Il était une fois... [Harry Potter]

Vous écrivez une fan fiction et vous voulez la partager avec la communauté Booknode? Faire vivre à vos personnages favoris des aventures inédites?
Alors postez vos textes ici afin qu'ils soient bien différenciés des essais classiques tout droit sortis de l'imaginaire d'autres booknautes.
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2567
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par cochyo »

Bonjours a tous ! Comment allez vous ? Je tiens encore à vous remercier pour vos magnifiques commentaires. Je vous avoue ne pas y répondre car je ne sais pas comment réagir. Ceux qui me connaissent un peu savent que je ne suis guère prolixe et répondre 2-3 mots alors que ça me transporte littéralement de joie me semble plus indécent que de ne pas répondre... Bref aidez moi :lol:
Sinon, ceci n'est PAS le chapitre ( milles excuses !! :oops: :? ) mais une idée qui me travaille depuis un bout de temps. J'ai pensé créer un autre sujet puis je me suis dis que comme c'est encore sur fond historique on peut le mettre dans Il était une fois...
Bref ! Nous sommes en 1666 dans les souterrains de Londres, une assemblée extraordinaire s'est réunie. Une assemblée, magique



Ils sont parmis nous - 1/2

Un grand brouhaha se levait dans la pièce.
C’était une grande pièce circulaire avec des gradins tout autour d’un cercle central de plusieurs mètres de diamètre. La salle était à son comble. Des gens vêtus de grandes capes noires et de hauts chapeaux, criaient en faisant des grands gestes, et pour certains s’invectivaient même d’un bout à l’autre de la salle.
Un homme aussi court que rouge de colère se disputait violemment avec sa voisine qui le toisait de haut. Subitement, le chapeau de la sorcière s’enflamma. En quelques instants une empoignade s’en suivit dans cette partie de l’hémicycle.
L’homme qui se tenait au centre du cercle, tentait vainement de se faire entendre et essayait d’en appeler à la raison, tout en essayant d’éteindre le feu sur son écharpe.
Un sorcier était assis au premier rang, comme indifférent à l’agitation ambiante. Il était grand, mince, avec des yeux d’un bleu délavé qui semblaient sonder l’âme de son interlocuteur. Au premier rang
Il regardait fixement l’homme à l’écharpe brûlé.
Avec un infime soupir, il se leva doucement comme l’aurait fait un félin devant sa proie condamnée.
Peu à peu, la salle devint silencieuse, habitée seulement par des chuchotements qui n’appartenaient qu’aux gradins.

⁃ Je vous avoue, murmura l’homme, que je suis assez perplexe. Vous semblez considérer comme naturel le fait de se terrer dans des cachettes afin de fuir un ennemi que l’on pourrait vaincre facilement.

L’homme a l’écharpe brûlée se dressa de toute sa modeste hauteur, quelque peu gâchée par un embonpoint allant de paire avec le confort.
⁃ Sachez, monsieur black, que votre intervention ne me surprend pas le moins du monde. Je ne saurais quoi attendre d’autre de la part d’un anti moldu notoire. Néanmoins, je vais répéter mes arguments encore une fois afin d’être entendu de tous, car il me semble évident que si votre intervention est aussi malsaine que prévisible, elle aura eu au moins le mérite de faire taire cette noble assemblée.
Malacius Black laissa paraître un petit rictus méprisant qui montrait clairement ce qu’il pensait desdits arguments.
⁃ Comme je le disais, continua James Figg, il ne s’agit pas de se cacher par peur. Mais il est vrai que les relations avec les moldus sont devenus de plus en plus intenable, et en particulier ces dernières années ! Or, les moldus eux-mêmes se cachent entre lorsqu’une minorité est persécutée par une majorité. À titre d’exemple, les juifs espagnoles qui entre dans la clandestinité à cause de l’inquisition ou bien encore les protestants en France suite à la Saint-Barthélemy. Ce sont malheureusement les seuls exemples que je peux citer devant des gens comme Monsieur black qui ont une connaissance et un intérêt du monde moldu plutôt limité et étriqué.
Cette déclaration n’eut pour seule conséquence qu’un léger froncement de sourcils de la part de son ennemi et des chuchotements plus fourni dans l’assemblée.
⁃ Aussi, continua-t-il, il nous faut appliquer la même méthode. De nombreux pays à travers le monde réfléchisse également à une telle éventualité. Il nous faudrait mettre une loi qui irait au-delà de nos frontières, au-delà des pays et qui toucherait toute la communauté magique. En tant que sorciers et sorcières, et détenteur d’un savoir ancestral, nous avons le devoir de nous ériger en tant que protecteur du monde magique vis-à-vis du monde non magique. Bien sûr, nous pourrions leur déclarer la guerre ouverte comme le suggère si aimablement mon collègue. Mais cela serait négliger la force des moldus qui trouvent toujours un moyen de se battre. Là, vous avez l’impression qu’ils sont vulnérables et à la merci de notre magie. Mais donnez-leur un ennemi commun, un ennemi qui les effraie, un ennemi puissant qui les menace tous ! Et alors vous aurez sur les bras la puissance de l’unité humaine. Et cela ! Nous ne pourrons jamais le vaincre. Les sorciers n’ont pas beaucoup évolué depuis les millénaires qu’ils arpentent la terre. Les moldus quant à eux arrivent sans cesse à se développer, à améliorer leur quotidien à l’aide de nouvelles techniques, de nouvelles pensées. Il est vrai, qu’ils sont assez réfractaires au changement, Mais donnez-leur une bonne raison de changer et ils pourraient bien développer des armes suffisamment puissantes pour nous anéantir tous. C’est pourquoi je vous demande à tous de bien réfléchir et que, pour une fois, ce sera à nous de prendre les devants et non pas de réagir à leurs actions.
Un silence de mort s’était abattu dans la salle. Certains hochaient la tête avec approbation, d’autres n’osaient pas lever les yeux de peur de croiser son regard. Quelques-uns affichaient néanmoins des visages clairement hostiles, comme si ils se sentaient insultés par ses propos.
Un homme avec une courte barbe blanche et la peau du visage tombante, tapa sur la table devant lui après s’être concerté du regard avec les quatre autres personnes assises avec lui.
Il se leva et proclama d’une voix chevrotante :
⁃ Cette séance est repoussée à une date ultérieure qui vous sera communiquée.
Le tumulte s’eleva à nouveau dans la salle bien que plus calme et plus songeur qu’auparavant.
Figg et black se regardèrent dans les yeux. Regard bleu et froid rencontrant le bleu flamboyant de justice et de désir de vie. Le sang-pur et le traître.
Deux mondes qui risquaient une nouvelle fois de se déchirer.
PtiteCitrouille

Profil sur Booknode

Messages : 1072
Inscription : sam. 02 août, 2014 9:14 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par PtiteCitrouille »

AAAHHH COCH COCH COCHHHHH
Désolée désolée j'ai totalement zappé aaah mon dieu pardon pardon pardon !!!

Bon c'est pas mon commentaire, il faut que je rédige mon essay et j'ai rien foutu de la journée, mais j'arrive dès que possible !!

Perri est on her way aussi, elle est en train de commenter !
Pardon mille pardooons Cochyooo

OPERATION IL FAUT SAUVER LE SOLDAT COCHYO
Perripuce

Profil sur Booknode

Messages : 1249
Inscription : lun. 11 mars, 2013 7:13 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par Perripuce »

J'ARRIVE COCH, JE SUIS LAAA *se prends un mur en pleine face*
*se redresse avec dignité*
Nan sans déconner désoléééééééé du retard MAIS nous sommes là et nous commentons (d'ailleurs, qu'est-ce que c'est que ça mon petit Coch, tu fais ton "Perri"?) MAIS j'ai hâte de lire, ça m'a l'air intéressant cette affaire :mrgreen:
cochyo a écrit :Bonjours a tous ! Comment allez vous ? Je tiens encore à vous remercier pour vos magnifiques commentaires. Je vous avoue ne pas y répondre car je ne sais pas comment réagir Awwww. Ceux qui me connaissent un peu savent que je ne suis guère prolixe et répondre 2-3 mots alors que ça me transporte littéralement de joie me semble plus indécent que de ne pas répondre... Bref aidez moi :lol: savoir que les commentaires te rendent content me suffit <3
Sinon, ceci n'est PAS le chapitre ( milles excuses !! :oops: :? ) mais une idée qui me travaille depuis un bout de temps. J'ai pensé créer un autre sujet puis je me suis dis que comme c'est encore sur fond historique on peut le mettre dans Il était une fois...
Bref ! Nous sommes en 1666 dans les souterrains de Londres, une assemblée extraordinaire s'est réunie. Une assemblée, magique JUSTE AVANT L'INCENDIE. Coïncidence? Je ne crois pas.



