est d’abord paru dans une collection destinée à la jeunesse. Cela signifie-t-il qu’il s’agit d’un ouvrage réservé aux adolescents que les adultes doivent s’abstenir d’ouvrir ?

[…]

Je suis persuadé depuis longtemps qu’un roman « jeunesse » est un roman qui peut être lu par des jeunes mais qui ne leur est pas réservé. Très souvent ouvrage à niveaux de lectures multiples, chaque lecteur, jeune ou moins jeune, y pioche ce dont il a besoin, ce qu’il est capable de comprendre, d’apprécier.
Mieux que ça, chaque lecteur adulte y gagne la possibilité de lire un texte à la fluidité travaillée, écrit par un auteur qui s’est interdit pesants effets de style et tournures alambiquées destinées à prouver son statut d’intellectuel. Non, je ne me vante pas, je défends une littérature de qualité qui, heureusement, n’est plus décriée aujourd’hui que par les grincheux et les pédants.
Auteur jeunesse, j’ai découvert au fil de mes histoires que je pouvais complexifier leur fond et leur forme sans perdre les lecteurs auxquels elles étaient d’abord destinées, tout en m’ouvrant à un nouveau public, plus âgé. […]

Cela signifie-t-il qu’écrire pour la jeunesse ne comporte aucune contrainte ?
Non, bien sûr. Des contraintes existent, à commencer par celle évoquée plus haut et qui consiste à donner vie à des textes les plus fluides possibles, écrits dans une langue qui, juste et sans concession, n’en demeure pas moins accessible.
Autre contrainte : toujours garder en tête que l’auteur doit à son lecteur le respect le plus absolu. Si celle-là pouvait être généralisée, nous serions tous gagnants, non ?
theyoubot

Profil sur Booknode

Messages : 365
Inscription : mar. 18 févr., 2020 11:42 pm
Contact :

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par theyoubot »

Pierre Botterro a écrit :ouvrage à niveaux de lectures multiples, chaque lecteur, jeune ou moins jeune, y pioche ce dont il a besoin
C'est reculer pour mieux sauter. Dans un tel roman, la question du topic reste entière concernant le niveau de lecture qui vise les jeunes. Quelles sont les caractéristiques spécifiques de ce niveau de lecture "Jeunesse" ?


Bloulou a écrit :C'était un peu long, mais j'espère avoir répondu à ta question.
C'était une très bonne réponse. Je t'en remercie.


Bloulou a écrit :Les livres pour ados sont des livres qui répondent aux questions et envies du public qu'il vise
Sur un autre forum, on m'a répondue que les romans Jeunesse avaient pour caractéristique fréquente de traiter de problématiques d'ados :
- le cadre d'un établissement d'enseignement (enseignement normal, ou enseignement de disciplines autres, militaires, surnaturelles etc. mais toujours avec des classes, des profs, des inimitiés entre élèves etc.)
- flirts chastes et maladroits
- regard d'ado sur des problèmes familiaux (divorce, décès, problèmes financiers)


DeadlySin a écrit :interroger l'intention de l'auteur : (...) veut-il plutôt parler à des enfants ou à des adolescents ?
Les romans Jeunesse, classés comme tels par les éditeurs et les libraires, ont de toutes évidences des caractéristiques propres. Il est probable que certains ouvrages se sont trouvés catalogués ainsi malgré l'intention de l'auteur de s'adresser à un public plus âgé. Ou le contraire. Cela ne me dérange pas. Je me pose la question sur l'étiquette "Romans Jeunesse" effective, finale. Sur les rayonnages de nos librairies : que recouvre-t-elle ?


________________________________________________
Je recherche des romans avec ces 4 qualités / Ma présentation
x-Key

Profil sur Booknode

Messages : 5158
Inscription : ven. 17 sept., 2010 10:18 pm
Contact :

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par x-Key »

J'ai réalisé cette année un dossier sur la littérature jeunesse dans le cadre d'un cours sur l'édition. Pour le moment, je trouve tes quelques idées sur le genre peu représentatives.

