Une histoire fictive (histoire, malheur, mort)

Postez ici tous vos écrits en une partie !
Répondre
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 734
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Une histoire fictive (histoire, malheur, mort)

Message par Jules-cesar »

Été 1959,

Des monsieurs sont venus nous chercher à l'orfelinat. Ils ont d'abord emmené les grands et il y a un mois ils sont revenus. Henry est parti avec eux. Ainsi que Charlie. Le ciel de Londres est devenu gris.

Printemps 1960,

Les monsieurs sont revenus. Ils m'ont pris par la main et je n'ai pas résisté. Et maintenant on est sur la mer. Le bateau tangue beaucoup. Nos amis et nos frères et sœurs nous manquent à tous. Jake dit que lui s'en fiche et fait son malin mais chaque soir je l'entends pleurer. Moi aussi j'ai envie de revoir mon frère. Je n'arrête pas de vomir. On ne nous adresse presque jamais la parole. Juste pour nous dire qu'on pue. Mais ça on le sait déjà. C'est normal de puer si on ne nous donne pas de vêtements de rechange.

Été 1960,


Ça fait un mois que je suis au ranch. Quand on a accosté ils nous ont séparés. Seul Jake est resté avec moi. D'autres sont arrivés par la mer eux aussi. Ils sont venus avec nous. Et on nous a emmenés ici. Au ranch Morton. On dort tous ensemble dans la vieille grange. Le Maître est méchant. Si on ne fait pas bien son travail c'est 10 coups de ceinture. Jake en a eu plein. Il a des cicatrices. Moi j'essaie de rester à part de tout ça. Hier, un garçon a désobéi et pour manifester son mécontentement il est resté assis toute la journée. Le soir, on a entendu ses hurlements et les coups de ceinture cinglant. Cent. C'est là où je me suis arrêté de compter. Ce matin, une camionnette est venue le chercher. "Il s'est fait mal en bêchant la terre." A menti monsieur Morton quand on a sorti la civière. Et personne de nous tous n'a réagi. On est restés plantés comme des souches. Et j'ai pleuré en cachette. C'est injuste.

Automne 1960,

Jake a tenté de s'enfuir. Le Maître a lancé ses chiens à sa poursuite dans le bush land et est monté à cheval. Les charognards sont arrivés peu après. On a jamais su ce qu'il lui était arrivé. D'autres on essayé. Il s'est passé la même chose. Sauf pour un. Le Maître est rentré furieux et a passé sa rage sur un des plus grands. Ce soir c'est mon tour. Je me suis arrangé avec Wiliam. Il vole les chevaux, je m'occupe de la nourriture. J'ai trouvé du saucisson sec et un grande gourde. On part à minuit.

00h27,

J'entends les chiens qui aboient. Je tourne la tête. Une silhouette. Avec un fusils. Je crie à Wiliam d'accélérer. Ils nous rattrapent. Le cheval prend peur. Il se cabre et je tombe. Au-dessus de moi, des babines ouvertes laissent paraitre de longs crocs jaunis. Je sens ma fin venir. Un coup de feu retentit. Je relève ma tête au mauvais moment. Et je me demande pourquoi. Pourquoi moi ? Pourquoi ici ? Pourquoi dans ces circonstances ? Ma tête bascula sur le côté et heurta le sol sec de cette terre d'Australie.
Répondre

Revenir à « Autres textes en une partie »