Ils sont parmis nous - 1/2 Les reptiles ! Je le savais !

Un grand brouhaha se levait dans la pièce.
C’était une grande pièce circulaire avec des gradins tout autour d’un cercle central de plusieurs mètres de diamètre. La salle était à son comble. Des gens vêtus de grandes capes noires et de hauts chapeaux, criaient en faisant des grands gestes, et pour certains s’invectivaient même d’un bout à l’autre de la salle.
Un homme aussi court que rouge de colère se disputait violemment avec sa voisine qui le toisait de haut. Subitement, le chapeau de la sorcière s’enflamma. En quelques instants une empoignade s’en suivit dans cette partie de l’hémicycle.
L’homme qui se tenait au centre du cercle, tentait vainement de se faire entendre et essayait d’en appeler à la raison, tout en essayant d’éteindre le feu sur son écharpe. Bah ça a l'air fort tendu cette affaire, on dirait la confrérie des Pirates dans Pirates des Caraïbes
Un sorcier était assis au premier rang, comme indifférent à l’agitation ambiante. Il était grand, mince, avec des yeux d’un bleu délavé qui semblaient sonder l’âme de son interlocuteur. Au premier rang
Il regardait fixement l’homme à l’écharpe brûlé.
Avec un infime soupir, il se leva doucement comme l’aurait fait un félin devant sa proie condamnée.
Peu à peu, la salle devint silencieuse, habitée seulement par des chuchotements qui n’appartenaient qu’aux gradins.

⁃ Je vous avoue, murmura l’homme, que je suis assez perplexe. Vous semblez considérer comme naturel le fait de se terrer dans des cachettes afin de fuir un ennemi que l’on pourrait vaincre facilement. OK, je ne l'aime pâs (à lire avec le plus bel accent du Nord)

L’homme a l’écharpe brûlée se dressa de toute sa modeste hauteur, quelque peu gâchée par un embonpoint allant de paire avec le confort. Mais que de belle formules, j'aime beaucoup cette description
⁃ Sachez, monsieur black Black Black Black comme je pense qu'il est un Black ? OOOOH mais c'est INTERESSANT cette affaire !! , que votre intervention ne me surprend pas le moins du monde. Je ne saurais quoi attendre d’autre de la part d’un anti moldu notoire. Néanmoins, je vais répéter mes arguments encore une fois afin d’être entendu de tous, car il me semble évident que si votre intervention est aussi malsaine que prévisible, elle aura eu au moins le mérite de faire taire cette noble assemblée.
Malacius Black laissa paraître un petit rictus méprisant qui montrait clairement ce qu’il pensait desdits arguments.
⁃ Comme je le disais, continua James Figg OOOUH mais décidemment que de noms connus ! , il ne s’agit pas de se cacher par peur. Mais il est vrai que les relations avec les moldus sont devenus de plus en plus intenable, et en particulier ces dernières années ! Or, les moldus eux-mêmes se cachent entre lorsqu’une minorité est persécutée par une majorité. À titre d’exemple, les juifs espagnoles qui entre dans la clandestinité à cause de l’inquisition ou bien encore les protestants en France suite à la Saint-Barthélemy Fort vrai cette affaire. Intelligente réflexion qui va mener au code du Secret Magique, je suppose? . Ce sont malheureusement les seuls exemples que je peux citer devant des gens comme Monsieur black qui ont une connaissance et un intérêt du monde moldu plutôt limité et étriqué.
Cette déclaration n’eut pour seule conséquence qu’un léger froncement de sourcils de la part de son ennemi et des chuchotements plus fourni dans l’assemblée.
⁃ Aussi, continua-t-il, il nous faut appliquer la même méthode. De nombreux pays à travers le monde réfléchisse également à une telle éventualité. Il nous faudrait mettre une loi qui irait au-delà de nos frontières, au-delà des pays et qui toucherait toute la communauté magique. En tant que sorciers et sorcières, et détenteur d’un savoir ancestral, nous avons le devoir de nous ériger en tant que protecteur du monde magique vis-à-vis du monde non magique. Bien sûr, nous pourrions leur déclarer la guerre ouverte comme le suggère si aimablement mon collègue. Mais cela serait négliger la force des moldus qui trouvent toujours un moyen de se battre et qui ont la force du nombre et puis ce serait un massacre juste dans les faits. Là, vous avez l’impression qu’ils sont vulnérables et à la merci de notre magie. Mais donnez-leur un ennemi commun, un ennemi qui les effraie, un ennemi puissant qui les menace tous ! Et alors vous aurez sur les bras la puissance de l’unité humaine Ils peuvent pas nous attaquer maintenant les sorciers? Parce qu'on aurait besoin d'unité humaine en ce moment. . Et cela ! Nous ne pourrons jamais le vaincre. Les sorciers n’ont pas beaucoup évolué depuis les millénaires qu’ils arpentent la terre C'est vrai, ils sont encore à l'encre et au parchemin. Les moldus quant à eux arrivent sans cesse à se développer, à améliorer leur quotidien à l’aide de nouvelles techniques, de nouvelles pensées C'EST FORT VRAI . Il est vrai, qu’ils sont assez réfractaires au changement, Mais donnez-leur une bonne raison de changer et ils pourraient bien développer des armes suffisamment puissantes pour nous anéantir tous Coucou la bombe atomique. C’est pourquoi je vous demande à tous de bien réfléchir et que, pour une fois, ce sera à nous de prendre les devants et non pas de réagir à leurs actions.
Un silence de mort s’était abattu dans la salle. Certains hochaient la tête avec approbation, d’autres n’osaient pas lever les yeux de peur de croiser son regard. Quelques-uns affichaient néanmoins des visages clairement hostiles, comme si ils se sentaient insultés par ses propos.
Un homme avec une courte barbe blanche et la peau du visage tombante, tapa sur la table devant lui après s’être concerté du regard avec les quatre autres personnes assises avec lui.
Il se leva et proclama d’une voix chevrotante :
⁃ Cette séance est repoussée à une date ultérieure qui vous sera communiquée.
Le tumulte s’eleva à nouveau dans la salle bien que plus calme et plus songeur qu’auparavant.
Figg et black se regardèrent dans les yeux. Regard bleu et froid rencontrant le bleu flamboyant de justice et de désir de vie. Le sang-pur et le traître.
Deux mondes qui risquaient une nouvelle fois de se déchirer.

C'est un petit écrit super intéressant Cochyo, vraiment ! ça peut être fascinant de voir comment les sorciers ont été forés à se cacher et tu as eu déjà des pistes de réflexion très justes !
J'attends la suite avec impatience, que ce soit sur les Fondateurs ou sur eux !
annabethfan

Profil sur Booknode

Messages : 1444
Inscription : sam. 27 nov., 2010 8:58 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par annabethfan »

cochyo a écrit :Bonjours a tous ! Comment allez vous ? Je tiens encore à vous remercier pour vos magnifiques commentaires. Je vous avoue ne pas y répondre car je ne sais pas comment réagir. Ceux qui me connaissent un peu savent que je ne suis guère prolixe et répondre 2-3 mots alors que ça me transporte littéralement de joie me semble plus indécent que de ne pas répondre... T'inquiète on te connaît et on comprend :lol: Bref aidez moi :lol:
Sinon, ceci n'est PAS le chapitre ( milles excuses !! :oops: :? ) mais une idée qui me travaille depuis un bout de temps. J'ai pensé créer un autre sujet puis je me suis dis que comme c'est encore sur fond historique on peut le mettre dans Il était une fois...
Bref ! Nous sommes en 1666 dans les souterrains de Londres, une assemblée extraordinaire s'est réunie. Une assemblée, magique
J'adore l'idée!! C'est pas l'année du grand incendie de Londres?


Ils sont parmis nous - 1/2

Un grand brouhaha se levait dans la pièce.
C’était une grande pièce circulaire avec des gradins tout autour d’un cercle central de plusieurs mètres de diamètre. La salle était à son comble. Ca me fait penser à l'assemblée de Grindelwald !Des gens vêtus de grandes capes noires et de hauts chapeaux, criaient en faisant des grands gestes, et pour certains s’invectivaient même d’un bout à l’autre de la salle.
Un homme aussi court que rouge Cette description :lol: de colère se disputait violemment avec sa voisine qui le toisait de haut. Subitement, le chapeau de la sorcière s’enflamma. En quelques instants une empoignade s’en suivit dans cette partie de l’hémicycle.
L’homme qui se tenait au centre du cercle, tentait vainement de se faire entendre et essayait d’en appeler à la raison, tout en essayant d’éteindre le feu sur son écharpe.
Un sorcier était assis au premier rang, comme indifférent à l’agitation ambiante. Il était grand, mince, avec des yeux d’un bleu délavé qui semblaient sonder l’âme de son interlocuteur. Ohhh intéressant et flippantAu premier rang
Il regardait fixement l’homme à l’écharpe brûlé.
Avec un infime soupir, il se leva doucement comme l’aurait fait un félin devant sa proie condamnée.
Peu à peu, la salle devint silencieuse, habitée seulement par des chuchotements qui n’appartenaient qu’aux gradins.