Je n'ai pas trop le temps de m'éparpiller, alors simplement pour revenir sur certaines points que tu énumères :

♦ « ni par une limitation à certains genres littéraires » : Déjà, toi-même en mettant une image de la couverture d'Harry Potter, tu montres que si, il y a des genres de prédilection dans la littérature jeunesse. Tu as pensé "Littérature jeunesse" et tu as pensé "Harry Potter". C'est vrai que l'appartenance au fantastique ou à la fantasy ne range pas obligatoirement un livre dans la littérature jeunesse (et inversement toute la jeunesse n'est pas de l'imaginaire), par contre, depuis 1995, le succès des séries comme Harry Potter a produit une rupture dans le paysage de la littérature jeunesse avec l'émergence d'une thématique nouvelle avec le fantastique et la fantasy. Et depuis les années 2000, il y a une vraie hégémonie de la littérature de l'imaginaire dans la littérature jeunesse. Alors il n'y a certes pas que ça, mais ce n'est pas anodin si on pense à des séries comme Harry Potter, Héros de l'Olympe ou Gardiens des cités perdues quand on parle de littérature jeunesse.

Il y a l'étude du CNL de 2016 sur les Jeunes et la lecture qui va dans ce sens aussi :
– Les jeunes lecteurs lisent entre 2 et 3 genres de livres en moyenne : 55% lisent des romans et 53% lisent des bande dessinées, ce qui fait du roman et de la BD les deux genres les plus lus par les 7-19 ans
– Les thèmes majoritaires des romans pour cette tranche d'âge sont la littérature de l'imaginaire (avec la Science-fiction et Fantasy), l'aventure et les polars (pour les plus grands)


♦ « - des intrigues émotionnelles clichées, des personnages unidimensionnels
- des tocades amoureuses autour de premiers baisers. Avec timidité, trac, brouilles et jalousie basées sur qui parle à qui ou qui tient la main de qui.
- des fins prévisibles » : Je t'avoue que ces points m'ont fait sourire, car dans mon étude de la littérature jeunesse, ce sont des remarques que j'ai retrouvé dans les critiques faites du genre... au 19e siècle. La littérature jeunesse était alors un genre très déprécié, on trouvait les textes peu qualitatifs, avec une écriture et des personnages sans profondeur car on jugeait que les enfants n'étaient de toute façon pas adaptes à saisir la profondeur d'un texte et plus globalement de l'art de la littérature.


♦ Pour avoir une idée de thématiques plus précises, en me basant sur différentes sources :

→ SLPJ Montreuil 2017 : Rencontre Imag(in)er l’enfance et l’adolescence : l’auteur jeunesse, passager clandestin ? En présence de trois autrices qui ont abordé les thématiques dont elles aimaient parler dans leurs livres :
– Claudine Desmarteau (autrice et illustratrice) : Pas envie de délivrer des messages en particulier mais elle a remarqué que de façon inconsciente, c'est toujours les thèmes du libre-arbitre, de la liberté et de sa recherche qu'elle abordait
– Sylvaine Jaoui (autrice) : Ses thématiques de prédilections sont l'adolescence, les ados d'aujourd'hui, l'âge des possibles, les relations familiales (les adolescents de ses histoires sont toujours entourés de parents, grands-parents) ; elle expliquait qu'elle avait le désir de montrer aux adolescents que quelqu'un connaît leurs difficultés et qu'il est possible de trouver sa voie
– Bilan : Trois autrices qui soulignent l'importance et la dominance dans leurs livres des thématiques qui parlent aux enfants et aux adolescents, qui peuvent les aider dans leur construction, dans leurs questionnements et qui leur montrent qu'ils ne sont pas seuls dans leurs interrogations et qu'on peut les comprendre.

Je cherche un livre pour un enfant - Guide des livres pour enfants, de la naissance à 7 ans de Sophie Van der Linden (Elle y liste les grandes thématiques que l'on retrouve en litté jeunesse)
– Des histoires imaginaires pour s'évader
– Le domaine du sentiment : comment déclarer sa flamme, comment savoir si on est aimé, comment trouver sa place dans un groupe → des thématiques qui intéressent les jeunes au moment de l'adolescence surtout
– Des histoires réalistes dans lesquelles ils peuvent se projeter, comprendre qu'ils ne sont pas seuls à faire face à des questions compliquées
– Regarder différemment des évènements réels : intérêt historique, découvrir l'Histoire et le monde à travers des personnages de différentes époques, de différents lieux



