Un sachet de cyanure et une retraite

Postez ici tous vos écrits en une partie !
Répondre
Jules-cesar

Profil sur Booknode

Messages : 734
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : dim. 02 déc., 2018 10:09 am

Un sachet de cyanure et une retraite

Message par Jules-cesar »

Je l'avais décidé. Je choisirais quand je mourrais et je n'attendrais pas la démence à corps de Lewy. J'avais déjà tout prévu, le sachet, la lettre d'adieu et le testament, ne restait plus qu'à le faire. Je sortis la cyanure de ma table de nuit et alors que je m'apprêtais à déchirer le fin papier qui l'enveloppait lorsqu'on sonna.
- Je vous en prie entrez, répondis-je de ma voix de vieille femme en cachant prestement le poison.
- Mamie ! Tu ne dois pas te lever ! Le médecin a bien dit qu'il ne fallait pas faire d'efforts !
Avec tendresse et nostalgie, je regardai ma petite-fille et lui sourit d'un air contrit.
- Élisa ! Tu viens voir ta vieille grand-mère dans sa nouvelle maison de retraite ? Je penchai la tête et regardai derrière elle. Tu... tu n'es pas venue avec tes enfants ?
L'air embarrassée, la jeune femme détourna les yeux.
- Ils sont fatigués, tu sais, avec Noël, le Nouvel An, et l'anniversaire de Louise... finit-elle par dire.
Élisa s'affala sur un grand fauteuil orné de velours vert.
- Trop de boulot en ces temps-ci ? m'inquiétai-je.
- Mon patron m'a licencié, marmonna-t-elle avec amertume.
- Oh ! Désolée...
Elle me sourit tristement puis fouilla dans sa petite sacoche bordeaux. Après en avoir sorti plusieurs objets insolites tels qu'une chaussette, un puzzle miniature ainsi que les partitions de célèbres inventions de Jean-Sébastien Bach, elle trouva enfin ce qu'elle cherchait. Une photo de toute ma famille rassemblés pour le Nouvel An. Je lui demandai de l'aide pour reconnaître les personnes présentes dessus.
- Là c'est moi avec Martin, Robin et Louise, à côté de nous, Fred et Éléonore avec leur enfant Matt, ici c'est les Lambert : Sophie et son mari Christophe et leurs quatre bambins Emma, Juliette, Amélie et Arthur, et enfin ma sœur cadette Caroline et son compagnon Michaël.
Elle me tendit fièrement la photo, comme un enfant de 7 ans l'aurait fait avec un dessin.
- J'ai écris la date et les prénoms au verso, je la pose sur ton bureau.
J'acquiesçai puis me retournai pour prendre mon verre d'eau sur la table la commode de la télévision quand je fus prise de spasmes violents, l'eau se renversa sur moi et je me mis à tousser encore plus fort.
- Mamie ! Oh mon Dieu !
Elle appuya nerveusement sur la sonnette d'alarme et m'allongea sur mon lit.
- J'arrive, je vais te chercher ton inhalateur.
N'ayant plus la force de dire quoi que ce soit, je ne répondis pas et attendis que le bruit de ses talons aiguille ait disparus. Ensuite, je me précipitai sur ma table de nuit et me saisis de la lettre et la collai bien en évidence sur le devant de mon lit. Ensuite, je pris le sachet, déchirai le fin papier et jetai le tout dans ma bouche. J'eus juste le temps de voir Élisa entrer avant de m'effondrer sur le sol et de passer de vie à trépas.
Répondre

Revenir à « Autres textes en une partie »