⁃ Je vous avoue, murmura l’homme, que je suis assez perplexe. Vous semblez considérer comme naturel le fait de se terrer dans des cachettes afin de fuir un ennemi que l’on pourrait vaincre facilement.

L’homme a l’écharpe brûlée se dressa de toute sa modeste hauteur, quelque peu gâchée par un embonpoint allant de paire avec le confort. :lol: :lol: :lol:
⁃ Sachez, monsieur Black, Etonnant que votre intervention ne me surprend pas le moins du monde. Je ne saurais quoi attendre d’autre de la part d’un anti moldu notoire. Néanmoins, je vais répéter mes arguments encore une fois afin d’être entendu de tous, car il me semble évident que si votre intervention est aussi malsaine que prévisible, elle aura eu au moins le mérite de faire taire cette noble assemblée. Ohhh trop bien écrit!!
Malacius Black laissa paraître un petit rictus méprisant qui montrait clairement ce qu’il pensait desdits arguments.
⁃ Comme je le disais, continua James Figg, il ne s’agit pas de se cacher par peur. Mais il est vrai que les relations avec les moldus sont devenus de plus en plus intenable, et en particulier ces dernières années ! Or, les moldus eux-mêmes se cachent entre lorsqu’une minorité est persécutée par une majorité. À titre d’exemple, les juifs espagnoles qui entre dans la clandestinité à cause de l’inquisition ou bien encore les protestants en France suite à la Saint-Barthélemy. Ce sont malheureusement les seuls exemples que je peux citer devant des gens comme Monsieur black qui ont une connaissance et un intérêt du monde moldu plutôt limité et étriqué.Ca clash
Cette déclaration n’eut pour seule conséquence qu’un léger froncement de sourcils de la part de son ennemi et des chuchotements plus fourni dans l’assemblée.
⁃ Aussi, continua-t-il, il nous faut appliquer la même méthode. De nombreux pays à travers le monde réfléchisse également à une telle éventualité. Il nous faudrait mettre une loi qui irait au-delà de nos frontières, au-delà des pays et qui toucherait toute la communauté magique. En tant que sorciers et sorcières, et détenteur d’un savoir ancestral, nous avons le devoir de nous ériger en tant que protecteur du monde magique vis-à-vis du monde non magique. Bien sûr, nous pourrions leur déclarer la guerre ouverte comme le suggère si aimablement mon collègue. Mais cela serait négliger la force des moldus qui trouvent toujours un moyen de se battre.Traduction : ils ont des fusils les gars Là, vous avez l’impression qu’ils sont vulnérables et à la merci de notre magie. Mais donnez-leur un ennemi commun, un ennemi qui les effraie, un ennemi puissant qui les menace tous ! Et alors vous aurez sur les bras la puissance de l’unité humaine. Cette phrase! Du grand art !Et cela ! Nous ne pourrons jamais le vaincre. Les sorciers n’ont pas beaucoup évolué depuis les millénaires qu’ils arpentent la terre. Les moldus quant à eux arrivent sans cesse à se développer, à améliorer leur quotidien à l’aide de nouvelles techniques, de nouvelles pensées. Il est vrai, qu’ils sont assez réfractaires au changement, Mais donnez-leur une bonne raison de changer et ils pourraient bien développer des armes suffisamment puissantes pour nous anéantir tous.(#bombe atomatique) C’est pourquoi je vous demande à tous de bien réfléchir et que, pour une fois, ce sera à nous de prendre les devants et non pas de réagir à leurs actions.
Un silence de mort s’était abattu dans la salle. Certains hochaient la tête avec approbation, d’autres n’osaient pas lever les yeux de peur de croiser son regard. Quelques-uns affichaient néanmoins des visages clairement hostiles, comme si ils se sentaient insultés par ses propos.
Un homme avec une courte barbe blanche et la peau du visage tombante, tapa sur la table devant lui après s’être concerté du regard avec les quatre autres personnes assises avec lui.
Il se leva et proclama d’une voix chevrotante :
⁃ Cette séance est repoussée à une date ultérieure qui vous sera communiquée.
Le tumulte s’eleva à nouveau dans la salle bien que plus calme et plus songeur qu’auparavant.
Figg et black se regardèrent dans les yeux. Regard bleu et froid rencontrant le bleu flamboyant de justice et de désir de vie. Le sang-pur et le traître.
Deux mondes qui risquaient une nouvelle fois de se déchirer. La fin est tellement frappante dans son opposition!
Perri, Cazo! Vous avez vu j'ai trouvé ma couleur ^^
PtiteCitrouille

Profil sur Booknode

Messages : 1072
Inscription : sam. 02 août, 2014 9:14 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par PtiteCitrouille »

Helloo
(pardoooon je suis tellement en retard, je vais aller me passer les mains sous le fer à repasser tel Dobby :cry: )

répondre 2-3 mots alors que ça me transporte littéralement de joie me semble plus indécent que de ne pas répondre...
maaaah choupi nous on est contentes que ça te fasse plaisir, c'est le principal :D
pour certains s’invectivaient même d’un bout à l’autre de la salle.
on dirait l'Assemblé nationale
Pardon j'ai regardé y a pas longtemps Victor Hugo ennemi d'Etat (et c'était juste troooooop bien regardez là c'est dispo sur dailymotion haha) et les députés c'était trop drôle comment ils se critiquaient entre eux "hahaha mais bien sûûûûûrrr vouuus les socialiiiistes vous êtes aussi changeants qu'une giroueeeette; vouuus les rouuuuuges avec vos grandes idééées" "regardez le peuple plutôt que votre porte monnaie le royaliste !", bref ils étaient drôles (non mais vraiment regardez la série c'est 4 épisodes et les discours de Victor Hugo sont magiques)
e disputait violemment avec sa voisine
je suis assez étonnée qu'il y ait des femmes acceptées dans l'assemblée voilà ^^
Subitement, le chapeau de la sorcière s’enflamma.
et c'est ainsi que le grand incendie de Londres débuta
quelque peu gâchée par un embonpoint allant de paire avec le confort.
allez, rhabillé pour l'hiver, next :lol: j'adore Cochyo, comment tu casses de manière subtile toutes les personnes, genre personne n'y échappe c'est excellent :lol:
Malacius Black
j'ai vu un M, j'ai vu un ius, j'ai lu Marius. OUI BON je décroche pas des Misérables ET ALORS

J'adore que tu parles d'événements aussi historiques dans le monde sorciers: les fondateurs, le début de Poudlard, la loi du secret magique international; c'est trop intéressant ! Ca va être ta spécialité ici ^^
Les moldus quant à eux arrivent sans cesse à se développer, à améliorer leur quotidien à l’aide de nouvelles techniques, de nouvelles pensées.
c'est dingue comment on peut être très intelligents mais très cons aussi
Cette séance est repoussée à une date ultérieure qui vous sera communiquée
"les dates des partiels/concours vous seront communiqués dès que possible *lol dans 3 mois en fait* "
Le sang-pur et le traître.
Deux mondes qui risquaient une nouvelle fois de se déchirer.
iiiiiiiiih non mais j'adore ! J'adore ton écriture très fine et subtile, et ton choix de voc est parfait et tes métaphores sont très parlantes

Ca fait du bien de relire tes écrits en totu cas ! :D :D
cochyo

Profil sur Booknode

Messages : 2567
Inscription : dim. 28 juin, 2015 2:26 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par cochyo »

Coucou !!
Quoi ? Retard ? Connait pas ! :D :D
Merci a tous pour le soutient, je vous aime très fort !