:arrow: Voilà rapidement ce que je peux dire sur le genre. Le Mooc Littérature jeunesse disponible sur la plateforme JobsatSkills est très intéressant pour approfondir sur l'histoire du genre, ses acteurs, ses problématiques... Et sinon, d'un point de vue plus personnel, je ne sépare pas la littérature jeunesse du qualitatif. À te lire, et c'est peut-être juste maladroit de ta part, la littérature jeunesse se résumerait à des personnages, intrigues et sujets sans profondeur. Je pense que ce n'est pas le cas, que la littérature jeunesse est brillante par sa capacité à aborder des sujets importants tout en gardant sa capacité à divertir. Il y a forcément des œuvres qui sont plus ou moins bien écrites que d'autres, dont les messages sont plus pertinents ou mieux exprimés, mais je ne ferai pas une généralité en disant que la littérature jeunesse recoupe clichés, fins prévisibles et chicaneries amoureuses. C'est beaucoup trop réducteur. Après, il y a aussi la question de la production commerciale, de ce qui est le plus mis en avant, ce qui marche le mieux et la question de si c'est forcément le plus "qualitatif" qui se vend le plus/est le plus mis en lumière. À ce point j'ai peu de réponse parce que je connais mal le marché de la littérature jeunesse. Le CNL est actuellement en train de faire une enquête sur l'économie de la filière du livre jeunesse, elle n'est pas encore disponible mais donnera peut-être un aperçu de ce qui est le plus vendu et pourquoi.
theyoubot

Profil sur Booknode

Messages : 365
Inscription : mar. 18 févr., 2020 11:42 pm
Contact :

Re: Définition de la littérature Jeunesse

Message par theyoubot »

Merci pour tes réponses. Elles éclairent un peu ma lanterne.

x-Key a écrit :À te lire, et c'est peut-être juste maladroit de ta part, la littérature jeunesse se résumerait à des personnages, intrigues et sujets sans profondeur
À me lire, on a l'impression que je garde des souvenirs fragmentaires de mes lectures de jeunesse et que je serais bien en peine de la définir. Et si mes vagues souvenirs - confortés par quelques relectures à l'âge adulte - m'inclinent à penser qu'il s'agit de récits stéréotypés, je sais que je ne peux pas me fier à cette impression. Ce topic a pour but de recueillir des avis plus qualifiés que les miens sur le sujet.


x-Key a écrit :depuis les années 2000, il y a une vraie hégémonie de la littérature de l'imaginaire dans la littérature jeunesse
Voici un angle intéressant : sachant que le roman jeunesse n'a pas - du tout - le monopole de ces genres, le roman jeunesse a-t-il des caractéristiques qui permettent de le reconnaître comme tel quand il se situe dans le registre de la fantasy ou de la SF ?
Par exemple, le cas Hunger Games donne matière à réflexion.


x-Key a écrit : l'étude du CNL de 2016 sur les Jeunes et la lecture qui va dans ce sens
Oui et c'est confirmé par l'étude CNL IPSOS 2019 que j'ai abondamment citée dans cette section du forum, sur divers sujets.


x-Key a écrit :Je t'avoue que ces points m'ont fait sourire
Certes, mais sont ils faux ou fondés ? Et surtout, pourquoi ?


x-Key a écrit :Claudine Desmarteau (...) thèmes du libre-arbitre, de la liberté et de sa recherche
Même remarque que pour la SFF. Le roman jeunesse n'a pas, loin s'en faut, le monopole des thèmes autour du libre-arbitre et de la liberté. Qu'est ce qui classe les récits de Claudine Desmarteau en Jeunesse ?


x-Key a écrit :Sylvaine Jaoui (autrice) : Ses thématiques de prédilections sont l'adolescence, les ados d'aujourd'hui, l'âge des possibles, les relations familiales (les adolescents de ses histoires sont toujours entourés de parents, grands-parents) ; elle expliquait qu'elle avait le désir de montrer aux adolescents que quelqu'un connaît leurs difficultés et qu'il est possible de trouver sa voie
Oui, ça rejoint de nombreuses réponses que j'ai obtenues dans ce sens. Ça me semble assez caractéristique de la littérature Jeunesse.


x-Key a écrit :Le domaine du sentiment : comment déclarer sa flamme, comment savoir si on est aimé, comment trouver sa place dans un groupe → des thématiques qui intéressent les jeunes au moment de l'adolescence surtout
Pareil. Ça colle avec mes souvenirs.


Merci encore pour ton intervention.
________________________________________________
Je recherche des romans avec ces 4 qualités / Ma présentation
Répondre

Revenir à « Discussions Littéraires »