Concours Jour 16 - Le 17 Mai 2011

Règles du forum
Vous ne pouvez plus poster des nouvelles, la phase de participation est finie.

Lily est notre grande gagnante sur ce concours
Répondre
Virgile

Profil sur Booknode

Messages : 2362
http://tworzymyatmosfere.pl/poszewki-jedwabne-na-poduszki/
Inscription : sam. 11 oct., 2008 6:49 am

Concours Jour 16 - Le 17 Mai 2011

Message par Virgile »

Voici les textes du seizième jour du concours "Correspondance avec un inconnu"

Vous pouvez d'ors et déjà poster des nouvelles, vous recevrez un email vous indiquant si votre nouvelle a été acceptée ou non pour participer au concours.

Pour rappel pour que la nouvelle soit acceptée elle doit être correctement écrite en français et correspondre au thème 'Correspondance avec un inconnu".

Pour pouvoir poster sur ce forum pour participer au concours allez avant à la page du concours pour valider votre participation.
bp17

Profil sur Booknode

Messages : 1
Inscription : lun. 16 mai, 2011 7:32 pm

Re: Concours Jour 15 - Le 16 Mai 2011

Message par bp17 »

Cher ami inconnu.
Tu as dû être surpris quand tu m’as vu surgir, de l’ombre à la lumière, dans une gerbe de verres brisés. Saisis par le bruit aussi. Pour moi qui étais au centre, c’est le souvenir le plus caractéristique qui restera à tout jamais. Ça a dû être très esthétique. Je l’imagine très bien vu de l’extérieur, à la Bruce Willis dans « piège de cristal », sauf que ce n’était pas du sucre.
La symbolique de ce geste était forte. Outre qu’il signifiait : « arrête ta course. » et que j’y suis forcée par la contrainte, clouée au lit avec deux tendons de la main droite sectionnés et la jambe droite « empalée », puis emballée. Il y avait cette notion puissante de passage du sombre au lumineux, de l’enfermement à la liberté.
Le sujet même du thème de cette journée n’était pas étranger au geste : « soigner quand la mort est proche de la naissance. ». Les vies minuscules comme les appelle Françoise Chandernagor. Des réanimateurs, des pédiatres, des puéricultrices, des sages femmes mais aussi, une anthropologue et un philosophe pour en arriver à une même conclusion- ressentie mais jusqu’alors non verbalisée- que la naissance et la mort ne sont que deux phases de la même situation. Cette vie imprévisible et inconstante dont parlait Bichat. Le fœtus est bien une personne potentielle, un être en devenir. Comme Aristote voyait dans le bloc de marbre la statue, la naissance reconnait la possibilité de la mort.
« Ne dis pas, j’ai perdu mon enfant. Dis, je l’ai rendu. ». Cette phrase a été prononcée par Epictète, esclave stoïcien, il y a un peu moins de deux mille ans et reste toujours vraie.
En passant à travers cette vitre, je suis sortie grandie. J’ai fais ma propre renaissance. Je laissais derrière ma nuit, avec dedans Kant qui exclu les fous et les idiots de la dignité humaine et mes propres fauteurs de troubles, légitimés par leur jalousie, leur bêtise, leur méchanceté, voir les trois. Si petitement mesquins et insipides par rapport à ce que peut être la possibilité de passer de l’autre côté. Si l’homme n’oubliait pas à chaque instant qu’il est mortel, les relations humaines en seraient immenses.
« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements relatifs aux choses. », encore ce brave Epictète.
Bien sûr, ça n’a pas été aussi simple et éthéré.
D’abord j’ai hurlé : « Merde ». Je n’avais pas que ça à faire, j’avais un cheval à voir à Gournay. Oui, parce que je soigne aussi des chevaux, étiopathe pour les uns, médecin pour les autres.
Une femme a crié : « Mais vous saignez, il faut aller aux urgences. ». Je me suis regardée, c’était vrai, j’étais couverte de sang. Je suis sortie furibarde de l’Amphi de l’hôpital pour aller aux urgences en clopinant. « Mais vous ne pouvez pas y aller comme ça, on va appeler quelqu’un. » Quelle purge ! Trois pas plus loin, la purge avait raison. Une table le long d’un mur. « Je vais plutôt m’allonger là. ». Autour, une volière. Moi : « il faut faire un point de compression. ». Je commençais à me vider comme un lapin. Évidemment, dans un topo de néonatalogie, trop grande ! Toujours moi, autoritaire : « il faut faire un point de compression, là. ». Finalement pompiers, Samu, urgences, radio, hospitalisation, salle d’op. L’attente, à chaque étape ! Sutures, pansement, couper les bagues. Le plus dur, une blessure symbolique, l’anneau du mariage. Passer de l’autre côté, celui du malade. Attendre en sachant être humble. Observer la vie de l’hôpital de la position allongée et dépendante. Constantes, bassin, changer la perf. La toilette à la Bétadine avant le bloc.
« Vous pouvez vous lever ? »
« Non. » Je rejette le drap d’un coup sec pour dévoiler ma jambe.
« Ah oui ! Dans la chaise ça va, vous pouvez vous lever ? »
« Je ne sais pas, je n’ai pas encore essayé. »
J’ai tout de suite repéré que j’étais tombée sur la plus douée. Pour entrer dans la chambre exigüe, elle a du replier le fauteuil roulant. Moi dedans, on ne ressortait plus. Ensuite, elle n’avait pas de sac plastique pour emballer les pansements. J’ai attendu, à poil dans la douche, assise sur le strapontin percé. Après, elle n’arrivait pas à emballer le bras sans que le plastique tourne. J’ai posé l’index gauche, comme pour faire une bouffette. Pour la jambe, elle avait pris un sac trop court.
« Vous pouvez ouvrir la porte, il fait un peu chaud ici. »
« Bien sûr. »
Elle continuait à se débattre avec son problème de contenant-contenu. Je me suis callée à l’angle du mur carrelé.
« Ça va pas du tout là. Il faut que je m’allonge par terre. »
« Mais non, mais non. »
Elle a bondi pour me soutenir et me coller des tartes. C’était idiot, la sonnette était près de la porte, à l’autre bout. C’est un truc à se faire un tour de rein. Elle s’est mise à beugler à l’aide. Après ? Je ne sais pas. Mais un peu après, j’étais bien allongée par terre avec une qui me tenait les jambes en l’air et tout le personnel du service autour de moi à l’étroit dans la pièce d’eau. J’ai eu droit à la douche mortuaire, celle dans la baignoire en caoutchouc.
Les deux nuits hospitalières, avant et après intervention, ont été un peu difficiles. Mais à tout prendre, la douleur physique est bien inférieure à la douleur morale. Et j’en avais pris mon compte en passant à travers cette vitre pour bondir vers ma lumière. J’avais évacué.

« C’est le fait d’un ignorant d’accuser les autres de ses propres échecs ;
celui qui a commencé à s’instruire, s’en accuse soi même ;
celui qui est instruit n’en accuse ni autrui ni soi même. »
Encore mon pote Epictète.

Cela dit, cher inconnu, si c’est bien toi qui a tapé violemment comme une buse sur cette même vitre dans la matinée pour voir se retourner vers toi un aréopage essentiellement composé de très jeunes femmes, la vieille bique que je suis ne va pas manquer de te retrouver et de te finir de la main gauche. Rappelles toi que j’ai explosé une haute porte vitrée du front sans même une bosse. Même pas mal ! Epictète ne m’en voudra pas d’une si petite entorse à sa philosophie stoïcienne.
Signé : Bordetella Pertussis.
Répondre

Revenir à « Correspondance avec un inconnu »