Petit rappel : une première partie sur les sorciers en 1666 qui songent à adopter le code du secret international.
De grand débats sur la place des sorciers dans le monde éclatent :


Ils sont parmi nous 2/2

Malacius Black regarda la salle de réunion de son manoir.
Tout en pierre de taille, ce dernier se dressait au sommet des falaises bordants la manche.
Son intervention avait permis à Figg de s’exprimer très ouvertement.
Certains comme les Gaunt ou les Yaxley cherchaient ce prétexte pour prendre la direction du petit mais puissant groupe de famille de sangs-purs sur lequel il avait pour l’instant la main mise.
Il était majoritaire dans la possession de Gringots même si pour maintenir son titre il avait dû s’abaisser à poursuivre les traités avec les goblins.
Quelle ironie quand on savait que son père l’entraînait aux sortilèges les plus violents sur les goblins qu’ils avaient traqué et capturé.
Une alliance s’imposait d’urgence.
Il savait qu’une de ses nièces devait avoir dans les 15-16 ans et il avait appris, avec une évidente tristesse comme il le leur avait fait part dans une lettre en début de semaine, la mort de l’épouse du vieux Croupton. Un mariage entre ces deux-là lui apportera un soutien considérable dans le monde de la justice magique.
Les Yaxley n’auraient qu’à bien se tenir.

Avec un mince sourire Malucius saisie sa belle plume d’aigle et se mit à écrire.

Deux heures et une demi-douzaine de lettres plus tard, Malucius se redressa.
Une ombre restait au tableau.
Un nouveau groupe qui se revendiquait au service du gouvernement magique, et donc de sa communauté, lui mettait pas mal de bâtons dans ses projets.
Les aurores. Ce groupe de mal luné qui prétendait être capable d’arrêter des mages noirs en usant de la seule magie dites blanche.
" la magie n’est ni blanche ni noir, disait son père, elle est ce qu’on lui fait faire. Tu choisiras plus grand ton usage mais tu dois en connaître chaque parcelle pour ne pas être aveugle à ce que la magie peut nous offrir. "
C’est sur cette base que son père se chargea de son éducation magique.
Avec de solides connaissances dans à peu près tous les domaines sorciers, Malucius se propulsa dans les plus hautes sphères du monde magique.

Le dirigeant des Blacks revint au présent avec une grimace. Complets ou pas les aurores avaient de plus en plus de soutiens et de reconnaissances. Il avait également appris, à ses dépens qu’ils étaient difficilement corruptibles, et ça c’était une donnée inattendu.

Un plan était en train de germer dans son esprit. Il fallait bouger les choses.

Les calèches harnachées aux sombrales dans une petite clairière près de Londres étaient remplis d’élèves qui agitaient une dernière fois les mains vers leurs parents.
Élisabéth Black vit la silhouette de son oncle rétrécir au loin, l’écho de ses derniers mots gravés dans sa mémoire.

Sitôt que sa nièce disparut au loin Malacius transplana devant un bâtiment d’aspect lugubre.

Il fit une rapide revue des troupes.
Tout était prêt.
La rentrée scolaire avait tendance à épuiser le monde des sorciers qui était majoritairement composé de famille.
Le 2 septembre était une date idéale, la vigilance serait au plus bas chez les sorciers comme chez les moldus.
Il leur montrerait ce qu’était la magie.

Les rues de La Cité étaient calmes.
Comme elles doivent l’être à ces heures de la nuit qui sont destinées à reposer le monde. Les bonnes gens s’endorment et les mauvaises ne sont pas encore de sortie.
Un doux vent chuchote aux oreilles des enfants épuisés par la rentrée.
Un léger brouillard s’insinue dans les rues.
" qui peut prédire le temps " pensa Thomas. Il aimait préparer la pâte du pain la veille au soir depuis que sa femme était morte. Cette foutue mort noir avait au moins eu la Clémence de la prendre rapidement dans son sommeil. Beaucoup n’avait pas eu cette chance.

L’explosion retentit, assourdissante.
Les hurlements suivirent rapidement.
Une cinquantaine d’hommes encapuchonnés avancèrent dans les rues au milieu du brouillard.
Leur destruction était méthodique, explosant maison sur maison et tuant avec cette froide indifférence qui caractérise la folie meurtrière et la violence débridée.
Quelques minutes après le début des explosions, de nouvelles personnes apparurent dans une série de bruit secs.
Après un moment de flottement, l’enfer se déchaîna.
Des éclairs rouges, verts, violets, oranges s’écrasèrent et se croisèrent dans des bruits de tonnerres.
Les cris de frayeur se mêlaient désormais aux bruits sauvages et primaires des combats.
Un des combattant en capuche lança un sortilège d’un pourpre malsain.
Son opposant s’écrasa au sol, mort.
Ses compagnons redoublèrent de violence dans leurs attaques et plusieurs assaillants furent mis à terre.

Perché sur un toit surplombant le champ de bataille, Malacius sourit.
Comme prévu les aurores avaient très vite rappliqué signe qu’ils avaient des contacts postés partout. Néanmoins, il ne pourrait pas empêcher ce qui allait suivre.
Tout à leur bataille, aucun des combattant ne vit l’ombre de glisser plus profondément dans la cité.

En entendant les explosion Thomas songea que les militaires étaient bien imprudents de tirer dans la ville. Une atmosphère nerveuse régnait dans la ville depuis quelques temps.
Il sortit les pains du four et se retourna pour se saisir d’une pince.
Il s’immobilisa en voyant un grand homme pâle se tenir devant lui dans une grande robe noire.
- Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ? Demanda-t-il prudent.
- Un moldu n’a pas à questionner mes allées venues.
Le ton dédaigneux de l’homme, et l’arrogance qu’il pouvait lire dans ses yeux énerva Thomas au plus haut point.
- Sortez de chez moi !
L’homme sorti une longue baguette de bois de sa poche et la pointa vers ce moldu insolent.
Un éclair de compréhension traversa les yeux du boulanger, et aussitôt sa colère éclata :
- Vous êtes un démon ! Eructa t’il. Vous servez le malin avec vos sortilèges sorti de l’enfer. C’est vous qui avait tué ma femme avec cette foutu mort noire !
Malucius fronça les sourcils, perplexe.
Il pensait vraiment que les sorciers était responsable de la maladie qui ravageait le monde moldu ?
- Vous, les papistes et les juifs brûleraient en enfer pour l’éternité !
Et avec un beuglement de taureau blessé, il se rua vers le sorcier.
Celui-ci décida en un instant que cet homme serait la première victime de son plan.
- Incendio !
Une cascade de flamme jaillit en rugissant du bout de sa baguette enveloppant le moldu dans un linceul de feu.
Le pauvre homme mourut sans même le réaliser.

Malucius regarda les flammes lécher le plan de travail et monter vers le toit de chaume.
Toute la haine qu’il éprouvait pour ces sous-hommes avaient été transmise à ce feu qui brûlerait tant que sa haine brûlait en lui.
C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour faire entendre raison à ses pairs.
Lorsqu’ils constateront qu’un simple sortilège brûlera la plus grande ville du vieux monde, alors tous les peureux et les hommes sans conviction tél que Figg se verront contraint de se ranger derrière lui.

" Pour forger un Nouveau Monde, songea-t-il, il faut le faire sur les cendres de l’ancien."
Pivotant sur lui-même, il disparut de la boulangerie en feu.


Quelques heures plus tard, les londoniens devait se rendre à l’évidence.
Londres brûlait.

Londres brula le 2 septembre 1666. On considère que le feu s'est déclaré dans la boulangerie de Thomas Farriner.
Un grand sentiment Anti-catholique était présent en Angleterre à cette époque.

Merci à Peri pour son aide Historique :lol:
Perripuce

Profil sur Booknode

Messages : 1249
Inscription : lun. 11 mars, 2013 7:13 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par Perripuce »

cochyo a écrit :Coucou !!
Quoi ? Retard ? Connait pas ! :D :D Tu veux qu'on polémique dessus?
Merci a tous pour le soutient, je vous aime très fort ! Nous aussi on t'aime très fort !

Petit rappel : une première partie sur les sorciers en 1666 qui songent à adopter le code du secret international.
De grand débats sur la place des sorciers dans le monde éclatent : Je rappelle que ce thème est tout simplement génial et hyper intéressant !!


Ils sont parmi nous 2/2 Ce titre n'empêche :lol: :lol:

Malacius Black regarda la salle de réunion de son manoir. Je suppose que c'est pas déjà la vieille demeure des Black.
Tout en pierre de taille, ce dernier se dressait au sommet des falaises bordants la manche.
Son intervention avait permis à Figg de s’exprimer très ouvertement. Je trouve exceptionnel que tu aies casé Figg là-dedans, quand je repense à la vieille folle dingue avec ses chats :lol: :lol:
Certains comme les Gaunt ou les Yaxley cherchaient ce prétexte pour prendre la direction du petit mais puissant groupe de famille de sangs-purs sur lequel il avait pour l’instant la main mise. Oooooh y'a encore des Gaaaaunt ? Bah oui je suis conne, le dernier c'était Morfinn
Il était majoritaire dans la possession de Gringots même si pour maintenir son titre il avait dû s’abaisser à poursuivre les traités avec les goblins.Et ça doit faire mal à son orgueuil de Black ...
Quelle ironie quand on savait que son père l’entraînait aux sortilèges les plus violents sur les goblins qu’ils avaient traqué et capturé.WATCHA cette violence mais en même temps c'est tellement réaliste, c'est une époque compliquée et une famille complètement tordue.
Une alliance s’imposait d’urgence.
Il savait qu’une de ses nièces devait avoir dans les 15-16 ans et il avait appris, avec une évidente tristesse comme il le leur avait fait part dans une lettre en début de semaine, la mort de l’épouse du vieux Croupton. Un mariage entre ces deux-là lui apportera un soutien considérable dans le monde de la justice magique. EEEEURK mais ce genre d'alliance BEURK.
Mais en vrai, je trouve ça vraiment bien comment tu travailles le contexte politique et sociétale de l'époque,c'est super bien fait et intéressant à lire, j'adore !

Les Yaxley n’auraient qu’à bien se tenir.

Avec un mince sourire Malucius saisie sa belle plume d’aigle et se mit à écrire.

Deux heures et une demi-douzaine de lettres plus tard, Malucius se redressa.
Une ombre restait au tableau.
Un nouveau groupe qui se revendiquait au service du gouvernement magique, et donc de sa communauté, lui mettait pas mal de bâtons dans ses projets.
Les aurores OOOOOH j'adore comment tu travailles ça c'est brillant !. Ce groupe de mal luné qui prétendait être capable d’arrêter des mages noirs en usant de la seule magie dites blanche.
" la magie n’est ni blanche ni noir, disait son père, elle est ce qu’on lui fait faire. Tu choisiras plus grand ton usage mais tu dois en connaître chaque parcelle pour ne pas être aveugle à ce que la magie peut nous offrir. " Cette phrase, je la trouve tellement belle, super bien formulée ...
C’est sur cette base que son père se chargea de son éducation magique.
Avec de solides connaissances dans à peu près tous les domaines sorciers, Malucius se propulsa dans les plus hautes sphères du monde magique.

Le dirigeant des Blacks revint au présent avec une grimace. Complets ou pas les aurores avaient de plus en plus de soutiens et de reconnaissances. Il avait également appris, à ses dépens qu’ils étaient difficilement corruptibles, et ça c’était une donnée inattendu.

Un plan était en train de germer dans son esprit. Il fallait bouger les choses.

Les calèches harnachées aux sombrales dans une petite clairière près de Londres étaient remplis d’élèves qui agitaient une dernière fois les mains vers leurs parents.
Élisabéth Black vit la silhouette de son oncle rétrécir au loin, l’écho de ses derniers mots gravés dans sa mémoire.

Sitôt que sa nièce disparut au loin Malacius transplana devant un bâtiment d’aspect lugubre.

Il fit une rapide revue des troupes.
Tout était prêt.
La rentrée scolaire avait tendance à épuiser le monde des sorciers qui était majoritairement composé de famille.
Le 2 septembre était une date idéale, la vigilance serait au plus bas chez les sorciers comme chez les moldus.
Il leur montrerait ce qu’était la magie. OLALALA je commente pas beaucoup, je suis désolée, mais la pression monte et monte là, la construction du récit tient en haleine !

Les rues de La Cité étaient calmes.
Comme elles doivent l’être à ces heures de la nuit qui sont destinées à reposer le monde. Les bonnes gens s’endorment et les mauvaises ne sont pas encore de sortie. Olalala, c'est beau cette description mon petit Coch quelle plume.
Un doux vent chuchote aux oreilles des enfants épuisés par la rentrée.
Un léger brouillard s’insinue dans les rues.
" qui peut prédire le temps " pensa Thomas. Il aimait préparer la pâte du pain la veille au soir depuis que sa femme était morte. Cette foutue mort noir avait au moins eu la Clémence de la prendre rapidement dans son sommeil. Beaucoup n’avait pas eu cette chance.

L’explosion retentit, assourdissante.
Les hurlements suivirent rapidement.
Une cinquantaine d’hommes encapuchonnés avancèrent dans les rues au milieu du brouillard. Ouais, j'en frissonne (OK, c'est aussi parce que je meurs de froid) mais c'est superbement amené, on sent la tension monter et là toute la scène est hyper visuelle (personnellement j'ai un peu la vision des Mangemorts à la COupe du Monde ...). Chapeau !
Leur destruction était méthodique, explosant maison sur maison et tuant avec cette froide indifférence qui caractérise la folie meurtrière et la violence débridée.
Quelques minutes après le début des explosions, de nouvelles personnes apparurent dans une série de bruit secs.
Après un moment de flottement, l’enfer se déchaîna.
Des éclairs rouges, verts, violets, oranges s’écrasèrent et se croisèrent dans des bruits de tonnerres.
Les cris de frayeur se mêlaient désormais aux bruits sauvages et primaires des combats.
Un des combattant en capuche lança un sortilège d’un pourpre malsain.
Son opposant s’écrasa au sol, mort.
Ses compagnons redoublèrent de violence dans leurs attaques et plusieurs assaillants furent mis à terre.

Perché sur un toit surplombant le champ de bataille, Malacius sourit.
Comme prévu les aurores avaient très vite rappliqué signe qu’ils avaient des contacts postés partout. Néanmoins, il ne pourrait pas empêcher ce qui allait suivre.
Tout à leur bataille, aucun des combattant ne vit l’ombre de glisser plus profondément dans la cité.Désolée je commente pas mais je suis prise dans l'action là.

En entendant les explosion Thomas songea que les militaires étaient bien imprudents de tirer dans la ville. Une atmosphère nerveuse régnait dans la ville depuis quelques temps.
Il sortit les pains du four et se retourna pour se saisir d’une pince.
Il s’immobilisa en voyant un grand homme pâle se tenir devant lui dans une grande robe noire.
- Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ? Demanda-t-il prudent.
- Un moldu n’a pas à questionner mes allées venues.
Le ton dédaigneux de l’homme, et l’arrogance qu’il pouvait lire dans ses yeux énerva Thomas au plus haut point.
- Sortez de chez moi !
L’homme sorti une longue baguette de bois de sa poche et la pointa vers ce moldu insolent.
Un éclair de compréhension traversa les yeux du boulanger, et aussitôt sa colère éclata :
- Vous êtes un démon ! Eructa t’il. Vous servez le malin avec vos sortilèges sorti de l’enfer. C’est vous qui avait tué ma femme avec cette foutu mort noire !
Malucius fronça les sourcils, perplexe.
Il pensait vraiment que les sorciers était responsable de la maladie qui ravageait le monde moldu ? Il est bien là le problème ...
- Vous, les papistes AH d'où ta question, n'est-ce pas ? et les juifs brûleraient en enfer pour l’éternité ! ça t'a fait mal d'écrire cette phrase non? :lol:
Et avec un beuglement de taureau blessé, il se rua vers le sorcier.
Celui-ci décida en un instant que cet homme serait la première victime de son plan.
- Incendio ! Et ainsi commença le grand incendie de Londres?
Une cascade de flamme jaillit en rugissant du bout de sa baguette enveloppant le moldu dans un linceul de feu ... T'as décidé de te surpasser aujourd'hui? Encore une formule superbe !.
Le pauvre homme mourut sans même le réaliser.

Malucius regarda les flammes lécher le plan de travail et monter vers le toit de chaume.
Toute la haine qu’il éprouvait pour ces sous-hommes avaient été transmise à ce feu qui brûlerait tant que sa haine brûlait en lui. POPOPOPOPOPO
C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour faire entendre raison à ses pairs.
Lorsqu’ils constateront qu’un simple sortilège brûlera la plus grande ville du vieux monde, alors tous les peureux et les hommes sans conviction tél que Figg se verront contraint de se ranger derrière lui.

" Pour forger un Nouveau Monde, songea-t-il, il faut le faire sur les cendres de l’ancien." BURN THEM ALL ! Au risque de devenir le roi des cendres?
Pivotant sur lui-même, il disparut de la boulangerie en feu.


Quelques heures plus tard, les londoniens devait se rendre à l’évidence.
Londres brûlait.

Londres brula le 2 septembre 1666. On considère que le feu s'est déclaré dans la boulangerie de Thomas Farriner.
Un grand sentiment Anti-catholique était présent en Angleterre à cette époque.

Merci à Peri pour son aide Historique :lol:
DE RIIIEEEEN

WOWOWOWOWOWOWOWOWWO
C'était du haut vol, là.
J'ai tout aimé. L'idée de lier le grand incendie de Londres à l'histoire du secret magique internationale, la mention de toutes ces familles (Figg, Black, yaxley ...), les ramifications de l'organisation sorcière avec les plans politiques, la création des Aurors, la perception du monde de Black ...
La scène de l'incendie est magistrale. Tu as une plume juste, avec quelques formules poétiques et de belles métaphores, j'aime vraiment beaucoup ! Continue et j'espère que tu posteras bientôt !!
annabethfan

Profil sur Booknode

Messages : 1444
Inscription : sam. 27 nov., 2010 8:58 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par annabethfan »

cochyo a écrit : ven. 18 sept., 2020 2:18 pm Coucou !!
Quoi ? Retard ? Connait pas ! :D :D A peine ^^
Merci a tous pour le soutient, je vous aime très fort !

Petit rappel : une première partie sur les sorciers en 1666 qui songent à adopter le code du secret international.
De grand débats sur la place des sorciers dans le monde éclatent :


Ils sont parmi nous 2/2

Malacius Black regarda la salle de réunion de son manoir. Ce nom est vraiment stylé !
Tout en pierre de taille, ce dernier se dressait au sommet des falaises bordants la manche.
Son intervention avait permis à Figg de s’exprimer très ouvertement.
Certains comme les Gaunt ou les Yaxley cherchaient ce prétexte pour prendre la direction du petit mais puissant groupe de famille de sangs-purs sur lequel il avait pour l’instant la main mise.
Il était majoritaire dans la possession de Gringots même si pour maintenir son titre il avait dû s’abaisser à poursuivre les traités avec les goblins.
Quelle ironie quand on savait que son père l’entraînait aux sortilèges les plus violents sur les goblins qu’ils avaient traqué et capturé. Et après les élèves de Poudlard se demande pourquoi a lieu la 346e guerre des gobelins !
Une alliance s’imposait d’urgence.
Il savait qu’une de ses nièces devait avoir dans les 15-16 ans et il avait appris, avec une évidente tristesse comme il le leur avait fait part dans une lettre en début de semaine, la mort de l’épouse du vieux Croupton. Un mariage entre ces deux-là lui apportera un soutien considérable dans le monde de la justice magique. Les liens de pouvoir entre sang-pur grâce au mariage sont fascinants quand même.
Les Yaxley n’auraient qu’à bien se tenir.

Avec un mince sourire Malucius saisie sa belle plume d’aigle et se mit à écrire.

Deux heures et une demi-douzaine de lettres plus tard, Malucius se redressa.
Une ombre restait au tableau.
Un nouveau groupe qui se revendiquait au service du gouvernement magique, et donc de sa communauté, lui mettait pas mal de bâtons dans ses projets.
Les aurores. Ce groupe de mal luné qui prétendait être capable d’arrêter des mages noirs en usant de la seule magie dites blanche.
" la magie n’est ni blanche ni noir, disait son père, elle est ce qu’on lui fait faire. Tu choisiras plus grand ton usage mais tu dois en connaître chaque parcelle pour ne pas être aveugle à ce que la magie peut nous offrir. " En vérité je trouve cette vision si intéressante ! C'est un peu ce que Durmstang prône dans le fond je pense.
C’est sur cette base que son père se chargea de son éducation magique. Ca m'étonne pas des Black n'empêche.
Avec de solides connaissances dans à peu près tous les domaines sorciers, Malucius se propulsa dans les plus hautes sphères du monde magique.

Le dirigeant des Blacks revint au présent avec une grimace. Complets ou pas les aurores avaient de plus en plus de soutiens et de reconnaissances. Il avait également appris, à ses dépens qu’ils étaient difficilement corruptibles, et ça c’était une donnée inattendu.

Un plan était en train de germer dans son esprit. Il fallait bouger les choses.

Les calèches harnachées aux sombrales dans une petite clairière près de Londres étaient remplis d’élèves qui agitaient une dernière fois les mains vers leurs parents.
Élisabéth Black vit la silhouette de son oncle rétrécir au loin, l’écho de ses derniers mots gravés dans sa mémoire.

Sitôt que sa nièce disparut au loin Malacius transplana devant un bâtiment d’aspect lugubre. Tous les bâtiments des méchants ont l'air lugubre :lol: :lol:

Il fit une rapide revue des troupes.
Tout était prêt.
La rentrée scolaire avait tendance à épuiser le monde des sorciers qui était majoritairement composé de famille.
Le 2 septembre était une date idéale, la vigilance serait au plus bas chez les sorciers comme chez les moldus.
Il leur montrerait ce qu’était la magie.Je trouve cette phrase glacante...

Les rues de La Cité étaient calmes.
Comme elles doivent l’être à ces heures de la nuit qui sont destinées à reposer le monde. Les bonnes gens s’endorment et les mauvaises ne sont pas encore de sortie.
Un doux vent chuchote aux oreilles des enfants épuisés par la rentrée.
Un léger brouillard s’insinue dans les rues.
" qui peut prédire le temps " pensa Thomas. Il aimait préparer la pâte du pain la veille au soir depuis que sa femme était morte. Cette foutue mort noir avait au moins eu la Clémence de la prendre rapidement dans son sommeil. J'ai imaginé que la majuscule était un jeu de mot avec le prénom de sa femme ^^ Beaucoup n’avait pas eu cette chance.

L’explosion retentit, assourdissante.
Les hurlements suivirent rapidement.
Une cinquantaine d’hommes encapuchonnés avancèrent dans les rues au milieu du brouillard. La rapidité des actions avec le retour à la ligne est un incroyable mécanisme narratif !
Leur destruction était méthodique, explosant maison sur maison et tuant avec cette froide indifférence qui caractérise la folie meurtrière et la violence débridée.
Quelques minutes après le début des explosions, de nouvelles personnes apparurent dans une série de bruit secs.
Après un moment de flottement, l’enfer se déchaîna.
Des éclairs rouges, verts, violets, oranges s’écrasèrent et se croisèrent dans des bruits de tonnerres.
Les cris de frayeur se mêlaient désormais aux bruits sauvages et primaires des combats.
Un des combattant en capuche lança un sortilège d’un pourpre malsain.
Son opposant s’écrasa au sol, mort.
Ses compagnons redoublèrent de violence dans leurs attaques et plusieurs assaillants furent mis à terre. Tout ce paragraphe était superbement écrit !!!

Perché sur un toit surplombant le champ de bataille, Malacius sourit.
Comme prévu les aurores avaient très vite rappliqué signe qu’ils avaient des contacts postés partout. Néanmoins, il ne pourrait pas empêcher ce qui allait suivre.
Tout à leur bataille, aucun des combattant ne vit l’ombre de glisser plus profondément dans la cité.

En entendant les explosion Thomas songea que les militaires étaient bien imprudents de tirer dans la ville. Si seulement... Une atmosphère nerveuse régnait dans la ville depuis quelques temps.
Il sortit les pains du four et se retourna pour se saisir d’une pince.
Il s’immobilisa en voyant un grand homme pâle se tenir devant lui dans une grande robe noire. On sent la trégédie arriver...
- Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ? Demanda-t-il prudent.
- Un moldu n’a pas à questionner mes allées venues.
Le ton dédaigneux de l’homme, et l’arrogance qu’il pouvait lire dans ses yeux énerva Thomas au plus haut point.
- Sortez de chez moi !
L’homme sorti une longue baguette de bois de sa poche et la pointa vers ce moldu insolent.
Un éclair de compréhension traversa les yeux du boulanger, et aussitôt sa colère éclata :
- Vous êtes un démon ! Eructa t’il. Vous servez le malin avec vos sortilèges sorti de l’enfer. C’est vous qui avait tué ma femme avec cette foutu mort noire ! Je trouve ce dialogue très bien écrit !
Malucius fronça les sourcils, perplexe.
Il pensait vraiment que les sorciers était responsable de la maladie qui ravageait le monde moldu ?
- Vous, les papistes et les juifs brûleraient en enfer pour l’éternité ! *brûlerez* Je trouve ça hyper intéressant de rapprocher toutes les haines ensemble, toutes les peurs de la différence aussi dans le fond...
Et avec un beuglement de taureau blessé, il se rua vers le sorcier.
Celui-ci décida en un instant que cet homme serait la première victime de son plan.
- Incendio !
Une cascade de flamme jaillit en rugissant du bout de sa baguette enveloppant le moldu dans un linceul de feu. CETTE PHRASE CE TALENT
Le pauvre homme mourut sans même le réaliser. Vraiment, t'as des phrases très belles...

Malucius regarda les flammes lécher le plan de travail et monter vers le toit de chaume.
Toute la haine qu’il éprouvait pour ces sous-hommes avaient été transmise à ce feu qui brûlerait tant que sa haine brûlait en lui.
C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour faire entendre raison à ses pairs.
Lorsqu’ils constateront qu’un simple sortilège brûlera la plus grande ville du vieux monde, alors tous les peureux et les hommes sans conviction tél que Figg se verront contraint de se ranger derrière lui.

" Pour forger un Nouveau Monde, songea-t-il, il faut le faire sur les cendres de l’ancien." Et je crois que cette phrase est justement la plus belle...
Pivotant sur lui-même, il disparut de la boulangerie en feu.


Quelques heures plus tard, les londoniens devait se rendre à l’évidence.
Londres brûlait.

Londres brula le 2 septembre 1666. On considère que le feu s'est déclaré dans la boulangerie de Thomas Farriner.
Un grand sentiment Anti-catholique était présent en Angleterre à cette époque.

Merci à Peri pour son aide Historique :lol:
Perri, la conseillère historique attitrée!
Magnifique texte en tout cas, bravo !
Cazolie

Profil sur Booknode

Messages : 3823
Inscription : mer. 21 nov., 2012 3:03 pm

Re: Il était une fois... [Harry Potter]

Message par Cazolie »

Coucou c'est moi je suis super en retard !!
cochyo a écrit : mer. 06 mai, 2020 9:49 pm Bonjours a tous ! Comment allez vous ? Je tiens encore à vous remercier pour vos magnifiques commentaires. Je vous avoue ne pas y répondre car je ne sais pas comment réagir. Ceux qui me connaissent un peu savent que je ne suis guère prolixe et répondre 2-3 mots alors que ça me transporte littéralement de joie me semble plus indécent que de ne pas répondre... Bref aidez moi :lol:
Sinon, ceci n'est PAS le chapitre ( milles excuses !! :oops: :? ) mais une idée qui me travaille depuis un bout de temps. J'ai pensé créer un autre sujet puis je me suis dis que comme c'est encore sur fond historique on peut le mettre dans Il était une fois...
Bref ! Nous sommes en 1666 dans les souterrains de Londres, une assemblée extraordinaire s'est réunie. Une assemblée, magique
Incendie en vue ?


Ils sont parmis nous - 1/2

Un grand brouhaha se levait dans la pièce.
C’était une grande pièce circulaire avec des gradins tout autour d’un cercle central de plusieurs mètres de diamètre. La salle était à son comble. Des gens vêtus de grandes capes noires et de hauts chapeaux, criaient en faisant des grands gestes, et pour certains s’invectivaient même d’un bout à l’autre de la salle. Chapeau, belle image donnée et beau rendu de l'atmosphère en seulement trois lignes !
Un homme aussi court que rouge de colère se disputait violemment avec sa voisine qui le toisait de haut. Subitement, le chapeau de la sorcière s’enflamma. En quelques instants une empoignade s’en suivit dans cette partie de l’hémicycle.
L’homme qui se tenait au centre du cercle, tentait vainement de se faire entendre et essayait d’en appeler à la raison, tout en essayant d’éteindre le feu sur son écharpe.
Un sorcier était assis au premier rang, comme indifférent à l’agitation ambiante. Il était grand, mince, avec des yeux d’un bleu délavé qui semblaient sonder l’âme de son interlocuteur. Au premier rang
Il regardait fixement l’homme à l’écharpe brûlé.
Avec un infime soupir, il se leva doucement comme l’aurait fait un félin devant sa proie condamnée.
Peu à peu, la salle devint silencieuse, habitée seulement par des chuchotements qui n’appartenaient qu’aux gradins.

⁃ Je vous avoue, murmura l’homme, que je suis assez perplexe. Vous semblez considérer comme naturel le fait de se terrer dans des cachettes afin de fuir un ennemi que l’on pourrait vaincre facilement.

L’homme a l’écharpe brûlée se dressa de toute sa modeste hauteur, quelque peu gâchée par un embonpoint allant de paire avec le confort. Hahaha violent cette phrase
⁃ Sachez, monsieur black ENCORE EUX, que votre intervention ne me surprend pas le moins du monde. Je ne saurais quoi attendre d’autre de la part d’un anti moldu notoire. Néanmoins, je vais répéter mes arguments encore une fois afin d’être entendu de tous, car il me semble évident que si votre intervention est aussi malsaine que prévisible, elle aura eu au moins le mérite de faire taire cette noble assemblée.
Malacius Black laissa paraître un petit rictus méprisant qui montrait clairement ce qu’il pensait desdits arguments.
⁃ Comme je le disais, continua James Figg Si tu connaissais ta descendante toi haha, il ne s’agit pas de se cacher par peur. Mais il est vrai que les relations avec les moldus sont devenus de plus en plus intenable, et en particulier ces dernières années ! Or, les moldus eux-mêmes se cachent entre lorsqu’une minorité est persécutée par une majorité. À titre d’exemple, les juifs espagnoles qui entre dans la clandestinité à cause de l’inquisition ou bien encore les protestants en France suite à la Saint-Barthélemy. Ce sont malheureusement les seuls exemples que je peux citer devant des gens comme Monsieur black qui ont une connaissance et un intérêt du monde moldu plutôt limité et étriqué.Même pas sûr qu'il comprenne les différences religieuses des moldus haha
Cette déclaration n’eut pour seule conséquence qu’un léger froncement de sourcils de la part de son ennemi et des chuchotements plus fourni dans l’assemblée.
⁃ Aussi, continua-t-il, il nous faut appliquer la même méthode. De nombreux pays à travers le monde réfléchisse également à une telle éventualité. Il nous faudrait mettre une loi qui irait au-delà de nos frontières, au-delà des pays et qui toucherait toute la communauté magique Justement je me suis souvent demandée si la loi sur le secret magique était universelle. En tant que sorciers et sorcières, et détenteur d’un savoir ancestral, nous avons le devoir de nous ériger en tant que protecteur du monde magique vis-à-vis du monde non magique. Bien sûr, nous pourrions leur déclarer la guerre ouverte comme le suggère si aimablement mon collègue. Mais cela serait négliger la force des moldus qui trouvent toujours un moyen de se battre. Là, vous avez l’impression qu’ils sont vulnérables et à la merci de notre magie. Mais donnez-leur un ennemi commun, un ennemi qui les effraie, un ennemi puissant qui les menace tous ! Et alors vous aurez sur les bras la puissance de l’unité humaine Bien analysé tout ça !. Et cela ! Nous ne pourrons jamais le vaincre. Les sorciers n’ont pas beaucoup évolué depuis les millénaires qu’ils arpentent la terre. Les moldus quant à eux arrivent sans cesse à se développer, à améliorer leur quotidien à l’aide de nouvelles techniques, de nouvelles pensées Arthur Weasley approuve. Il est vrai, qu’ils sont assez réfractaires au changement, Mais donnez-leur une bonne raison de changer et ils pourraient bien développer des armes suffisamment puissantes pour nous anéantir tous. C’est pourquoi je vous demande à tous de bien réfléchir et que, pour une fois, ce sera à nous de prendre les devants et non pas de réagir à leurs actions.
Un silence de mort s’était abattu dans la salle. Certains hochaient la tête avec approbation, d’autres n’osaient pas lever les yeux de peur de croiser son regard. Quelques-uns affichaient néanmoins des visages clairement hostiles, comme si ils se sentaient insultés par ses propos.
Un homme avec une courte barbe blanche et la peau du visage tombante, tapa sur la table devant lui après s’être concerté du regard avec les quatre autres personnes assises avec lui.
Il se leva et proclama d’une voix chevrotante :
⁃ Cette séance est repoussée à une date ultérieure qui vous sera communiquée.
Le tumulte s’eleva à nouveau dans la salle bien que plus calme et plus songeur qu’auparavant.
Figg et black se regardèrent dans les yeux. Regard bleu et froid rencontrant le bleu flamboyant de justice et de désir de vie. Le sang-pur et le traître.
Deux mondes qui risquaient une nouvelle fois de se déchirer. CA S ANNONCE BIEN
Allez hop hop on enchaîne
Coucou !!
Quoi ? Retard ? Connait pas ! :D :D
Merci a tous pour le soutient, je vous aime très fort !

Petit rappel : une première partie sur les sorciers en 1666 qui songent à adopter le code du secret international.
De grand débats sur la place des sorciers dans le monde éclatent :

Ils sont parmi nous 2/2

Malacius Black regarda la salle de réunion de son manoir.
Tout en pierre de taille, ce dernier se dressait au sommet des falaises bordants la manche. Ca a l'air biien comme endroit :o
Son intervention avait permis à Figg de s’exprimer très ouvertement.
Certains comme les Gaunt ou les Yaxley cherchaient ce prétexte pour prendre la direction du petit mais puissant groupe de famille de sangs-purs sur lequel il avait pour l’instant la main mise.
Il était majoritaire dans la possession de Gringots même si pour maintenir son titre il avait dû s’abaisser à poursuivre les traités avec les goblins. Aspect de la puissance trop peu pris en compte dans la fiction haha (pas le plus glamour faut dire)
Quelle ironie quand on savait que son père l’entraînait aux sortilèges les plus violents sur les goblins qu’ils avaient traqué et capturé. Beuuuuuh
Une alliance s’imposait d’urgence.
Il savait qu’une de ses nièces devait avoir dans les 15-16 ans et il avait appris, avec une évidente tristesse comme il le leur avait fait part dans une lettre en début de semaine, la mort de l’épouse du vieux Croupton. Un mariage entre ces deux-là lui apportera un soutien considérable dans le monde de la justice magique. Sympa
Les Yaxley n’auraient qu’à bien se tenir.

Avec un mince sourire Malucius saisie sa belle plume d’aigle et se mit à écrire.

Deux heures et une demi-douzaine de lettres plus tard, Malucius se redressa.
Une ombre restait au tableau.
Un nouveau groupe qui se revendiquait au service du gouvernement magique, et donc de sa communauté, lui mettait pas mal de bâtons dans ses projets.
Les aurores. Ce groupe de mal luné qui prétendait être capable d’arrêter des mages noirs en usant de la seule magie dites blanche.
" la magie n’est ni blanche ni noir, disait son père, elle est ce qu’on lui fait faire. Tu choisiras plus grand ton usage mais tu dois en connaître chaque parcelle pour ne pas être aveugle à ce que la magie peut nous offrir. "
C’est sur cette base que son père se chargea de son éducation magique.
Avec de solides connaissances dans à peu près tous les domaines sorciers, Malucius se propulsa dans les plus hautes sphères du monde magique.

Le dirigeant des Blacks revint au présent avec une grimace. Complets ou pas les aurores avaient de plus en plus de soutiens et de reconnaissances. Il avait également appris, à ses dépens qu’ils étaient difficilement corruptibles, et ça c’était une donnée inattendu. Ah, on sait plus comment agir tout à coup !

Un plan était en train de germer dans son esprit. Il fallait bouger les choses.

Les calèches harnachées aux sombrales dans une petite clairière près de Londres étaient remplis d’élèves qui agitaient une dernière fois les mains vers leurs parents.
Élisabéth Black vit la silhouette de son oncle rétrécir au loin, l’écho de ses derniers mots gravés dans sa mémoire.

Sitôt que sa nièce disparut au loin Malacius transplana devant un bâtiment d’aspect lugubre.

Il fit une rapide revue des troupes.
Tout était prêt.
La rentrée scolaire avait tendance à épuiser le monde des sorciers qui était majoritairement composé de famille. * à épuiser les moldus qui vont se battre dans les supermarchés pour avoir des fournitures scolaires... Ah non mauvaise époque ! (je viens de retourner lire en arrière en me disant "mais... 1666... Le train ?!" et non haha)
Le 2 septembre était une date idéale, la vigilance serait au plus bas chez les sorciers comme chez les moldus.
Il leur montrerait ce qu’était la magie.

Les rues de La Cité étaient calmes.
Comme elles doivent l’être à ces heures de la nuit qui sont destinées à reposer le monde. Les bonnes gens s’endorment et les mauvaises ne sont pas encore de sortie. Elle est glaçante cette phrase
Un doux vent chuchote aux oreilles des enfants épuisés par la rentrée.
Un léger brouillard s’insinue dans les rues.
" qui peut prédire le temps " pensa Thomas. Il aimait préparer la pâte du pain la veille au soir depuis que sa femme était morte. Cette foutue mort noir avait au moins eu la Clémence de la prendre rapidement dans son sommeil. Beaucoup n’avait pas eu cette chance.

L’explosion retentit, assourdissante. IL SE PASSE TANT DE CHOSES EN MEME TEMPS AAAH
Les hurlements suivirent rapidement.
Une cinquantaine d’hommes encapuchonnés avancèrent dans les rues au milieu du brouillard.
Leur destruction était méthodique, explosant maison sur maison et tuant avec cette froide indifférence qui caractérise la folie meurtrière et la violence débridée.
Quelques minutes après le début des explosions, de nouvelles personnes apparurent dans une série de bruit secs.
Après un moment de flottement, l’enfer se déchaîna.
Des éclairs rouges, verts, violets, oranges s’écrasèrent et se croisèrent dans des bruits de tonnerres.
Les cris de frayeur se mêlaient désormais aux bruits sauvages et primaires des combats.
Un des combattant en capuche lança un sortilège d’un pourpre malsain.
Son opposant s’écrasa au sol, mort.
Ses compagnons redoublèrent de violence dans leurs attaques et plusieurs assaillants furent mis à terre.

Perché sur un toit surplombant le champ de bataille, Malacius sourit.
Comme prévu les aurores avaient très vite rappliqué signe qu’ils avaient des contacts postés partout. Néanmoins, il ne pourrait pas empêcher ce qui allait suivre.
Tout à leur bataille, aucun des combattant ne vit l’ombre de glisser plus profondément dans la cité.

En entendant les explosion Thomas songea que les militaires étaient bien imprudents de tirer dans la ville. Une atmosphère nerveuse régnait dans la ville depuis quelques temps.
Il sortit les pains du four et se retourna pour se saisir d’une pince.
Il s’immobilisa en voyant un grand homme pâle se tenir devant lui dans une grande robe noire.
- Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ? Demanda-t-il prudent.
- Un moldu n’a pas à questionner mes allées venues.
Le ton dédaigneux de l’homme, et l’arrogance qu’il pouvait lire dans ses yeux énerva Thomas au plus haut point.
- Sortez de chez moi !
L’homme sorti une longue baguette de bois de sa poche et la pointa vers ce moldu insolent.
Un éclair de compréhension traversa les yeux du boulanger, et aussitôt sa colère éclata :
- Vous êtes un démon ! Eructa t’il. Vous servez le malin avec vos sortilèges sorti de l’enfer. C’est vous qui avait tué ma femme avec cette foutu mort noire !
Malucius fronça les sourcils, perplexe.
Il pensait vraiment que les sorciers était responsable de la maladie qui ravageait le monde moldu ?
- Vous, les papistes et les juifs brûleraient en enfer pour l’éternité !
Et avec un beuglement de taureau blessé, il se rua vers le sorcier.
Celui-ci décida en un instant que cet homme serait la première victime de son plan.
- Incendio !
Une cascade de flamme jaillit en rugissant du bout de sa baguette enveloppant le moldu dans un linceul de feu.
Le pauvre homme mourut sans même le réaliser. Eh, c'est déjà ça, j'étais en train de me dire que c'était horrible

Malucius regarda les flammes lécher le plan de travail et monter vers le toit de chaume.
Toute la haine qu’il éprouvait pour ces sous-hommes avaient été transmise à ce feu qui brûlerait tant que sa haine brûlait en lui. Ah carrément ? Tout s'explique haha
C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour faire entendre raison à ses pairs.
Lorsqu’ils constateront qu’un simple sortilège brûlera la plus grande ville du vieux monde, alors tous les peureux et les hommes sans conviction tél que Figg se verront contraint de se ranger derrière lui.

" Pour forger un Nouveau Monde, songea-t-il, il faut le faire sur les cendres de l’ancien."
Pivotant sur lui-même, il disparut de la boulangerie en feu.


Quelques heures plus tard, les londoniens devait se rendre à l’évidence.
Londres brûlait. :shock: :shock: :shock: :shock:

Londres brula le 2 septembre 1666. On considère que le feu s'est déclaré dans la boulangerie de Thomas Farriner.
Un grand sentiment Anti-catholique était présent en Angleterre à cette époque.

Merci à Peri pour son aide Historique :lol:
C'était vraiment une bonne idée de texte ! Je trouve ça trop intéressant de voir comment les sociétés moldue et magique s'entremêle, et les questions politiques que tu as incluses rendent le tout encore plus intéressant ! Je trouve que tu as vraiment le don d'évoquer des atmosphères, des sentiments, des caractères en quelques mots ou phrases bien choisies, j'admire beaucoup ça !!
Répondre

Revenir à « Fanfiction »